Cela te regarde !

« Mêle-toi de ce qui te regarde », disaient nos grand-mères.

C’était à l’époque, pour nous conseiller de rester sages et tranquilles.

S’il fallait aujourd’hui, obéir à ce principe, nous n’aurions plus un instant de repos ou de répit !

Un navire bourré de réfugiés dont aucun pays ne veut, cela te regarde.

Quarante mille enfants qui, chaque jour, meurent de faim alors que tu es repus, cela te regarde.

Ton voisin de palier atteint du sida, cela te regarde.

Une pétition pour réclamer plus de dignité et de justice, cela te regarde.

Alors, regarde et tu verras.

Tu verras qu’il y a partout, mais surtout dans les pays pauvres, des dizaines de milliers de médecins, de missionnaires, qui se battent, qui aiment et qui font que le monde ne bascule pas dans le néant.

Tu verras que le monde entier a besoin de toi, que la solitude n’existe pas, que l’amour est à l’oeuvre partout et que tu en es l’artisan.

Tu verras que sans toi il manque à tout jamais une pétale à la rose, un rayon de soleil, un sourire au bonheur du monde.

Alors, je t’en prie, : « Mêle-toi de ce qui te regarde ! »

Revue « Le messager »

Texte paru dans le bulletin paroissial du secteur de Vresse (période du 15 au 30 novembre 2008)

« Le berger aime tous les temps »

Le voyageur : « Quel temps allons-nous avoir aujourd’hui ? »

Le berger : « La sorte de temps que j’aime bien. »

Le voyageur : « Comment savez-vous que ce sera la sorte de temps que vous aimez bien ? »

Le berger : « Je me suis rendu compte, Monsieur, que je ne peux pas toujours obtenir ce que j’aime, alors, j’ai appris à aimer ce qui m’est donné. C’est pourquoi je suis parfaitement sûr que nous allons avoir la sorte de temps que j’aime bien ».

Bonheur et malheur résident dans la manière dont nous prenons les choses, non dans la nature même de ces choses.

Un magnifique texte pour une célébration de baptême !

Tu es pour nous le visage de l’espoir et de la nouveauté.
Ta vie n’est pas écrite d’avance.
Tu n’es pas le jouet du destin.
Tu avanceras sur une route que personne n’a parcourue avant toi.
Tu auras à la tracer au fur et à mesure que tu avanceras,
mais tu n’es pas seul.
Dieu marche avec toi.
Envers toi, il s’est engagé.
Nous mêmes, nous nous sommes engagés avec toi.
Va ton chemin.

Randonnée pédestre organisée par le Rotary Club Gedinne-Wellin

 

 

 

Dimanche 25 août 2019 à la salle des fêtes de Louette-Saint-Pierre, rue du centre à côté de l’église.

Le président et les membres du Rotary Club Gedinne Wellin ont le plaisir de vous inviter ainsi que vos amis à leur

Randonnée pédestre – VTT et Repas dans le massif de la Croix-Scaille

Programme : 

10h00 : Accueil des randonneurs et inscriptions – Remise des questionnaires

10h30 : Départ du circuit pédestre et du circuit VTT

13h00 : Apéritif offert par le club

Repas (Jambon à la broche, crudités, dessert, café) Distractions et animations diverses

16h00 : Remise des prix

Renseignements et réservations :

José Degeimbre (0476/367461 – jose.degeimbre@skynet.be

André Wartique 061/311493 – 0492/028409 – wartiqueandre@yahoo.fr

Réservations pour le 19 août 2019 

Participation aux frais => Participation à la randonnée et au repas (boissons non comprises) Adultes : 30 Euros Enfants de moins de 12 ans : 12 Euros 

 

« Une pause par jour » – 19 août 2019

Première lecture – « Le Seigneur suscita des juges. Mais ils n’obéissaient pas non plus à leurs juges » (Jg 2, 11-19) – Lecture du livre des Juges

En ces jours-là, les fils d’Israël firent ce qui est mal aux yeux du Seigneur, et ils servirent les Baals. Ils abandonnèrent le Seigneur, le Dieu de leurs pères, qui les avait fait sortir du pays d’Égypte, et ils suivirent d’autres dieux parmi ceux des peuples d’alentour. Ils se prosternèrent devant eux, et ils irritèrent le Seigneur. Ils abandonnèrent le Seigneur pour servir Baal et Astarté. Alors la colère du Seigneur s’enflamma contre Israël. Il les livra aux mains des pillards, les abandonna aux ennemis qui les entouraient, et ils furent incapables de leur résister. Dans toutes leurs expéditions, la main du Seigneur était contre eux, pour leur malheur, comme il le leur avait dit, comme il en avait fait serment. Ils furent dans une très grande détresse. Alors le Seigneur suscita des juges pour les sauver de la main des pillards. Mais ils n’obéissaient pas non plus à leurs juges. Ils se prostituèrent en suivant d’autres dieux, ils se prosternèrent devant eux. Ils ne tardèrent pas à se détourner du chemin où leurs pères avaient marché en obéissant aux commandements du Seigneur ; ils n’agirent pas comme eux. Lorsque le Seigneur suscitait pour eux un juge, le Seigneur était avec le juge, et il les sauvait de la main de leurs ennemis aussi longtemps que le juge était en vie ; car le Seigneur se laissait émouvoir quand ils gémissaient sous la violence de leurs oppresseurs. Mais quand le juge était mort, ils recommençaient et poussaient la corruption plus loin que leurs pères : ils suivaient d’autres dieux, les servaient et se prosternaient devant eux ; ils ne renonçaient en rien à leurs pratiques ni à leur conduite obstinée. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 18 août 2019

Première lecture – « Ma mère, tu m’as enfanté homme de querelle pour tout le pays » (cf. Jr 15, 10) (Jr 38, 4-6.8-10) – Lecture du livre du prophète Jérémie

En ces jours-là, pendant le siège de Jérusalem, les princes qui tenaient Jérémie en prison dirent au roi Sédécias : « Que cet homme soit mis à mort : en parlant comme il le fait, il démoralise tout ce qui reste de combattant dans la ville, et toute la population. Ce n’est pas le bonheur du peuple qu’il cherche, mais son malheur. » Le roi Sédécias répondit : « Il est entre vos mains, et le roi ne peut rien contre vous ! » Alors ils se saisirent de Jérémie et le jetèrent dans la citerne de Melkias, fils du roi, dans la cour de garde. On le descendit avec des cordes. Dans cette citerne il n’y avait pas d’eau, mais de la boue, et Jérémie enfonça dans la boue. Ébed-Mélek sortit de la maison du roi et vint lui dire : « Monseigneur le roi, ce que ces gens-là ont fait au prophète Jérémie, c’est mal ! Ils l’ont jeté dans la citerne, il va y mourir de faim car on n’a plus de pain dans la ville ! » Alors le roi donna cet ordre à Ébed-Mélek l’Éthiopien : « Prends trente hommes avec toi, et fais remonter de la citerne le prophète Jérémie avant qu’il ne meure. » – Parole du Seigneur. Lire la suite