Noël avec les enfants dans le doyenné de Gedinne

Dans le doyenné de Gedinne, plusieurs personnes s’impliquent avec joie pour que les enfants puissent participer de manière plus intense encore à la magie de Noël en présentant un conte ou/et une crèche vivante. Cela s’est passé à Graide, Gedinne, Laforêt, Bellefontaine et Louette-Saint-Denis.

Voici quelques échos de ces différentes eucharisties participatives …

Graide 

Comme chaque année à Graide, c’est avec joie que nous organisons une messe spéciale pour les enfants avec leur participation à la crèche vivante. Merci à vous d’y avoir participé, il n’y avait plus une chaise vide et d’autres sont restés debout dans une ambiance recueillie. La crèche était bien remplie avec une multitude d’anges et de bergers. Merci à Casmir de l’avoir célébrée, à la chorale de l’avoir rehaussée de chants.  Merci de votre participation et à l’année prochaine. Mireille

Photos : Etienne Wanlin

Gedinne – Noël 2017 – Soutien aux migrants

Trois femmes, habitant à l’écart, préparent un Noël traditionnel quand apparaît un couple d’étrangers. Elle est épuisée, va bientôt accoucher. Son mari cherche une grange, ce sont des réfugiés syriens : Fatima et José. Les braves femmes rassurées voient un signe, un clin d’oeil de celui qui est parti depuis peu. Elles accueillent le couple qui s’installe chez l’une d’elles avec bonheur. Ce sera leur plus beau Noël. La crèche vivante a réuni tous les enfants qui nous ont fait revivre la magie de Noël. Merci à tous ! Annie

Des photos bientôt ! 

Laforêt 

Cette année encore la paroisse de Laforêt a fêté la naissance de Jésus en organisant pour la cinquième fois une crèche vivante. Cette année, la messe solenelle célébrée par l’abbé Installe a de nouveau eu lieu la veille de Noël à 18h30. Un quart d’heure avant la messe, l’église était déjà remplie et à 18h30 précises, dès que les cloches arrêtent de sonner, la chorale constituée pour la circonstance entonne le chant d’entrée dans une église qui est cette fois beaucoup trop petite pour la circonstance car beaucoup de gens se voyaient obligés de rester debout. Des feuillets avaient été déposés sur chaque banc pour permettre à tous de participer aux chants traditionnels de Noël que sont « Les anges dans nos campagnes » et « Il est né le divin enfant ». Pour réserver un accueil chaleureux aux vacanciers qui passaient Noël dans les hôtels et les gîtes du coin, le prêtre a accueilli l’assemblée non seulement en français mais aussi dans la langue de nos amis néerlandophones. Après la messe, c’est dans le fond de l’église que tous pouvaient se retrouver pour boire un vin chaud ou un chocolat chaud. Pour animer ce petit moment de convivialité, des jeunes bergers et bergères nous ont démontré leur talent de musiciens en jouant des airs traditionnels de Noël avec leurs instruments. Cette année, la collecte destinée comme d’habitude à la recherche contre le cancer, a été faite par des bergers. Une intention de prière a été présentée pour ceux qui souffrent de cette maladie. Le samedi 30 décembre, dès 11h, un bar était ouvert dans le centre du village pour accueillir ceux qui désiraient boire un vin chaud ou autre chose ou qui souhaitaient goûter de la soupe à l’oignon et des pains saucisse. Un groupe de musiciens irlandais s’était chargé de l’animation musicale de cette petite fête. Les trois Rois Mages, quant à eux, ont commencé à faire du porte à porte pour récolter des fonds. Au cours des semaines précédentes, des billets de tombola avaient été vendus dans tous les villages de la commune. Le tirage de cette tombola a eu lieu ce même samedi à 14h. Les gagnants ont eu la chance d’emporter des oeuvres qui ont été réalisées par des artistes bien connus dans la région : Madame Yvonne Tellier et Monsieur Marcel Deprez. Tout l’argent récolté lors de cette fête sera versé au Fonds Léon Frédéric – CHU de Liège pour la recherche contre le cancer.

Le comité « Fêtons Noël » de Laforêt remercie tous les organisateurs de ces festivités ainsi que tous ceux qui ont fait preuve de générosité.

