« Une histoire inspirante : le jeune, le train et les arbres »

Un garçon âgé de 29 ans, regarde par la fenêtre d’un train et crie…
« Papa regarde, les arbres passent derrière ! »
Son père sourit et un jeune couple assis à proximité, regarde le comportement puéril du garçon de 29 ans avec pitié.
Soudainement, il l’interpelle encore une fois :
« Papa, regarde les nuages avancent avec nous ! »
Le couple ne résiste plus et dit au père :
« Pourquoi vous ne prenez pas votre fils pour aller voir un bon docteur ? » (estimant bien sûr que le jeune de 29 ans était un peu trop âgé pour ce genre de comportement).
Le vieil homme sourit et leur dit…
« Je l’ai fait et nous venons tout juste de sortir de l’hôpital, mon fils était aveugle depuis sa naissance et il a retrouvé la vue seulement aujourd’hui grâce à une greffe. »
Morale :
Chaque personne sur terre a une histoire.
Ne jugeons pas les personnes avant de les connaitre réellement.
La vérité est parfois bien différente de ce qu’on peut s’imaginer…
Site internet ici !

Bourse aux plantes à Haut-Fays

Haut-Fays, dimanche 20 septembre 2020 à la Salle St Remacle de 10h à 17h

« Troc et vente à petits prix »

Rejoignez-nous pour échanger et partager vos plantes

Échange de semences avec la grainothèque de Daverdisse                                 

A 14h « Les Graines germées »

Certaines graines comestibles peuvent germer et être consommées. Et bonne nouvelle, ces jeunes pousses peuvent aisément se réaliser à la maison.

« …et les cultures d’hiver »

Le potager peut être productif toute l’année, même après la pleine saison ensoleillée… Céline vous proposera un zoom sur les légumes stars du potager d’hiver.                        

Conférence de Céline Grandjean

Entrée gratuite – Bienvenue à toutes et tous !

Info et contact : Joëlle Stuerebaut   – 061/58 89 22 ou 0491/15 32 47 * Céline Grandjean   – 0491/90 58 67 – Adresse du jour : rue du Cimetière, 10 – 6929 Haut-Fays

Editeur responsable Daisy Herman – rue Maurice Jaumain, 15 5330 Assesse RPM Liège Division Namur n° 0408 004 863

L’abbé Quentin Collin:  »L’aventure commence dans la joie »

L’abbé Quentin Collin, 30 ans, est un homme toujours souriant. Il a aussi montré, dimanche, lors de son ordination presbytérale un autre visage. Celui d’un prêtre ému aux larmes au moment de faire ses premiers pas dans le ministère. Les paroissiens de Rochefort ont appris avec bonheur que l’abbé Collin était nommé vicaire dominical chez eux, dans la paroisse où il était depuis de longs mois en insertion pastorale. Il suivra encore des cours de liturgie et sacramentaire à l’Institut Supérieur de Liturgie de l’Institut Catholique de Paris.

Une ordination attire, chaque année, des centaines de personnes dans la cathédrale. Il y a ceux qui connaissent l’ordinand et qui veulent être à ses côtés au moment de son engagement. Il y a encore ceux qui sont heureux pour l’Église diocésaine et qui veulent s’associer à la joie de compter un nouveau prêtre. Dimanche, l’ambiance était différente. Et cela, comme le dira, non sans humour, le jeune prêtre à cause d’un « petit » virus. Covid-19 qui a plané sur cette ordination. Une assemblée limitée à 200 personnes. Pour tout le monde: port du masque obligatoire. Pour les concélébrants principaux ce sera aussi passage des mains au gel hydro-alcoolique à plusieurs reprises. L’habituelle Maîtrise de la cathédrale se résumait à une schola. Cinq professionnels chargés de conduire avec bonheur et talent chacun dans la prière.

