Un départ dans l’Unité Pastorale Gedinne Croix-Scaille

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est lors d’une eucharistie d’action de grâce célébrée dans l’église de Rienne que l’Abbé Albert Mofya Mpundu a dit au revoir aux paroissiens de l’Unité Pastorale Gedinne Croix-Scaille. En effet, début juillet, il quittera le presbytère de Rienne pour retourner dans son pays, la République Démocratique du Congo.

De nombreux paroissiens ont souhaité faire le déplacement pour entourer l’abbé Albert et c’est la chorale de l’Unité Pastorale qui a animé musicalement l’office.

Au début de la célébration, l’abbé Albert a d’abord voulu remercier le Seigneur qui a permis  de vivre et de travailler ensemble la main dans la main dans la paix et la concorde. Il a remercié le doyen Casmir, les membres du chantier paroissial, l’abbé Félicien qui lui a appris beaucoup et lui a permis d’acquérir une bonne expérience pastorale, les prêtres, diacres, assistantes paroissiales du doyenné de Gedinne et Bouillon, les membres de l’équipe de l’unité pastorale, la secrétaire paroissiale, les catéchistes, les membres des fabriques d’église, les chorales et organistes, les enfants de choeur, les paroissiens, ses amis et tous les bénévoles qui distribuent le bulletin paroissial.

Madame Christiane Richard a relaté quelques points clé de la vie de l’abbé Albert avant son arrivé à Rienne. Le 14 octobre 2016, il débarque en Belgique et s’installe à Namur ou il suit des cours concernant la catéchèse et la pastorale à l’Institut international de catéchèse et de pastorale Lume Vitae. En 2018, l’évêque l’envoie dans l’unité pastorale Gedinne Croix-Scaille. « Pas de chichi ! », telle pourrait être la philosophie de l’abbé Albert. Sa simplicité, sa discrétion, son humilité, sa gentillesse font de lui un homme réservé, très attentif à l’écoute des autres. Madame Christiane Richard a terminé son intervention en remerciant l’abbé Albert pour les beaux moments partagés, le travail accompli ensemble, les belles rencontres et lui a souhaité bonne route et bonne chance pour la suite de son ministère.

Au nom de l’équipe pastorale, elle a remis à l’abbé Albert une statue de la Vierge au coeur d’or de Beauraing et un livre d’or rempli de témoignages d’amitié et de soutien.

 

 

 

 

 

Monsieur Daniel Normand, président de la fabrique d’église de Rienne, lui a remis un cadre photos de l’église du village et de la chapelle Saint Walhère.

 

 

 

 

 

 

 

Un apéritif a réuni les paroissiens et amis de l’abbé Albert dans le fond de l’église et un repas a rassemblé ses proches.

C’est Monsieur l’abbé David Tiemele qui remplacera l’abbé Albert et habitera à Rienne.

Merci à Etienne Wanlin pour les photos et l’envoi des textes. 

Véro

Rencontre prêtres-diacres et assistantes paroissiales des doyennés de Gedinne et Bouillon

Plus ou moins quatre fois par an, le doyen Casmir Nnubia invite les prêtres, diacres et assistantes paroissiales du doyenné de Gedinne à une rencontre de travail qui aborde différents thèmes, permet d’évoquer la situation de chaque secteur ou Unité pastorale etc… 

La dernière rencontre avant les vacances a eu lieu ce mercredi 15 juin en présentiel. Nous ne nous étions plus vus depuis septembre 2020 ; la rencontre prévue en décembre ayant été annulée.

Au programme de cette réunion : topo sur le vécu des célébrations à 15, le caté et les fêtes de 1ère communion et confirmations et quelques infos à partager, par exemple, le 15 août à Oizy (secteur de Bièvre/Daverdisse), Monseigneur Warin sera présent pour l’inauguration de la chapelle Notre Dame du Bon Secours après travaux. 

L’enquête diocésaine a été aussi abordée. Comme indiqué dans cet article du site du diocèse de Namur, « Mgr Warin en collaboration avec les membres du Conseil Épiscopal et les membres de l’Équipe du Chantier Paroissial veut que cette crise sanitaire serve à réfléchir à l’Église  »d’après ». Il propose une démarche synodale. L’évêque demande aux chrétiens de se réunir, de réfléchir, ensemble, sur ce qui a été fait et pourrait être développé, encore. Et ce sur base d’un questionnaire élaboré (voir pièce jointe). Avec une préoccupation :  »Au sortir de la crise occasionnée par la Covid-19 vivre la Mission d’Église aujourd’hui et demain. » »

Pour terminer cette après-midi dans la convivialité, une collation a été partagée entre tous les participants et une photo souvenir prise suivant le souhait de l’abbé Albert qui, à la demande de son évêque, retourne au Congo et sera remplacé par l’abbé David. 

Véro, une des deux assistantes paroissiales des doyennés de Gedinne et Bouillon.

« Un prêtre arrive, un autre part… »

Chers paroissiens, Chères paroissiennes,

Ces quelques mots pour vous annoncer l’arrivée de Monsieur l’abbé David TIEMELE dans l’Unité Pastorale Gedinne Croix-Scaille avec résidence à Rienne et le départ de Monsieur l’abbé Albert MOFYA.

