Je m’appelle Charlotte Guebs. J’ai 16 ans, j’en suis à mon 3ème pélé en tant qu’ado…

et aujourd’hui, j’aimerais vous raconter celui de cette année.

Le 18 juillet, au matin, plusieurs rassemblements de cars étaient prévus pour pouvoir emmener tout le monde à la gare de Tourcoing. C’est alors remplis d’impatience et d’excitation (ou de questionnement pour les nouveaux) que les jeunes et les ados ont embarqué dans le TGV en direction de Lourdes. Arrivés sur place, soulagés d’être enfin sortis du train, nous avons eu droit à un bon premier repas au village des jeunes. Ensuite, nous nous sommes installés dans nos dortoirs respectifs et avons participé à une veillée de folie : la veillée Monopoly.

Le 19 juillet, accompagnés des jeunes, nous avons fait la montée du Béout. C’était une marche très éprouvante et fatigante mais malgré tout une bonne bouffée de rigolades. Arrivés en haut, avec quelques petites péripéties sur le chemin avec tous les rochers et les trous, le soulagement se faisait sentir. Sans même s’en rendre compte, c’est un moment qui nous fait réfléchir sur plein de choses car c’est en faisant un effort qu’on se rappelle de nombreuses choses. Après s’être bien lavés, nous avons eu la chance de participer à la veillée américaine qui sous-entendait de bons hamburgers bien sûr.

Le 20 juillet, au matin, nous avons, pour la 1ère fois de la semaine, mis un pied dans les Sanctuaires et avons fait une activité avec le groupe NDJ (Notre Dame de Joie). Les NDJ sont des personnes porteuses d’un handicap faible ou fort. Ce sont des personnes qui ont toujours les bras grands ouverts pour t’accueillir, te montrer des choses ou encore te faire comprendre des choses sur la vie. C’est une activité qu’on apprécie plus particulièrement car on peut y avoir vraiment un contact direct avec l’autre. Après-midi, nous avons fait un jeu sur la Belgique avec les juniors. Au soir, on nous a proposé une veillée Team-Building. C’était une super veillée !

Le 21 juillet, au matin, nous avons été dans les Sanctuaires pour faire un jeu sur la vie de Bernadette. Les anciens devaient faire des petits sketchs pour illustrer sa vie et les nouveaux écoutaient son histoire et devaient la dessiner. Ensuite, nous avons fait un partage sur le sacrement de réconciliation. On nous a expliqué ce qu’était le pardon et comment on pouvait faire pour pardonner ou se faire pardonner. Après-midi, nous sommes allés à la piscine avec les jeunes. C’était un chouette moment de fous rires et de relaxation. Fin d’après-midi, nous avons eu droit à un temps libre dans les magasins. Ce qui faisait évidemment notre plus grand bonheur ;-). Ce jour-là, la veillée était une veillée un peu plus sérieuse, celle de la réconciliation. C’est une veillée forte en émotions et en délivrance.

Le 22 juillet, au matin, 2 choses nous étaient proposées : les bains de Lourdes ou faire des chapelets. Les 16+, eux, ont accompagné les jeunes toute la matinée pour voir un peu comment ils fonctionnaient. Après-midi, nous avons participé à la célébration commune. C’est un moment qui rassemble jeunes, ados, adultes, juniors et NDJ. Souvent les animateurs des jeunes et des ados font un petit sketch pour introduire les différentes activités qu’il y aura tout au long de l’après-midi. C’est un chouette moment de convivialité et de partage. Ce jour-là, au soir, une soirée spirituelle sur les thèmes de la famille et de l’amitié nous a été proposée. C’est aussi une soirée qui est assez forte en émotions et qui fait remonter beaucoup de choses à la surface. Cette veillée se fait en groupe de partage, groupe que nous avons depuis le début de la semaine et qui sert à pouvoir se libérer en petit comité. Nous avons eu aussi la chance de pouvoir regarder la procession aux flambeaux, marche et prières qui se font dans les Sanctuaires.

Le 23 juillet, au matin, nous sommes descendus pour la dernière fois dans la ville et dans les sanctuaires. Nous avons dû faire des sketchs humoristiques représentant les animateurs. C’est une activité qu’on apprécie souvent car on peut laisser place à notre imagination et on peut aussi forcer sur les caractères, les mimiques… Après-midi, nous avons participé à la célébration finale, petite messe organisée par nos animateurs et Hervé, prêtre qui nous accompagne à Lourdes. C’est une célébration un peu particulière car on y présente nos mini pièces de théâtre. Au soir, la veillée finale nous attendait. C’est une veillée qui résume, sans le vouloir, tout le pélé. Entre fous rires et gamelles, sourires et pleurs, joie et tristesse, cette veillée est un bon moyen pour se remémorer toute cette semaine de folie. A la fin de cette soirée, les 16+ font leur rite de passage pour aller chez les jeunes l’année d’après. Cette année nous étions 7 à le faire.