Olivier

Photo : Catherine

Conte et crèche vivante à Bellefontaine

La tradition est respectée chaque année avec joie par l’équipe liturgique et toutes les personnes qui s’investissent pour que la fête de Noël soit toujours vécue de manière particulière à Bellefontaine. Le « conte des 4 bougies » et la crèche vivante ont été présentés par les enfants et les jeunes présents. Une procession d’offrandes a aussi permis à tous de s’investir encore une fois dans cette eucharistie. Après la messe, un verre de vin chaud a réuni tous ceux qui le souhaitaient dans le fond de l’église. Merci à tous les enfants, aux jeunes, aux personnes qui se sont investies avec, entre autres, les musiciens, à l’abbé Goffin pour sa confiance et son implication.  Véro

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Etienne Wanlin

Noël à Louette-Saint-Denis : Conte et crèche vivante (minuit)

C’est à minuit que l’église de Louette-Saint-Denis a eu la joie de fêter la naissance de l’Enfant Jésus au cours de la messe célébrée par l’Abbé Félicien et animée par la chorale du village. Un conte a été interprété par des ados de bonne volonté et, de nombreux enfants, aux yeux embrumés de sommeil, ont participé à la crèche vivante autour d’un bébé adorable bercé par ses parents. Cette célébration s’est prolongée avec la dégustation  d’un cougnou et d’un vin chaud. Un grand merci à tous !                      Rita, Yvette, Anne-Marie, Marie-Christine.

Photos : Marie-Christine 

 

Retraite de profession de foi 2018

Pour les enfants qui ont commencé en septembre la 2ème année de préparation à la profession de foi dans tout le doyenné (excepté le secteur de Bouillon), retraite au patro à Bièvre les mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5/04/2018 de 9h à 17h.

Merci de bloquer ces dates dans votre agenda !

« Une pause par jour » – 18 janvier 2018

2ème Semaine du Temps Ordinaire – Première lecture (1 S 18, 6-9 ; 19, 1-7)

En ces jours-là, au retour de l’armée, lorsque David revint après avoir tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël à la rencontre du roi Saül pour chanter et danser au son des tambourins, des cris de joie et des cymbales. Les femmes dansaient en se renvoyant ce refrain : « Saül a tué ses milliers, et David, ses dizaines de milliers. » Saül le prit très mal et fut très irrité. Il disait : « À David on attribue les dizaines de milliers, et à moi les milliers ; il ne lui manque plus que la royauté ! » Depuis ce jour-là, Saül regardait David avec méfiance. Saül dit à son fils Jonathan et à tous ses serviteurs son intention de faire mourir David. Mais Jonathan, le fils de Saül, aimait beaucoup David et il alla le prévenir : « Mon père Saül cherche à te faire mourir. Demain matin, sois sur tes gardes, mets-toi à l’abri, dissimule-toi. Moi, je sortirai et je me tiendrai à côté de mon père dans le champ où tu seras. Je parlerai de toi à mon père, je verrai ce qu’il en est et je te le ferai savoir. » Jonathan fit à son père Saül l’éloge de David ; il dit : « Que le roi ne commette pas de faute contre son serviteur David, car lui n’a commis aucune faute envers toi. Au contraire, ses exploits sont une très bonne chose pour toi. Il a risqué sa vie, il a frappé à mort Goliath le Philistin, et le Seigneur a donné une grande victoire à tout Israël : tu l’as vu et tu en as été heureux. Pourquoi donc commettre une faute contre la vie d’un innocent, en faisant mourir David sans motif ? » Saül écouta Jonathan et fit ce serment : « Par le Seigneur vivant, il ne sera pas mis à mort ! » Alors Jonathan appela David et lui répéta tout ce que le roi avait dit. Puis il le conduisit à Saül, et David reprit sa place comme avant. – Parole du Seigneur.  Lire la suite

« Une pause par jour » – 17 janvier 2017

2ème Semaine du Temps Ordinaire – Première lecture (1 S 17, 32-33.37.40-51)

En ces jours-là, le Philistin Goliath venait tous les jours défier l’armée d’Israël. David dit à Saül : « Que personne ne perde courage à cause de ce Philistin. Moi, ton serviteur, j’irai me battre avec lui. » Saül répondit à David : « Tu ne peux pas marcher contre ce Philistin pour lutter avec lui, car tu n’es qu’un enfant, et lui, c’est un homme de guerre depuis sa jeunesse. » David insista : « Le Seigneur, qui m’a délivré des griffes du lion et de l’ours, me délivrera des mains de ce Philistin. » Alors Saül lui dit : « Va, et que le Seigneur soit avec toi ! » David prit en main son bâton, il se choisit dans le torrent cinq cailloux bien lisses et les mit dans son sac de berger, dans une poche ; puis, la fronde à la main, il s’avança vers le Philistin. Le Philistin se mit en marche et, précédé de son porte-bouclier, approcha de David. Lorsqu’il le vit, il le regarda avec mépris car c’était un jeune garçon ; il était roux et de belle apparence. Le Philistin lui dit : « Suis-je donc un chien, pour que tu viennes contre moi avec un bâton ? » Puis il le maudit en invoquant ses dieux. Il dit à David : « Viens vers moi, que je te donne en pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages ! » David lui répondit : « Tu viens contre moi avec épée, lance et javelot, mais moi, je viens contre toi avec le nom du Seigneur des armées, le Dieu des troupes d’Israël que tu as défié. Aujourd’hui le Seigneur va te livrer entre mes mains, je vais t’abattre, te trancher la tête, donner aujourd’hui même les cadavres de l’armée philistine aux oiseaux du ciel et aux bêtes de la terre. Toute la terre saura qu’il y a un Dieu pour Israël, et tous ces gens rassemblés sauront que le Seigneur ne donne la victoire ni par l’épée ni par la lance, mais que le Seigneur est maître du combat, et qu’il vous livre entre nos mains. » Goliath s’était dressé, s’était mis en marche et s’approchait à la rencontre de David. Celui-ci s’élança et courut vers les lignes des ennemis à la rencontre du Philistin. Il plongea la main dans son sac, et en retira un caillou qu’il lança avec sa fronde. Il atteignit le Philistin au front, le caillou s’y enfonça, et Goliath tomba face contre terre. Ainsi David triompha du Philistin avec une fronde et un caillou : quand il frappa le Philistin et le mit à mort, il n’avait pas d’épée à la main. Mais David courut ; arrivé près du Philistin, il lui prit son épée, qu’il tira du fourreau, et le tua en lui coupant la tête. Quand les Philistins virent que leur héros était mort, ils prirent la fuite. – Parole du Seigneur.  Lire la suite

