Double anniversaire dans le secteur Bièvre/Daverdisse en septembre …

Mais, qu’est ce que ce double anniversaire et donc cette double fête me direz vous !? 🙂 🙂 

La paroisse de Bellefontaine (province de Namur) fêtera le dimanche 20 septembre les 150 ans de l’église et les 100 ans de la création de la paroisse. A 10h30, il y aura une eucharistie célébrée par le doyen de Rochefort, l’abbé Jules Solot, un repas, etc… 
L’abbé Casmir Nnubia, prêtre du secteur Bièvre/Daverdisse, fêtera ses 25 ans de prêtrise le samedi 26 septembre à Bièvre à 11h. 

Bloquez déjà ces dates même si toutes les infos ne sont pas encore connues ! 

Véro

Les paroissiens du secteur Bièvre/Daverdisse font connaissance avec leur nouveau prêtre, l’abbé Macaire !

Ce dimanche 15 décembre, en l’église de Bièvre, les paroissiens du secteur de Bièvre/Daverdisse ont accueilli un nouveau prêtre, l’abbé Macaire Gitango, qui officiait auparavant dans le secteur de Messancy. Le diacre Xavier, les abbés Joseph Goffin et Casmir Nnubia entouraient le nouveau prêtre à l’autel. Monsieur Francis Vanderperre a prononcé le mot d’accueil au nom de tout le secteur. Il a souligné la difficulté, après le départ de l’abbé Chrétien, de maintenir un horaire de messes qui tienne la route sans léser aucune paroisse. Une intention a été aussi prononcée pour confier l’abbé Macaire au Seigneur et lui souhaiter une nouvelle mission aussi fructueuse que possible. L’abbé Casmir Nnubia a remercié l’abbé Macaire d’avoir dit « Oui » à cette nouvelle mission ! Après l’eucharistie, un verre de l’amitié a permis à chacun de faire connaissance avec le nouveau prêtre !

Merci à tous !

V.P.

Monseigneur Warin, évêque de Namur, nous raconte son pèlerinage à Lourdes en septembre…

 

A Lourdes, Mgr Warin a tenu le langage du cœur

Encore beaucoup d’émotion dans la voix de Mgr Pierre Warin lorsqu’il raconte son dernier pèlerinage à Lourdes. Arrivé dans la cité mariale bien fatigué après un été pour le moins chargé, Mgr Warin est rentré au pays ressourcé:  »A Lourdes, je n’ai pas les soucis du quotidien, j’ai pu faire de la pastorale pure. » Comme après chaque pèlerinage, il est toujours autant séduit par la générosité de chacun des participants. Par la disponibilité, la solidarité envers les moins valides.

Mgr Warin connaît bien Lourdes. Comme évêque auxiliaire, il y est allé, en pèlerinage, chaque année. Lourdes et Mgr Pierre Warin c’est une belle et bien plus longue histoire encore. Alors qu’il était scout, il accompagnait son oncle médecin dans ce que l’on appelait alors le  »train blanc », le train des malades. Avec Foi et Lumière, il accompagnera, par la suite, un ami fortement handicapé par la polio.  »Pour lui, il y avait un avant et un après Lourdes. Aujourd’hui, il est décédé mais c’est lui qui a contribué à faire entrer Marie dans mon cœur. Avant un pèlerinage, je me rends sur sa tombe près de Tongres et je le recommande à ses prières. »
Les derniers mois ont été très chargés en émotions et en travail pour le nouvel évêque de Namur. Le jour du départ de ce pèlerinage, Mgr Warin a embarqué heureux mais très fatigué.  »Dans le train, l’abbé Philippe Goffinet, directeur des Pèlerinages Namurois a reçu un message de Lourdes. Son interlocuteur souhaitait que je préside la célébration du dimanche dans la grotte souterraine. Il me demandait encore de faire l’homélie dont le texte devait être rédigé pour le vendredi et ainsi permettre aux traducteurs de faire leur travail. » Mgr Warin, en boutade, d’ajouter:  »On veut le nouvel évêque partout! » Et retrouvant son sérieux:  »Comme beaucoup, je me suis senti transfiguré par tant d’humanité. L’apport des malades est essentiel. Les malades font sortir des cœurs des trésors de générosité. Et ça, c’est propre au pèlerinage de septembre. »

Complicité

L’évêque a bien sûr connu le pèlerinage de juillet qui emmène lui plus de familles, de jeunes vers Marie. Là aussi, il a apprécié. C’est juste différent. Lors du pèlerinage de septembre qui mène à Lourdes des personnes moins valides, des malades, le rôle des hospitaliers est essentiel. Tout comme celui des jeunes, des étudiants d’écoles supérieures qui se forment dans l’aide à la personne. Sur place, il y avait des représentants de l’INDA d’Arlon , un établissement qui forme les assistants familiaux de demain. Ou encore l’Henallux et ses futurs infirmiers. Mgr Warin:  »Ces jeunes même s’ils sont indifférents à la religion se voient confier une personne malade: les comportements changent. » Après le pèlerinage, il est fréquent qu’une belle complicité se soit développée.
Un évêque encore heureux du travail réalisé par les Pèlerinages Namurois.  »Ils sont un fleuron de notre diocèse » dit-il. L’évêque est admiratif devant une organisation aussi bien réglée. Ce sont 18 cars partis d’un peu partout dans le diocèse qui sont arrivés à Charleville-Mézières où, depuis quelques années, se fait l’embarquement dans le TGV. Et lorsque les participants arrivent – ils étaient 1050 pèlerins – les hospitaliers sont déjà prêts à donner le coup de main bien précieux pour porter une valise trop lourde, gravir une marche trop haute…

Les moments impossibles à oublier

 »Je tremble encore en me souvenant de la messe célébrée à la grotte avec 350 Sénégalais, quelle émotion. Le dimanche, j’ai donc présidé la messe à la basilique souterraine devant 7000 pèlerins. Même si le pape fait mieux, c’est quelque chose! Les fidèles répondent directement, c’est encore très porteur. J’ai tenu à saluer, en italien, les ‘Amis italiens venus de la belle Italie.’ » Mgr Warin a conquis des fidèles très enthousiastes.
Emotion toujours au moment de l’onction des malades. Et cette année, les nouveaux hospitaliers, ceux qui officiaient pour la première fois, ont aussi reçu la bénédiction de l’évêque.  »Ils ont tendu les mains vers moi et j’ai pu les bénir. Bénir ces mains avec lesquelles ils font tant de bien était vraiment magnifique. »
Et de poursuivre:  »Je souhaite que beaucoup de prêtres participent à des pèlerinages, qu’ils invitent des paroissiens des jeunes, des moins jeunes, des malades, des moins valides… et vivent, avec eux, ce moment merveilleux. » Autre nouveauté souhaitée, cette fois, par l’abbé Goffinet, une conférence donnée à l’attention des pèlerins la veille du retour. Mgr Warin a redéfini pour son auditoire ses défis pastoraux pour les années à venir.  »J’ai parlé le langage du cœur. »
C.B.
Photos: Pèlerinages Namurois

Source : Site du diocèse