L’abbé Guy Colaux et Monsieur André Stévenne, diacre, nous ont quittés.

L’abbé Guy Colaux, né à Malvoisin le 12 octobre 1936, a été ordonné prêtre en la cathédrale Saint Aubain de Namur le 16 juillet 1954, il a été successivement vicaire à Ham-sur-Sambre et  administrateur à Dorine.
Il avait pris sa retraite en 2001, s’était retiré à Malvoisin tout en assurant l’aumônerie de la maison de repos « Le Clairval » à Pondrôme.
Guy nous a quittés le 03/04/2022 à l’âge de 85 ans, il est parti sans faire de bruit, tel qu’il a vécu, comme l’a été sa vie. Il était un homme discret et humble.
Deux célébrations lui tenaient particulièrement à coeur : la messe en l’honneur de saint Antoine et la messe de minuit.
Monsieur André, né à Membre le 15 janvier 1935, a été ordonné diacre permanent le 17 décembre 1994 à Flawinne avant de se transférer dans le secteur pastoral de Gedinne en 2013. Il est décédé le 08 mai 2022 à l’âge de 87 ans.
Nous apprécions chez André les qualités essentielles : son amour de sa chère épouse Camille, il était touchant de les trouver toujours l’un près de l’autre. Sa vie toute simple, une vie de dévouement pour les autres, fut imprégnée de l’amour.
(photo des 25 ans d’ordination diaconale d’André, ici avec son épouse Camille. Un article
était paru sur le blog du doyenné à l’époque)
GRAND MERCI à monsieur l’abbé Guy, GRAND MERCI à monsieur le diacre André.
L’EQUIPE PASTORALE
Annonces nécrologiques : celle de l’abbé Colaux ici !  et celle du diacre André  là !

Pèlerinage à Lourdes pour les ados (13-16 ans) et les jeunes (17-30 ans)

Dates : du 15 au 21 juillet 2022

Tu recherches une idée de « vacances » originale, tu as soif d’aventures, de découvertes… Alors viens rejoindre le groupe du Pélé Jeunes pour une expérience hors du commun faite de rires, chants, rencontres, amitié, écoute, partages, prières… Le programme est varié : il est conçu par et pour des jeunes. En t’inscrivant, tu t’engages à participer aux activités proposées. Cela facilitera ton intégration et permettra à l’ensemble du groupe de vivre un séjour des plus enrichissants.

Programme :

Un programme est spécialement conçu pour chaque âge. Chaque groupe est encadré par des animateurs expérimentés.

Animation pour les ados de 13 à 16 ans : Elodie Maboge

Plus d’informations sur Facebook : Pélé Ados Namur ou par mail : pele.ados.namur@hotmail.com.

Animation pour les jeunes de 17 à 30 ans : Brandon Lemmens

 Rejoins-nous sur Facebook : Pélé Jeunes Namur.

« L’enfant qui devait reconstruire le monde … »

C’est un petit garçon de 8 ans. Son père, un scientifique, cherche à résoudre les problèmes de l’humanité. Le petit entre, lui tire la manche et lui dit : « Papa, je veux t’aider ! »
Son père le renvoie : « Non, mon fils, j’ai beaucoup de travail. ‘’Mais le petit insiste. Il y a là une revue avec une carte du monde. Alors, le père prend la carte, avec des ciseaux; il la découpe en tout petits morceaux qu’il lui remet avec de la colle : « Voilà, essaie de reconstruire le monde », croyant occuper ainsi son fils pour une dizaine de jours. Mais après deux heures, le fils a résolu le problème. « Comment as-tu pu faire cela ? »Eh bien, Papa j’ai vu que l’autre côté de la carte, il y avait la figure d’un homme. Le monde, je ne le connais pas mais l’homme, si. Alors, j’ai retourné tous les petits papiers. Et j’ai d’abord reconstruit l’homme. Puis, j’ai retourné le papier, j’avais reconstruit le monde aussi. »
Merci à une amie FB pour le partage de cette jolie histoire ! 

5e dimanche de Pâques : le commandement de l’amour

Rien de plus simple que de « liker » 👍 , rien de plus difficile que d’aimer ❤️ .
Ce verbe « aimer » a été mis à toutes les sauces, tellement galvaudé qu’il a perdu sa puissance évocatrice et sa radicalité. Il est vrai que la langue française est ici relativement pauvre, elle qui se contente du même verbe pour dire l’attachement à son chien, le goût pour le chocolat ou la passion pour son amant.
Et je dois bien vous avouer que, quand j’entends seriner comme un refrain mielleux que « Dieu est amour », il m’arrive d’être las de cette antienne tellement consensuelle qu’elle en perd sa force et son sens, qu’elle fait et de Dieu et de l’amour des concepts lisses, fades, lassants de banalité.
L’amour, le vrai, c’est autre chose ! C’est rude, violent, passionnel. L’amour nous fait rougir, sourire, pleurer, espérer… Parfois il fait souffrir. Régulièrement, il entraîne dans des folies. Il comble le cœur quand il est partagé ou l’assèche quand il est meurtri. Il blesse et il cicatrise. Jamais il ne laisse indemne !
L’amour, le vrai, n’est pas qu’un sentiment, un engouement amoureux, un attachement familial ou amical… Il est un engagement de tout notre être, qui doit nécessairement dépasser nos ressentis pour s’accomplir.
L’amour, le vrai, est invitation à aimer aussi ceux qui n’inspirent aucun sentiment de sympathie ni de compassion, à aimer ceux qui sont laids, répugnants ou tombés en déchéance, à aimer ses ennemis ou ceux qu’on présente comme des monstres inhumains…
Mais comment aimer ceux qui ne sont pas aimables ? Une mère pourra-t-elle jamais pardonner à celui qui abuse de son enfant ? Un Ukrainien pourra-t-il jamais excuser le soudard qui a tué son frère, son fils ou son père ? C’est rude, violent… Est-ce même légitime de le demander ???
C’est pourtant ce que signifie aimer à la manière de Jésus, lui qui n’hésita pas à prier pour ses bourreaux : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23,34).
Il ne s’agit pas de trouver l’autre sympathique, ou de lui trouver des excuses… Mais de découvrir en lui la parcelle d’humanité qu’il porte, parcelle parfois profondément enfouie. De ne jamais lui dénier cette dignité, et de nous mettre au service de cette humanité que porte chacun, de croire que nous pouvons la faire grandir.
Parfois, nous nous en sentons incapables – et jamais personne n’a le droit de nous en faire le reproche. Alors, Dieu seul, qui habite au plus intime de notre cœur, peut prendre le relais, et nous apprendre patiemment à aimer. (Evangile de Jean 13,31-35)

