« Une pause par jour » – 31 mai 2020

Bonjour à chacune et chacun,

L’eucharistie de ce dimanche de Pentecôte, enregistrée dans la chapelle Notre Dame de Lourdes à Bièvre et célébrée par l’abbé Casmir Nnubia, prêtre du secteur de Bièvre/Daverdisse, est à voir ci-dessous ! 

Bon dimanche ! 

Véro

Première lecture – « Tous furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues » (Ac 2, 1-11) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. » – Parole du Seigneur.

Lire la suite

La prière parapluie

Ferme ton parapluie, mon frère,

la prière n’est pas un parapluie ;

Dieu ne vend pas de parapluie,

ma soeur,

il aime trop le vent !

 

J’avais peur de me mouiller

je me croyais à l’abri

sous ma prière parapluie ; 

mais tu m’as éclaboussé

par dessous, Seigneur ; 

la rafale est venue de côté,

et le parapluie troussé ! 

 

J’avais cru, sous le parapluie

que tu te tenais toi aussi,

toi le maître de l’Esprit…

Un p’tit coin d’parapluie

un p’tit coin de paradis 

c’était ma chance…

 

J’ai ouvert les yeux,

personne sous le parapluie.

Personne que moi,

un homme au sec,

un homme sec

doigts crispés sur le manche

de la prière parapluie.

 

Viens !

maître du vent et de l’Esprit,

emporte aux quatre coins du vent

mon ridicule parapluie

et ma prière paravent ! 

 

Toi, le Dieu des sans-parapluie

pousse-moi dehors,

dans le vent,

mouille-moi, Seigneur !

 

Mais donne-moi, en même temps

la joie et la force

de ceux que tu trempes

de l’Esprit ! 

Olivier FABRE

« Nous traverserons ensemble la crise du coronavirus »

Monsieur l’abbé,
Monsieur le diacre,
Madame, Monsieur, 

Le 3 juin, le Conseil national de Sécurité décidera de la date où tous les cultes de notre pays pourront à nouveau se réunir pour tenir des services religieux. Entretemps, les mesures de sécurité qui devront être appliquées, ont été approuvées. Elles seront transmises dès aujourd’hui à tous les responsables pastoraux locaux. Ils pourront ainsi entreprendre les préparatifs nécessaires à la reprise des célébrations.  
Ce week-end, nous célébrons la grande fête de la Pentecôte. Nous ne pourrons pas encore la célébrer ensemble dans nos églises, mais cela ne nous empêchera pas de prier le Père d’envoyer son Esprit sur l’Eglise et sur le monde. Voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi, dons qui nous font grandir au service des autres.

La première phase délicate de sortie du confinement pour nos églises pourra maintenant espérons-le, débuter bientôt. Pour cette première phase, le gouvernement a fixé un nombre maximum de 100 fidèles par célébration. Une distance entre les fidèles d’1,5 mètre dans tous les sens devra également être respectée, ce qui réduira peut-être leur nombre dans les petites églises. Ce ne sera pas facile mais il y va de la sécurité et la santé de tous.

Toutes ces mesures rendront sans aucun doute nos célébrations un peu moins cordiales dans un premier temps. Nous n’en serons pas moins nourris de la Parole de Dieu et de son Pain de vie, dans le souffle de l’Esprit. Et pour ceux dont la santé est fragile ou qui hésitent à participer à l’Eucharistie dans ces conditions restrictives, il va de soi que les célébrations à la radio et à la télévision se poursuivront.

Les lignes directrices pour célébrer ensemble sont rassemblées dans un « protocole », élaboré sous la direction d’experts et approuvé par les autorités. Les responsables pastoraux locaux recevront ce protocole dès aujourd’hui (pour le consulter, cliquez ici). Il est par ailleurs consultable sur Cathobel et sur Kerknet. Pour une information plus concrète sur les lieux et heures de célébration de l’eucharistie locale, il est souhaitable de contacter le responsable local.