Début juillet de cette année, il nous quitte pour retourner dans son pays, la République Démocratique du Congo.

Nos sincères félicitations à Monsieur l’abbé David et nous disons MERCI  à Monsieur l’abbé Albert pour ces années passées ensemble, elles ont été riches des célébrations, des partages, des rencontres, des réunions et des réflexions.

MERCI à celles et ceux qui ont aidé et soutenu Monsieur l’abbé Albert dans sa mission.

Une messe d’action de grâces et de remerciement sera célébrée en l’église de Rienne le dimanche 27/06/2021 à 10h.

Bon vent à l’abbé David, bon vent à l’abbé Albert.

 

                                                               Abbé Félicien MUTOMBO

Message de Mgr Warin : « Ne soyez pas désemparés »

Chers diocésains,

Les dernières mesures sanitaires annoncées par nos gouvernants en date du 5 mars n’ont pas dissipé vraiment les interrogations dont nous sommes porteurs et la profonde irritation qui parfois les accompagne.
 
Je relève en particulier le questionnement que voici. L’apport spécifique du culte et celui de la culture ont-ils été suffisamment reconnus ? Ne vit-on pas par trop dans l’oubli que l’ainsi dit « non-essentiel » est essentiel pour la santé de l’homme dans sa globalité ? Et nos évêques ne sont-ils pas quelque peu passifs ?
 
On saluera, dans la communication qui a suivi le Comité de concertation, l’élargissement à 50 personnes pour la célébration des obsèques, une mesure empreinte d’humanité. On se réjouira que des perspectives ont été avancées. Il était grand temps, alors que beaucoup sont fatigués par le confinement. Les cultes ont obtenu des ouvertures à partir du 1er avril et surtout à partir du 1er mai, ces dernières restant sous conditions.
 
Néanmoins il reste que, pour la deuxième année consécutive, nous allons célébrer la semaine sainte et la fête de Pâques, sommet de l’année liturgique, dans des conditions restrictives. Comment dès lors être satisfaits ? Personnellement, je ne le suis pas.
 
Avec bien des fidèles et des prêtres, j’ai été indigné par la déclaration de nos autorités civiles en date du 27 novembre. Il y a été fait état de la fête de Noël mais – rappelez-vous – sans mention aucune des cultes. Omission d’autant plus blessante que Noël compte énormément pour les gens et que les célébrations de la fête drainent quelque 600.000 personnes.
 
Évêques, autres acteurs pastoraux et fidèles, nous devons mettre tout en œuvre pour que les mesures limitatives soient levées aussitôt que possible. Mais dans l’attente, il convient, me semble-t-il, comme nous y invite le début du chapitre 13 de la lettre aux Romains, de faire confiance aux experts et aux politiques dont le rôle inédit est difficile. Il faut aussi recevoir les appels insistants des soignants et du monde médical invitant à la plus grande prudence et à la prévention d’une troisième vague, avec son cortège de contaminés développant parfois une forme sévère de la maladie et de décès creusant dans les familles un vide douloureux. Il appartient à l’Église aujourd’hui de participer pleinement à l’effort national contre la pandémie.
 
Entre-temps, douloureusement privés, acteurs pastoraux et baptisés, nous souffrons. Permettez-moi de vous inviter à ne pas être désemparés.
 
Ne soyons pas désemparés parce que notre société n’est plus guère chrétienne. Être chrétien dans une société qui ne l’est guère est une situation relativement traditionnelle dans l’histoire de l’Église.
 
Ne soyons pas désemparés par la crise sanitaire qui se prolonge. Gardons en mémoire ces fortes paroles de saint Paul : « Oui, j’en ai l’assurance : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances ni les forces des hauteurs ni celles des profondeurs, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur » (Rm 8,38-39).
 
Ne soyons pas désemparés par une Église qui ploie et qui souffre. L’agonie et la Passion de Jésus ne peuvent pas ne pas marquer la vie de l’Église si l’Église est réellement le corps du Christ. Ayons la foi qu’à travers l’évènement pascal, l’Église est toujours en état de naissance.
 
Je vous suis proche, vous bénis et vous souhaite déjà une sainte fête de Pâques.
 
+ Pierre WARIN
13.03.2021

Décès de l’abbé Guy Leemans dans le doyenné de Bouillon

Voici l’avis nécrologique de Monsieur l’abbé Guy LEEMANS, né à Givry le 13 septembre 1942, ordonné prêtre le 16 juillet 1967 à Namur. Il est décédé le 20 février 2021 à Bastogne. Il a été successivement professeur et vicaire à La Roche-en-Ardenne, professeur et curé à Champlon, Erneuville, Journal et Lavacherie, doyen à Saint-Hubert et aumônier des maisons de repos de Bouillon. Ses funérailles seront célébrées dans l’intimité ce mercredi 24 février 2021 en l’église paroissiale de Givry, son village natal.
« Que le Seigneur puisse accueillir dans ces bras notre abbé Guy… Restons nous tous en communion de prière pour lui et avec lui 🙏« 

Merci à la « paroisse de Bouillon et les villages » pour le partage de l’information.