Monseigneur Warin, évêque de Namur, nous raconte son pèlerinage à Lourdes en septembre…

 

A Lourdes, Mgr Warin a tenu le langage du cœur

Encore beaucoup d’émotion dans la voix de Mgr Pierre Warin lorsqu’il raconte son dernier pèlerinage à Lourdes. Arrivé dans la cité mariale bien fatigué après un été pour le moins chargé, Mgr Warin est rentré au pays ressourcé:  »A Lourdes, je n’ai pas les soucis du quotidien, j’ai pu faire de la pastorale pure. » Comme après chaque pèlerinage, il est toujours autant séduit par la générosité de chacun des participants. Par la disponibilité, la solidarité envers les moins valides.

Mgr Warin connaît bien Lourdes. Comme évêque auxiliaire, il y est allé, en pèlerinage, chaque année. Lourdes et Mgr Pierre Warin c’est une belle et bien plus longue histoire encore. Alors qu’il était scout, il accompagnait son oncle médecin dans ce que l’on appelait alors le  »train blanc », le train des malades. Avec Foi et Lumière, il accompagnera, par la suite, un ami fortement handicapé par la polio.  »Pour lui, il y avait un avant et un après Lourdes. Aujourd’hui, il est décédé mais c’est lui qui a contribué à faire entrer Marie dans mon cœur. Avant un pèlerinage, je me rends sur sa tombe près de Tongres et je le recommande à ses prières. »
Les derniers mois ont été très chargés en émotions et en travail pour le nouvel évêque de Namur. Le jour du départ de ce pèlerinage, Mgr Warin a embarqué heureux mais très fatigué.  »Dans le train, l’abbé Philippe Goffinet, directeur des Pèlerinages Namurois a reçu un message de Lourdes. Son interlocuteur souhaitait que je préside la célébration du dimanche dans la grotte souterraine. Il me demandait encore de faire l’homélie dont le texte devait être rédigé pour le vendredi et ainsi permettre aux traducteurs de faire leur travail. » Mgr Warin, en boutade, d’ajouter:  »On veut le nouvel évêque partout! » Et retrouvant son sérieux:  »Comme beaucoup, je me suis senti transfiguré par tant d’humanité. L’apport des malades est essentiel. Les malades font sortir des cœurs des trésors de générosité. Et ça, c’est propre au pèlerinage de septembre. »

Complicité

L’évêque a bien sûr connu le pèlerinage de juillet qui emmène lui plus de familles, de jeunes vers Marie. Là aussi, il a apprécié. C’est juste différent. Lors du pèlerinage de septembre qui mène à Lourdes des personnes moins valides, des malades, le rôle des hospitaliers est essentiel. Tout comme celui des jeunes, des étudiants d’écoles supérieures qui se forment dans l’aide à la personne. Sur place, il y avait des représentants de l’INDA d’Arlon , un établissement qui forme les assistants familiaux de demain. Ou encore l’Henallux et ses futurs infirmiers. Mgr Warin:  »Ces jeunes même s’ils sont indifférents à la religion se voient confier une personne malade: les comportements changent. » Après le pèlerinage, il est fréquent qu’une belle complicité se soit développée.
Un évêque encore heureux du travail réalisé par les Pèlerinages Namurois.  »Ils sont un fleuron de notre diocèse » dit-il. L’évêque est admiratif devant une organisation aussi bien réglée. Ce sont 18 cars partis d’un peu partout dans le diocèse qui sont arrivés à Charleville-Mézières où, depuis quelques années, se fait l’embarquement dans le TGV. Et lorsque les participants arrivent – ils étaient 1050 pèlerins – les hospitaliers sont déjà prêts à donner le coup de main bien précieux pour porter une valise trop lourde, gravir une marche trop haute…