Abbé Olivier Fröhlich, vicaire général de Tournai

(article paru sur son profil FB ce 15 mai 2022)

Neuvaine de Pentecôte à la cathédrale de Namur

La Neuvaine de Pentecôte aura lieu à la cathédrale de Namur du vendredi 27 mai au samedi 4 juin, Vigile de Pentecôte, où une dizaine d’adultes seront confirmés par Monseigneur Warin.Le thème retenu cet année est : «  L’Esprit-Saint défenseur et rassembleur  ! »
Un livret de participation a été préparé sur le thème pour aider tous ceux qui le souhaitent à préparer leurs soirées de neuvaine. Cette dernière est diffusée en direct sur les ondes de RCF-Sud Belgique et via son site internet, ainsi que, comme cela s’est fait l’année dernière, en direct sur la chaine YouTube de la Cathédrale et celle du SPL
Cette grande communion de prière à l’Esprit-Saint sera annoncée chaque soir en début de soirée.D’avance merci.
Voici une copie de l’Affiche complète. Bien à Vous et en union de prière,
Jean-Pol Druart, diacre,176, rue de Bomel, 5000 Namur.Tél.: 081 22 23 07Gsm : 0479 75 84 65Courriel : druart.jeanpol@skynet.be

« Une pause par jour » – 23 mai 2022

Première lecture – « Le Seigneur lui ouvrit l’esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul » (Ac 16, 11-15) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

Avec Paul, de Troas nous avons gagné le large et filé tout droit sur l’île de Samothrace, puis, le lendemain, sur Néapolis, et ensuite sur Philippes, qui est une cité du premier district de Macédoine et une colonie romaine. Nous avons passé un certain temps dans cette ville et, le jour du sabbat, nous en avons franchi la porte
pour rejoindre le bord de la rivière, où nous pensions trouver un lieu de prière. Nous nous sommes assis, et nous avons parlé aux femmes qui s’étaient réunies. L’une d’elles nommée Lydie, une négociante en étoffes de pourpre, originaire de la ville de Thyatire, et qui adorait le Dieu unique, écoutait. Le Seigneur lui ouvrit l’esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul. Quand elle fut baptisée, elle et tous les gens de sa maison, elle nous adressa cette invitation : « Si vous avez reconnu ma foi au Seigneur, venez donc dans ma maison pour y demeurer. » C’est ainsi qu’elle nous a forcé la main. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 22 mai 2022

Première lecture – « L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci qui s’imposent » (Ac 15, 1-2.22-29) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. » Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question. Les Apôtres et les Anciens
décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas. Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut ! Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! » – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 21 mai 2022

S. Christophe Magallanès, prêtre, et ses compagnons, martyrs

Première lecture – « Passe en Macédoine et viens à notre secours » (Ac 16, 1-10) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Paul, qui avait quitté Antioche avec Silas, arriva ensuite à Derbé, puis à Lystres. Il y avait là un disciple nommé Timothée ; sa mère était une Juive devenue croyante, mais son père était grec. À Lystres et à Iconium, les frères lui rendaient un bon témoignage. Paul désirait l’emmener ; il le prit avec lui et le fit circoncire à cause des Juifs de la région, car ils savaient tous que son père était grec. Dans les villes où Paul et ses compagnons passaient, ils transmettaient les décisions prises par les Apôtres et les Anciens de Jérusalem, pour qu’elles entrent en vigueur. Les Églises s’affermissaient dans la foi et le nombre de leurs membres augmentait chaque jour.
Paul et ses compagnons traversèrent la Phrygie et le pays des Galates, car le Saint-Esprit les avait empêchés de dire la Parole dans la province d’Asie. Arrivés en Mysie,
ils essayèrent d’atteindre la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus s’y opposa. Ils longèrent alors la Mysie et descendirent jusqu’à Troas. Pendant la nuit, Paul eut une vision : un Macédonien lui apparut, debout, qui lui faisait cette demande : « Passe en Macédoine
et viens à notre secours. » À la suite de cette vision de Paul, nous avons aussitôt cherché à partir pour la Macédoine, car nous en avons déduit que Dieu nous appelait
à y porter la Bonne Nouvelle. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 20 mai 2022

S. Bernardin de Sienne, prêtre

Première lecture – « L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent » (Ac 15, 22-31) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas. Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie,
salut ! Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang,
des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! » On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre. À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait. – Parole du Seigneur.

Lire la suite