Le 24 juillet, jour de retour, tout le monde était rempli de tristesse que cela soit déjà fini mais en même temps assez soulagé de rentrer pour pouvoir se reposer. Dans le TGV, les larmes ont coulé, les fous rires ont encore éclaté, la musique a encore crié et les câlins ont jasé. Arrivé à Tourcoing, chacun est remonté dans son car respectif et c’est à ce moment-là que l’on se rend compte que c’est vraiment fini.

Au début, on était assez sceptiques, peureux ou encore chacun avec son groupe. Maintenant, on est tous plus que soudés et tristes de ne plus être tous ensemble.

Comme vous avez sûrement dû le remarquer, nous avons passé une semaine de fou, avons des  souvenirs plein la tête et des amitiés plein le cœur.

Avec ce texte, je voulais aussi remercier les animateurs ados ou jeunes de faire chaque année un boulot de fou pour que l’on puisse passer une semaine de dingue.

Le 5 octobre prochain, un souper de retrouvailles sera organisé à Waha. Venez-y, ce n’est que de la folie !

Charlotte

Journal de bord de deux nouvelles au pélé jeunes

Fin avril, nos grands-parents nous parlent d’un éventuel voyage à Lourdes avec eux et le groupe des Jeunes des Pèlerinages Namurois. Même si nous ne savions pas vraiment quoi attendre d’une semaine dans un groupe de jeunes que nous ne connaissions pas, nous étions très enthousiastes à l’idée de partir.

Jour 1 : Après un trajet en car, nous arrivons à la gare de Tourcoing pour prendre le TGV. En attendant le train (on connait la SNCF et ses habitudes ponctuelles), des animateurs et des anciens animés viennent vers nous, histoire de faire connaissance et de nous mettre un peu dans le bain. Nous pouvons déjà remarquer que pas mal de liens se sont créés entre eux les années précédentes et semblent tenir de pélé en pélé, comme une grande famille qui se retrouve chaque été. C’est parti…

Et déjà une première activité nous est proposée. Enfermés dans le wagon, la seule solution pour en sortir est de connaître chaque personne de notre groupe. Nous faisons donc la rencontre des 22 spécimens avec qui nous avons embarqué dans le train pour vivre une semaine intense.
En soirée, trois animatrices, plutôt sympathiques, nous proposent des jeux pour créer des liens, puis nous terminons la journée avec une première visite à la grotte. « Rien qu’en voyant la statue de la Vierge, je ressens des émotions ! » (Thérèse)

Jour 2 : La montée du Béout est éprouvante. Nous n’en dirons pas plus… Au sommet, nous nous réunissons en groupe de partage et nous échangeons une première fois avec les animés et animateurs de notre équipe, sur notre vie personnelle. La journée se termine avec un barbecue et une soirée ‘’Hunger Games’’ des plus amusantes.

Jour 3 : C’est par un jeu de piste, avec la ligne bleue comme guide, que nous découvrons la vie de Bernadette. « L’histoire de cette famille très unie et pleine d’amour malgré toutes les difficultés m’a beaucoup touchée. » (Anne-Catherine)
Après cette belle rencontre avec la sainte, nous discutons et rigolons à présent avec un ado du pélé et une personne du groupe NDJ. Des « BINGO’S » se font entendre dans tous les coins du groupe. C’est très amusant ! Et pour terminer, chaque jeune a l’occasion de faire plus ample connaissance avec deux personnes du groupe NDJ, en visitant les sanctuaires. C’est un véritable échange constructif entre personnes différentes qui peut alors se dérouler. « Les deux femmes âgées avec qui je suis partie m’ont appris beaucoup de choses de par leurs belles expériences de la vie. » (Thérèse)

Le soir, une veillée spirituelle est proposée… Mais les boules noires et blanches sont de sortie et c’est un jeu de nuit qui est finalement au programme. Surprise ! Courses, rigolades, entraide, concentration et défis sont mis à l’honneur.

Jour 4 : Après une telle soirée, la « grasse mat’ » du dimanche et les pains au chocolat font du bien !
On commence par une messe célébrée par notre prêtre attitré. C’est le moment de se poser et de réfléchir sur ce que nous sommes venues chercher à Lourdes.
L’après-midi, nous avons toutes les deux choisi de vivre une activité de sophrologie avec une animatrice dont c’était la passion. Nous en sommes sorties reposées et sur pied pour la suite des aventures (activité « coup de cœur » d’Anne-Catherine).
Le soir-même, nous assistons à la procession aux flambeaux. Flambeaux allumés, drapeaux élevés et pancarte prête à partir, nous avançons doucement avec l’énorme foule qui prie et chante d’une seule voix. C’est un moment magique à vivre. « J’ai eu la chance de porter la pancarte « Namur » représentant mon groupe tout au long de la procession. Je suis montée sur les escaliers de la Basilique du Rosaire d’où j’ai pu admirer toutes les petites lumières. C’était très impressionnant et une petite larme d’émotion ne s’est pas fait attendre. » (Thérèse)

Jour 5 : Une de nous deux part pour les bains pendant que l’autre interviewe avec les Juniors les pèlerins du monde entier présents en même temps que nous à Lourdes. Une expérience intense et à refaire et des témoignages remplis de passion et de joie.
L’après-midi, l’activité avec les différents groupes de notre pèlerinage (juniors, ados, jeunes, NDJ, marcheurs et adultes) nous demande d’aller à la rencontre des autres, parfois de la patience, de la réflexion, de l’entraide, des rires… Tout ça avec des gens que nous ne connaissons pas forcément mais qui provoque de belles rencontres.
C’est ce soir-là qu’a lieu la veillée de réconciliation. C’est un moment fort qui nous permet de prendre le temps de prier et de réfléchir sur nous-même.