Les moments impossibles à oublier

 »Je tremble encore en me souvenant de la messe célébrée à la grotte avec 350 Sénégalais, quelle émotion. Le dimanche, j’ai donc présidé la messe à la basilique souterraine devant 7000 pèlerins. Même si le pape fait mieux, c’est quelque chose! Les fidèles répondent directement, c’est encore très porteur. J’ai tenu à saluer, en italien, les ‘Amis italiens venus de la belle Italie.’ » Mgr Warin a conquis des fidèles très enthousiastes.
Emotion toujours au moment de l’onction des malades. Et cette année, les nouveaux hospitaliers, ceux qui officiaient pour la première fois, ont aussi reçu la bénédiction de l’évêque.  »Ils ont tendu les mains vers moi et j’ai pu les bénir. Bénir ces mains avec lesquelles ils font tant de bien était vraiment magnifique. »
Et de poursuivre:  »Je souhaite que beaucoup de prêtres participent à des pèlerinages, qu’ils invitent des paroissiens des jeunes, des moins jeunes, des malades, des moins valides… et vivent, avec eux, ce moment merveilleux. » Autre nouveauté souhaitée, cette fois, par l’abbé Goffinet, une conférence donnée à l’attention des pèlerins la veille du retour. Mgr Warin a redéfini pour son auditoire ses défis pastoraux pour les années à venir.  »J’ai parlé le langage du cœur. »
C.B.
Photos: Pèlerinages Namurois

Source : Site du diocèse

Les paroissiens du secteur de Bièvre/Daverdisse ont dit au revoir à l’abbé Chrétien…

Cela faisait quelques années que l’abbé Chrétien Ekumé était prêtre dans le secteur de Bièvre/Daverdisse, il quitte ce secteur pour Tintigny,  un peu plus au sud de notre diocèse … mais, en province de Luxembourg.

Ce dimanche 22 septembre, à 10h30, a eu lieu une eucharistie d’action de grâce avant le départ de l’abbé Chrétien pour une autre mission. Différents intervenants ont pris la parole : Gérard Clarinval, au nom des fabriques d’église du secteur, a tenu a remercier l’abbé Chrétien pour son investissement depuis son arrivée dans les paroisses et lui a souhaité un fructueux apostolat ; Catherine, a expliqué être devenue cheffe de choeur de la chorale au moment même où l’abbé Chrétien arrivait dans le secteur, Michel Collart a rendu grâce à Dieu pour l’abbé Chrétien et son sacerdoce et Francis Vanderperre au nom de l’équipe de secteur,  a relaté en quelques mots le parcours de l’abbé depuis son arrivée dans notre doyenné et l’a remercié pour ses homélies toujours très consistantes, pour son sourire.

Des lecteurs de différents villages du secteur ont lu les lectures du jour et les intentions, dont une toute particulière : « Pour l’abbé Chrétien qui nous quitte aujourd’hui et pour tous les prêtres de notre diocèse … Qu’ils puissent être entourés par des laïcs engagés et que le Seigneur les soutienne dans leurs missions respectives … Prions ensemble. »

 

 

 

 

 

 

L’abbé Chrétien a pris la parole à la fin de la célébration pour dire trois mots : MERCI pour la chaleur humaine reçue, PARDON pour le mal qu’il a pu faire à certains en paroles ou en actes et a demandé qu’on PRIE pour lui  ! Un double cadeau lui a alors été remis : une étole et un chèque-cadeau pour des livres. Un sympathique apéritif a clôturé cette matinée.

Véro

Si vous souhaitez lire les interventions en totalité les voici : celle de Gérard Clarinval, de Catherine et Michel Collart et de Francis Vanderperre.

Merci à Etienne Wanlin pour les photos ! 

L’abbé Krzysztof installé comme nouveau prêtre de Rochehaut (Secteur de Bouillon)

Ce dimanche, 2 septembre  à Rochehaut, nous avons pu assister, dans une ambiance très accueillante,  l’installation de l’abbé Krzysztof Brzostowsky (NDLR : à droite sur la photo ; à l’autel avec lui, les abbés Irénée, Santiago et le diacre, Xavier) dans le secteur de Bouillon. 

Ce prêtre, qui a été missionnaire en Rwanda jusqu’au début de la guerre, sera vicaire paroissial et sa mission pastorale se déroulera surtout à Rochehaut. 

Son homélie sur l’humilité a été très touchante, car elle nous interpelle à ne pas être des « faux humbles », mais plutôt de reconnaître nos talents et d’être des vrais humbles de cœur et d’esprit. Le Seigneur montre toujours que le Royaume des cieux est accordé à tous ceux qui ont l’humilité de l’âme. 