Ce nouveau ‘vivre ensemble’ qui marque la sortie progressive de la crise du coronavirus, exige créativité et engagement. Il suppose une attention soutenue pour ceux qui subissent de plein fouet la crise dans ses dimensions sanitaires, économiques et sociales.

Une fois de plus, nous remercions tous ceux qui s’engagent pour leurs semblables, qu’ils soient proches ou plus éloignés. Nous en avons eu de bons exemples en de nombreux endroits, ces dernières semaines.

La crise du coronavirus est et sera plus légère si nous continuons à la traverser ensemble.

Sainte fête de Pentecôte
 

Les Evêques de Belgique,
29 05 2020
 

Communion spirituelle

Pour nous qui ne pouvons malheureusement plus communier en ce temps de confinement, voici une prière pour rester en communion avec Jésus.

Mon Jésus,

Je crois à ta présence dans le Très Saint Sacrement.

Je t’aime plus que toute chose et je désire que tu viennes dans mon âme.

Je ne puis maintenant te recevoir sacramentellement dans mon coeur :

viens-y au moins spirituellement.

Je t’embrasse comme si tu étais déjà venu, et je m’unis à toi tout entier.

Ne permets pas que j’aie jamais le malheur de me séparer de toi.

St Alphonse de Liguori

« Une pause par jour » – 1er juin 2020

Concernant l’eucharistie de la Trinité, nous attendrons la réunion du conseil national de sécurité prévue le mercredi 3 juin pour vous informer si elle se déroulera en présentiel ou bien par vidéo interposée. 🙂 Merci ! Véro

Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église

Première lecture – « Les dons promis, si précieux, nous sont accordés, pour que, par eux, vous deveniez participants de la nature divine » (2 P 1, 2-7) – Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, que la grâce et la paix vous soient accordées en abondance par la vraie connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur. Sa puissance divine nous a fait don de tout ce qui permet de vivre avec piété, grâce à la vraie connaissance de celui qui nous a appelés par la gloire et la force qui lui appartiennent. De la sorte nous sont accordés les dons promis, si précieux et si grands, pour que, par eux, vous deveniez participants de la nature divine, et que vous échappiez à la dégradation produite dans le monde par la convoitise. Et pour ces motifs, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance de Dieu, à la connaissance de Dieu la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la persévérance, à la persévérance la piété,
à la piété la fraternité, à la fraternité l’amour. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 30 mai 2020

Rendez-vous demain pour vivre avec nous l’Eucharistie du dimanche de Pentecôte à regarder sur YouTube ou sur votre blog à partir de 6h. Merci beaucoup ! 🙂 
Première lecture – « Paul demeura à Rome ; il annonçait le règne de Dieu » (Ac 28, 16-20.30-31) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

À notre arrivée à Rome, Paul a reçu l’autorisation d’habiter en ville avec le soldat qui le gardait. Trois jours après, il fit appeler les notables des Juifs. Quand ils arrivèrent, il leur dit : « Frères, moi qui n’ai rien fait contre notre peuple et les coutumes reçues de nos pères, je suis prisonnier depuis Jérusalem où j’ai été livré aux mains des Romains. Après m’avoir interrogé, ceux-ci voulaient me relâcher, puisque, dans mon cas, il n’y avait aucun motif de condamnation à mort. Mais, devant l’opposition des Juifs, j’ai été obligé de faire appel à l’empereur, sans vouloir pour autant accuser ma nation. C’est donc pour ce motif que j’ai demandé à vous voir et à vous parler, car c’est à cause de l’espérance d’Israël que je porte ces chaînes. » Paul demeura deux années entières dans le logement qu’il avait loué ; il accueillait tous ceux qui venaient chez lui ; il annonçait le règne de Dieu et il enseignait ce qui concerne le Seigneur Jésus Christ avec une entière assurance et sans obstacle. – Parole du Seigneur.

Lire la suite