Yvonne dans les pensées

A son entrée dans la cathédrale, l’ordinand a une pensée pour Yvonne, sa grand-mère. Une grand-mère partie pour son dernier voyage il y a quelques mois à peine. Une grand-mère qu’il a accompagné tant de fois à Beauraing pour y vivre un triduum. Une grand-mère qui l’accompagnait encore par ses prières dans son cheminement vers la prêtrise.
L’abbé Barbieux, président du Séminaire de Namur dressera le portrait du jeune ordinand. Les deux hommes se connaissent et s’apprécient. Quentin était encore adolescent lorsqu’il a vu arriver dans sa paroisse de Habay-la-Neuve, un jeune séminariste pour un stage. Ce séminariste, c’était François Barbieux. Pour Quentin, cette présence était le signe qu’un jeune peut donner sa vie à Dieu. On connaît la suite.
Avant de recevoir l’ordination, l’ordinand s’est ainsi engagé à  »accomplir avec sagesse et dignement le ministère de la Parole, en annonçant l’Evangile et en exposant la foi catholique. » Il a aussi  »promis de vivre en communion avec l’évêque et ses successeurs. »
Dans son homélie, l’évêque a eu ces mots:  »Bien cher Quentin, tout porte à croire que tu seras, pour le plus grand bonheur de Dieu et des communautés chrétiennes, un prêtre rayonnant. Non sans émotion, je vais maintenant accueillir et rendre effective ta volonté d’être prêtre. Mais auparavant, à travers un chant, nous allons accueillir l’Esprit de Dieu. N’oublie jamais cela: l’engagement de l’homme est précédé du don de Dieu. Au moment où tu t’engages, il s’engage lui aussi et lui d’abord. N’oublie pas de t’appuyer sur lui, sur la grâce qu’il te fait aujourd’hui et qui ne te fera jamais défaut. Alors, ce ne sont pas tes richesses que tu apporteras à tes frères, mais les trésors de Dieu. Et au lieu de faire du bien, tu feras des miracles! »

Agenouillé devant l’évêque, celui-ci lui a imposé les mains suivra la prière d’ordination. Deux rites essentiels pour que l’ordinand devienne l’ordonné. Une ordination qui se poursuit par des rites complémentaires: la remise de l’écharpe sacerdotale et de la chasuble. Ce sont les abbés Gobert, doyen de Habay et Solot, doyen de Rochefort ont eu ce plaisir. Mgr Warin lui marquera les mains avec le saint chrême, une huile consacrée lors de la messe chrismale. Les mains ne sont-elles pas, pour le prêtre, le moyen de donner les sacrements. L’ordination se termine habituellement avec le baiser fraternel. Un moment vécu, cette année, dans la réserve. Un simple salut toujours dans le respect des mesures sanitaires.
L’abbé Quentin Collin s’est, à la fin de l’ordination, adressé à l’assemblée:  »Je confie à votre soutien à tous et à vos prières mon ministère à venir: l’aventure commence, mais avec beaucoup de joie. Oui, MERCI… 5 petites lettres anodines mais qui brûlent de toute la charité avec laquelle je veux vraiment vous les adresser. De tout cœur, à votre service,  »pour la gloire de Dieu et le salut du monde ». MERCI! »

Christine Bolinne

Site du diocèse de Namur

« Entrer dans le silence et la prière avec le Notre Père »

RÉCOLLECTION à l’abbaye Notre Dame de Clairefontaine à Bouillon : « Entrer dans le silence et la prière avec le Notre Père »

par le Père Christophe Brzostowski

Dates : 4ème mardi du mois (22/9, 27/10, 24/11/2020)
Horaire : de 10h à 15h30 

10h : 1er entretien ( +/- 30 min.)

10h30 à 11h 15 : prière silencieuse soit à l’oratoire, à l’église au jardin, en promenade… ( selon le temps)

11h15 : Eucharistie

12h15 : repas en silence : chacun apporte son pique-nique et nous fournissons café , potage (sauf personne en séjour)

13h30 : 2ème entretien ( +/- 30 min. )

14h à 14h45 : prière silencieuse… avec possibilité de recevoir le sacrement de réconciliation

14h45 : possibilité de se joindre à la prière des sœurs

15h : goûter avec partage avant le départ

(possibilité de passage au magasin monastique ouvert à partir de 14h)

Adresse et numéro de contact : rue de Cordemois, 1 – 6830 Bouillon – 061/22.90.80

Une belle fête en perspective à Bellefontaine !

Le dimanche 20 septembre à 10h30 à l’église, une eucharistie d’action de grâce sera célébrée pour fêter un double anniversaire … les 150 ans de la construction de l’église et les 100 ans de la paroisse (à titre indicatif, voici la transcription de la lettre de Mgr Heylen concernant cette  érection en paroisse !)

Evidemment, cet anniversaire sera fêté en petit comité vu le covid 19 et les mesures à respecter.