Un remerciement va particulièrement à  l’abbé Janusz pour toutes les années au service du diocèse de Namur et de la paroisse de Rochehaut.

Maria Teresa Silvestri, assistante paroissiale du secteur de Bouillon.

Installation de Monseigneur Pierre Warin

Rayonnant, heureux. Ce dimanche, Mgr Pierre Warin, après sa désignation par le pape François, a été officiellement installé dans ses fonctions. Lui qui, comme évêque auxiliaire, a été longtemps dans l’ombre de Mgr Léonard puis de Mgr Vancottem est apparu pleinement épanoui.  »Nous chrétiens devons être des proposants de la foi, dira-t-il dans son homélie. L’Eglise ne doit pas peser sur le monde. Il nous faut oser la visibilité, mais sans arrogance aucune. Sans arrogance aucune – j’insiste – parce que la voie du Seigneur Jésus a été celle de l’humilité. » A l’issue de la célébration et avant que soit entonné le Messie de Haendel, Mgr Warin a annoncé le nom de celui qui occupera les fonctions de Vicaire général. Il confie cette responsabilité au chanoine Rochette.
C’est tout sourire que Mgr Pierre Warin, 71 ans, est arrivé sur le parvis de la cathédrale Saint-Aubain. Accueilli par l’archiprêtre des lieux, le chanoine Huet, il a vénéré la croix avant d’entrer dans  »sa » cathédrale et bénir l’assemblée très nombreuse. Il vénèrera ensuite la relique de saint Aubain, saint martyr, patron du diocèse mais aussi patron de la cathédrale avant de saluer les autorités et d’embrasser sa sœur. Après un bref temps d’adoration devant le saint Sacrement celui qui s’apprêtait à devenir le 31e évêque du diocèse est reparti vers la sacristie. Quelques minutes pour revêtir les vêtements liturgiques et la procession composée notamment d’une importante délégation d’évêques de Belgique faisait déjà son entrée dans la cathédrale. 
C’est toujours en tant qu’évêque du diocèse que Mgr Vancottem a accueilli l’assemblée. Il a remercié Mgr Warin d’avoir accepté une nouvelle mission qu’il qualifiera de belle et d’exigeante. Il lui remettra la crosse et l’invitera à le remplacer à la présidence. La passation venait d’avoir lieu. Mgr Warin, le visage grave, s’installe sur la cathèdre. Il est officiellement le nouvel évêque du diocèse. Obéissance et respect 

Le chanoine Huet:  »Maintenant que nous êtes officiellement notre pasteur, il nous revient au nom du diocèse et avec d’autres confrères et fidèles, de vous témoigner d’abord notre chaleureuse affection. Dans votre fonction de Vicaire général, nous avons pu apprécier vos grandes qualités d’écoute, de prudence, d’attention, de souci des plus humbles. Nous allons à quelques uns vous témoigner obéissance et respect, non point dans une attitude de crainte ou de servilité, mais bien dans une attitude de bienveillance et sincère obéissance. » 
Dans son homélie, Mgr Warin  »relativisera quelque peu la déchristianisation » en se basant sur le rapport de l’Observatoire des religions et de la laïcité précisant que près de 50% de la population se définit comme catholique.  »Il faut relativiser quelque peu la déchristianisation. Mais tout de même il faut prendre acte de ce que le christianisme n’est plus majoritaire comme naguère. Notre société s’est sécularisée, laïcisée. Elle est désormais clairement pluraliste: les convictions les plus diverses s’y côtoient. Et le caractère pluriel des convictions se vérifie au sein de nos institutions chrétiennes.
Dans pareil contexte sociétal, certains voudraient confiner la foi dans le domaine du privé. Ils disent: 
‘Les convictions religieuses ou autres de chacun sont une affaire de conscience personnelle’. 

