« Une pause par jour » – 29 septembre 2017

25ème Semaine du Temps Ordinaire – Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël, Archanges Fête – Première lecture (Daniel 7, 9-10.13-14)

La nuit, au cours d’une vision, moi, Daniel, je regardais : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des milliers de milliers le servaient, des myriades de myriades se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres. Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite. – Parole du Seigneur.

OU BIEN

Première lecture (Ap 12, 7-12a)

Il y eut un combat dans le ciel : Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon. Le Dragon, lui aussi, combattait avec ses anges, mais il ne fut pas le plus fort ; pour eux désormais, nulle place dans le ciel. Oui, il fut rejeté, le grand Dragon, le Serpent des origines, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier. Il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, voici le pouvoir de son Christ ! Car il est rejeté, l’accusateur de nos frères, lui qui les accusait, jour et nuit, devant notre Dieu. Eux-mêmes l’ont vaincu par le sang de l’Agneau, par la parole dont ils furent les témoins ; détachés de leur propre vie, ils sont allés jusqu’à mourir. Cieux, soyez donc dans la joie, et vous qui avez aux cieux votre demeure ! » – Parole du Seigneur. 

Évangile (Jn 1, 47-51)

En ce temps-là, lorsque Jésus vit Nathanaël venir à lui, il déclara à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Des protecteurs

L’Église célèbre aujourd’hui en la fête des saints archanges Michel, Gabriel et Raphaël l’ensemble des saints anges gardiens, qui ont pour mission de contempler Dieu, de le louer et d’accomplir sa volonté pour la bonne conduite et le salut du monde. La lecture de l’Apocalypse rappelle à cet effet le combat de Michel et de ses partenaires contre le séducteur du monde. Du côté de Dieu, ces anges gardiens nous protègent et nous éloignent du mal.

La force de témoigner

Les combats ne se déroulent pas seulement au ciel, mais aussi sur terre, en chacune de nos vies. A l’image des saints anges, témoins de la splendeur de Dieu, sachons puiser dans la communion eucharistique, dans le sang de l’Agneau, la force de témoigner en parole et en acte. Nous sommes les héritiers de la résurrection et, au milieu de tout combat, Dieu a le pouvoir de nous garder fermes.

«Tu verras des choses plus grandes encore»

Jésus fait aussi allusion aux anges alors qu’il s’entretient avec Nathanaël, l’israélite au cœur intègre et droit. Connaissant ses bonnes dispositions, il l’invite à dépasser la réalité sensible pour voir avec le cœur «des choses plus grandes encore». C’est ainsi qu’il le renseigne sur l’origine céleste de sa mission et sur le rôle des anges qui l’assistent et le soutiennent. Gloire au Fils de Dieu et roi d’Israël! Célébrons son salut en présence des anges.

Fais de moi ce que tu veux

Entre tes mains, Seigneur, je me mets tout entier.

Tu m’as créé pour toi.

Je ne veux plus penser à moi-même.

Je veux te suivre.

Que veux-tu, Seigneur, que je fasse ?

Permets-moi de faire route avec toi.

Que ce soit dans la joie ou dans la peine,

je veux t’accompagner.

Je te fais le sacrifice des souhaits, des plaisirs,

des faiblesses, des projets, des pensées

qui me retiennent loin de toi

et me replient sans cesse sur moi-même.

 

Fais de moi ce que tu veux !

Je ne marchande pas.

Je ne cherche pas à savoir à l’avance

quels sont tes desseins sur moi.

Je veux être ce que tu veux que je sois.

Je ne dis pas : « Je veux te suivre où que tu ailles »,

car je suis faible.

Mais je me donne à toi pour que tu m’y conduises.

Je veux te suivre dans l’obscurité

et je ne te demande que la force nécessaire.

O Seigneur,

fais que je porte toutes choses sous ton regard,

pour demander ton consentement

à chacun de mes vouloirs

et ta bénédiction sur chacun de mes actes. Amen.

Cardinal John Henry Newman

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s