« Une pause par jour » – 16 janvier 2018

2ème Semaine du Temps Ordinaire – Première lecture (1 S 16, 1-13)

En ces jours-là, le Seigneur dit à Samuel : « Combien de temps encore seras-tu en deuil à cause de Saül ? Je l’ai rejeté pour qu’il ne règne plus sur Israël. Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars ! Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem, car j’ai vu parmi ses fils mon roi. » Samuel répondit : « Comment faire ? Saül va le savoir, et il me tuera. » Le Seigneur reprit : « Emmène avec toi une génisse, et tu diras que tu viens offrir un sacrifice au Seigneur. Tu convoqueras Jessé au sacrifice ; je t’indiquerai moi-même ce que tu dois faire et tu me consacreras par l’onction celui que je te désignerai. » Samuel fit ce qu’avait dit le Seigneur. Quand il parvint à Bethléem, les anciens de la ville allèrent à sa rencontre en tremblant, et demandèrent : « Est-ce pour la paix que tu viens ? » Samuel répondit : « Oui, pour la paix. Je suis venu offrir un sacrifice au Seigneur. Purifiez-vous, et vous viendrez avec moi au sacrifice. » Il purifia Jessé et ses fils, et les convoqua au sacrifice. Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit : « Sûrement, c’est lui le messie, lui qui recevra l’onction du Seigneur ! » Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. » Jessé appela Abinadab et le présenta à Samuel, qui dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. » Jessé présenta Shamma, mais Samuel dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. » Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. » Alors Samuel dit à Jessé : « N’as-tu pas d’autres garçons ? » Jessé répondit : « Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau. » Alors Samuel dit à Jessé : « Envoie-le chercher : nous ne nous mettrons pas à table tant qu’il ne sera pas arrivé. » Jessé le fit donc venir : le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau. Le Seigneur dit alors : « Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui ! » Samuel prit la corne pleine d’huile, et lui donna l’onction au milieu de ses frères. L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. Quant à Samuel, il se mit en route et s’en revint à Rama. – Parole du Seigneur.  Lire la suite

« Une pause par jour » – 15 janvier 2018

2ème Semaine du Temps Ordinaire – Première lecture (1 S 15, 16-23)

En ces jours-là, Samuel dit à Saül : « Assez ! Je vais t’apprendre ce que le Seigneur m’a dit pendant la nuit. » Saül lui dit : « Parle. » Alors Samuel déclara : « Toi qui reconnaissais ta petitesse, n’es-tu pas devenu le chef des tribus d’Israël, puisque le Seigneur t’a donné l’onction comme roi sur Israël ? Il t’a envoyé en campagne et t’a donné cet ordre : “Va, et voue à l’anathème ces impies d’Amalécites, fais-leur la guerre jusqu’à l’extermination.” Pourquoi n’as-tu pas obéi à la voix du Seigneur ? Pourquoi t’es-tu jeté sur le butin ? Pourquoi as-tu fait ce qui est mal aux yeux du Seigneur ? » Saül répondit à Samuel : « Mais j’ai obéi à la voix du Seigneur ! Je suis allé là où il m’envoyait, j’ai ramené Agag, roi d’Amalec, et j’ai voué Amalec à l’anathème. Dans le butin, le peuple a choisi le meilleur de ce qui était voué à l’anathème, petit et gros bétail, pour l’offrir en sacrifice au Seigneur ton Dieu, à Guilgal. » Samuel répliqua : « Le Seigneur aime-t-il les holocaustes et les sacrifices autant que l’obéissance à sa parole ? Oui, l’obéissance vaut mieux que le sacrifice, la docilité vaut mieux que la graisse des béliers. La révolte est un péché comme la divination ; la rébellion est une faute comme la consultation des idoles. Parce que tu as rejeté la parole du Seigneur, lui aussi t’a rejeté : tu ne seras plus roi ! » – Parole du Seigneur.  Lire la suite