Nous ne pouvons nous résigner à une privatisation de la foi, à la relégation de la foi dans le privé. Pourquoi? Parce que le pluralisme bien compris n’implique pas la mise sous éteignoir des convictions, mais bien leur mise en dialogue. Aussi parce que – à moins de trahir la parole du Seigneur – nous ne pouvons renoncer à  »être sel de la terre » et  »lumière pour le monde » (cf. Mt 5,13-14). Ou encore, parce que comme les apôtres de la première génération qu’on voulait faire taire, nous ne pouvons pas ne pas parler. » Humble, simple 

Tous ceux qui ont eu l’occasion de rencontrer Mgr Warin parlent de lui comme d’un homme humble, simple. Un homme toujours prêt à écouter, réconforter. Lors de son installation, Il a ainsi souhaité parcourir les nefs de la cathédrale. Sa volonté: saluer les uns et les autres en allant à leur rencontre. Volonté encore d’associer chacun à ce moment de fête. C’est ainsi que la réception qui suivra, à l’Arsenal, était ouverte à tous. Inutile de préciser qu’il n’aura pas vraiment eu l’occasion de savourer le verre de vin ou encore les toasts proposés. Qu’importe ce qui était le plus important pour Mgr Warin était de bénéficier des sourires, de la chaleur des diocésains ravis de pouvoir échanger quelques mots avec leur nouveau pasteur. 
Christine Bolinne
Photos: A.D. et A.S.

Un « OUI » joyeux !

« Je ne vois pas comment j’aurais pu dire ‘non’ au pape François qui a lui-même accepté d’être évêque de Rome alors qu’il avait 76 ans. » Après ce « oui » que Mgr Pierre Warin qualifie de « joyeux », le voilà qui se prépare à vivre une nouvelle étape de sa vie. A bientôt 71 ans, il vient ainsi d’être désigné par le pape François comme évêque titulaire du diocèse de Namur.
Mgr Pierre Warin a été ordonné évêque le 26 septembre 2004 pour notre diocèse. Le pape Jean-Paul II avait accepté la demande de Mgr Léonard qui, vu la taille du diocèse, souhaitait recevoir l’aide d’un évêque auxiliaire. A l’arrivée de Mgr Vancottem, il a poursuivi sa mission d’évêque auxiliaire. Même si les attributions sont quasi les mêmes que celles de l’évêque titulaire, l’évêque auxiliaire est l’homme de l’ombre. Il est là quand l’évêque titulaire ne peut être présent. Mgr Warin, homme de devoir, profondément respectueux de la hiérarchie a rempli cette mission durant près de 15 ans.
Ce « oui » donné au nonce apostolique, représentant du pape François en Belgique, a déjà bouleversé la vie de cet évêque discret voire timide. Il s’est présenté lors de deux conférences de presse, a rencontré des journalistes… Un exercice nouveau pour Mgr Warin. Dès la première conférence de presse, à Bruxelles, en compagnie du cardinal De Kesel – son ami de toujours – il donnait ses priorités pour les années à venir. Des priorités qui touchent des sujets sensibles comme celui du mariage des prêtres ou encore la crise des croyants qui a pour conséquence d’amener moins de vocations. 
Ceux qui ont eu, au fil de ces derniers jours, l’occasion de le côtoyer sont unanimes pour dire que Mgr Warin a changé. Un petit quelque chose dans l’attitude qui fait penser qu’il semble s’être libéré d’une carapace dans laquelle il devait se sentir peut-être, parfois, à l’étroit. 
Mgr Warin invite d’ores et déjà tous ceux et toutes celles qui pourront se libérer à assister à son installation programmée pour le dimanche 30 juin, à 15h, à la cathédrale Saint-Aubain. A l’issue de cette installation, chacun est invité, en toute convivialité et simplicité, à le rejoindre l’Arsenal pour partager le verre de l’amitié. 
Le 31e évêque du diocèse a déjà manifesté son souhait, à l’issue de la célébration, de parcourir les allées de « sa » cathédrale pour aller à votre rencontre, vous saluer. N’hésitez pas durant les prochains jours à consulter encore plus régulièrement le site du diocèse (www.diocesedenamur.be) ainsi que Facebook où seront publiées toutes les informations utiles.
Christine Bolinne
Chargée de communication du diocèse
Paru dans l’édito de « La lettre d’information » du diocèse de Namur reçue ce 12 juin 2019.