Fêtes de premières communions et confirmations 2020

Monsieur l’abbé,
Monsieur le diacre,
Madame, Monsieur,

A l’approche des premières communions et des confirmations, les évêques de Belgique communiquent:

La pandémie de coronavirus de ce printemps nous a obligés à reporter les célébrations des premières communions et des confirmations. Elles étaient normalement prévues comme toujours, pendant le temps pascal, temps fort de l’Eglise entre Pâques et la Pentecôte. Le confinement en a empêché la célébration.
Les Évêques ont alors décidé le report des confirmations aux mois de septembre ou octobre de cette année et celui des premières communions à la prochaine année scolaire 2020-2021. Les personnes concernées en ont été informées début avril.

Les Évêques réunis hier en téléconférence, ont confirmé qu’au vu de la situation actuelle, le timing prévu pourra être effectivement respecté.
Ceci dans le respect des mesures de sécurité qui sont d’application, dont un maximum de participants officiellement autorisés au moment où auront lieu ces célébrations, (les -12 ans non compris), le port du masque buccal et le maintien de la distance nécessaire.

Chaque diocèse se prépare maintenant concrètement aux célébrations des premières communions et des confirmations. Les responsables ecclésiaux locaux sont ou seront informés sous peu. Ils transmettront des informations détaillées aux parents et enfants concernés. Toutes les informations utiles seront également reprises sur les sites internet et dans les bulletins diocésains et systématiquement mises à jour.

Des célébrations gratifiantes

Les Évêques vous remercient de votre compréhension dans ces circonstances extraordinaires. Comme ils l’ont écrit il y a quelques semaines : ‘Pour les enfants et ceux qui les accompagnaient dans le cheminement vers leur première communion ou leur confirmation, le report décidé ce printemps a été un sacrifice important. Mais report ne signifie pas abandon. Sous peu, nous pourrons célébrer les confirmations et les premières communions de cette année. Nous espérons qu’elles seront encore plus gratifiantes en cette période difficile où notre patience et notre résilience sont mises à rude épreuve.’ 

Les Évêques nous demandent de demeurer vigilants face au virus et de respecter toutes les mesures de sécurité, tant lors de la préparation, lors des célébrations des communions et des confirmations que lors des fêtes de famille à cette occasion.

Nous souhaitons à tous bientôt une belle fête en toute sécurité.

Les évêques de Belgique

Bien cordialement,
Service communication du diocèse

« Une pause par jour » – 20 septembre 2020

Première lecture – « Mes pensées ne sont pas vos pensées » (Is 55, 6-9) – Lecture du livre du prophète Isaïe

Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide, ses pensées ! Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 19 septembre 2020

S. Janvier, évêque et martyr

Première lecture – « Ce qui est semé périssable ressuscite impérissable » (1 Co 15, 35-37.42-49) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, quelqu’un pourrait dire : « Comment les morts ressuscitent-ils ? avec quelle sorte de corps reviennent-ils ? » – Réfléchis donc ! Ce que tu sèmes ne peut reprendre vie sans mourir d’abord ; et ce que tu sèmes, ce n’est pas le corps de la plante qui va pousser, mais c’est une simple graine : du blé, par exemple, ou autre chose. Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Ce qui est semé périssable
ressuscite impérissable ; ce qui est semé sans honneur ressuscite dans la gloire ; ce qui est semé faible ressuscite dans la puissance ; ce qui est semé corps physique
ressuscite corps spirituel ; car s’il existe un corps physique, il existe aussi un corps spirituel. L’Écriture dit : Le premier homme, Adam, devint un être vivant ; le dernier Adam – le Christ – est devenu l’être spirituel qui donne la vie. Ce qui vient d’abord, ce n’est pas le spirituel, mais le physique ; ensuite seulement vient le spirituel. Pétri d’argile, le premier homme vient de la terre ; le deuxième homme, lui, vient du ciel. Comme Adam est fait d’argile, ainsi les hommes sont faits d’argile ; comme le Christ est du ciel, ainsi les hommes seront du ciel. Et de même que nous aurons été à l’image
de celui qui est fait d’argile, de même nous serons à l’image de celui qui vient du ciel. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 18 septembre 2020

Première lecture – « Si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur » (1 Co 15, 12-20) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ; alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer qu’il n’y a pas de résurrection des morts ? S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu,
votre foi aussi est sans contenu ; et nous faisons figure de faux témoins de Dieu, pour avoir affirmé, en témoignant au sujet de Dieu, qu’il a ressuscité le Christ, alors qu’il ne l’a pas ressuscité si vraiment les morts ne ressuscitent pas. Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;
et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus. Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 17 septembre 2020

S. Robert Bellarmin, évêque et docteur de l’Eglise

Première lecture – « Voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez » (1 Co 15, 1-11) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon, c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –,
ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis. Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi. Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez. – Parole du Seigneur.

Lire la suite