Petit-Fays : la Roche Mouselle

Grotte de la Roche-Mouselle (2)   Panneau Historique RocheMouselle

La grotte et le ruisseau au pied de la grotte sur la route entre Petit-Fays et Vresse

Panneau Historique RocheMouselle (2)ruisseau Roche-Mouselle

La Roche Mouselle est davantage synonyme de refuge que de lieu de dévotion. Des légendes circulent quant à l’origine de ce site perdu dans la forêt. L’endroit constituant un abri naturel, on raconte que des réfractaires allèrent s’y cacher sous la Convention et le Premier Empire.

Lors de l’invasion allemande, 126 habitants de Monceau et Petit-Fays se sont enfuis dans la forêt proche, sur des chariots, transportant enfants, malades et personnes âgées. Ils y restèrent plusieurs jours, le temps que des troupes de Uhlans quittent les villages. De leur cachette, ils ne pouvaient être inquiétés par les soldats du Kaiser qui se dirigeaient vers la France toute proche. Madame Alice Martin se souvient de ce qui s’est passé le 23 août 1914, à l’aube de la première guerre mondiale. « Nous habitions le village de Monceau. Dès que l’on annonça l’arrivée imminente des envahisseurs dont on nous avait dit le plus grand mal, on nous a installés, nous les enfants, sur une charrette de M. Félicien Maldague. Son attelage, tiré par deux robustes chevaux ardennais, nous conduisit à la Roche Mouselle. Pendant ce temps, les combats avaient commencé. Le 25 août à Petit-Fays, position toujours tenue par l’armée française, deux officiers s’étaient arrêtés à l’Hôtel de la Vallée. Ils avaient attaché leurs montures à proximité de l’église toute proche. Soudain, les Allemands entreprirent de pilonner cette position. Un obus éclata prés de l’édifice religieux. Terrorisés, les deux chevaux brisèrent leurs liens et s’enfuirent à travers la campagne. La vie s’était organisée à la Roche Mouselle. Pendant que l’on préparait le repas du soir, les 40 enfants jouaient devant la grotte. M. Maldague, inquiété par le bruit des obus qui éclataient dans les villages tout proches, sortit de l’abri et nous ordonna de rentrer au plus vite pour réciter le chapelet. A peine le dernier bambin eût-il quitté le chariot, que les deux chevaux des officiers français s’écrasèrent sur l’attelage. Ils avaient couru à travers champs et bois pour déboucher au-dessus de la Roche Mouselle. Evidemment, l’invitation du mayeur à nous mettre à l’abri pour prier a été interprétée comme un signe du Ciel. Un miracle destiné à épargner les enfants qui jouaient là. Sans cela, c’est vrai, plusieurs d’entre nous perdaient la vie… » De retour dans leurs foyers, les villageois promirent de construire une grotte mariale à la Roche Mouselle. La guerre prit fin, mais rien ne fût entrepris. Ce n’est qu’en 1940, que les habitants, qui avaient à nouveau trouvé refuge à cet endroit, jurèrent d’être fidèles à leur promesse. On entreprit donc l’aménagement de la grotte en 1942. Elle fut restaurée en 1998 par des bénévoles du Syndicat d’Initiative et quelques personnes de Petit-Fays. Depuis cette date, une messe y est célébrée le dernier dimanche de septembre.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s