Jour 6 : Pour notre dernier jour à Lourdes, nous assistons d’abord à une deuxième célébration entre Jeunes, celle que l’on nomme traditionnellement « célébration finale ». L’après-midi, sous la chaleur, nous marchons jusqu’au Cenacolo pour entendre le témoignage de deux jeunes. Ces personnes, du même âge que nous, nous marquent par leurs histoires de vie car ils semblent avoir déjà beaucoup vécu et appris sur eux-mêmes, grâce à leur passé et leur passage dans ce lieu.
Cette journée se termine par une veillée finale ados-jeunes. Comme depuis le début du pélé, c’est l’entraide, la solidarité, le partage, les rires, la bienveillance et la rencontre avec l’autre qui nous font grandir lors de ces jeux.

Jour 7 : C’est reparti pour la Belgique après une semaine passée à Lourdes avec des animés motivés et des animateurs très chouettes et à l’écoute. C’est une semaine où de nombreuses valeurs chrétiennes sont mises en avant.

Un tout grand merci à nos grands-parents qui nous ont permis de découvrir ce pélé ; et à toutes les personnes que nous avons rencontrées qui nous ont un peu plus fait grandir.

Thérèse et Anne-Catherine

Au tour des animateurs de livrer leur témoignage …

Ci-dessous, vous pourrez lire deux témoignages d’animateurs du pélé ados.

Bravo pour votre engagement et merci à vous pour ce partage ! 

Il est presque cinq heures du matin. Avec quelques autres pèlerins, j’attends le bus en destination de Tourcoing. Parmi eux, un ado se présente : c’est Augustin. Tout comme moi lors de mon premier pèlerinage, il arrive sans connaître personne. Est-il paniqué ? Il n’en a pas l’air. En tout cas, moi, je le suis. En effet, je m’apprête à vivre l’expérience d’animateur ! Dès lors, nous nous embarquons tous deux dans une nouvelle aventure, dont nous ignorons encore qu’elle sera bien belle.

Comme tout un chacun, j’ai quelques qualités : penseur, amateur de réflexions, aimant dialoguer et débattre ; elles m’ont valu d’être choisi pour ce nouveau rôle. Toutefois, j’ai aussi – et surtout – des défauts, dont un de taille : la timidité. « Y arriverai-je ? » Cette question sème en moi le doute. Mais, après tout, je suis accoutumé à ce dernier. Je me lance.

Les autres animateurs – nouveaux et anciens –, que je connais désormais bien, m’entraînent dans la danse. Je me laisse d’abord guider, pour ensuite prendre peu à peu plus d’assurance, et finir par donner le rythme ; de fait, j’assure à deux reprises un moment de partage dans mon groupe, je prends la parole en public, allant même jusqu’à me travestir pour la Veillée finale !

Lors de ma dernière venue à Lourdes, il y a deux ans, j’avais joui d’une grâce particulière : celle de comprendre au plus profond de moi la signification même de l’Ave Maria. Cette expérience d’un bref instant – ce présent offert à mon présent –, qu’aurais-je voulu la revivre ! Cela n’a guère été le cas, ni dans les prières suivantes ni cette semaine devant la Grotte… Non, c’est une nouvelle et toute autre expérience que j’ai vécue : celle du don de soi. De fait, si durant trois camps effectués chez les Ados et les Jeunes, j’avais pu recevoir le fruit du dur labeur de nos animateurs, j’en ai été cette fois un des acteurs. Ensemble, nous avons donné sans rien attendre en retour.

Rien ? Pas vraiment. « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux », annonçait le thème des sanctuaires de cette année. Ma pauvreté de cœur, n’était-ce pas de reconnaître, de mettre devant moi mes défauts et ma fragilité ? Et quelle richesse j’en ai pourtant retiré – c’est loin d’être rien ! Le Ciel promis s’est brièvement donné à moi, un instant. J’ai pu toucher momentanément un morceau de cette vie éternelle dans la gloire du Christ, promise à tous les hommes qui la cherchent.

À Lourdes, nous sommes tous venus « pauvres de cœur ». De notre pauvreté, de notre fragilité, a surgi un trésor : la joie. Ainsi s’accomplit la synthèse des béatitudes : « Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! » Effectivement, pourquoi revenons-nous au fil des ans à Lourdes, sinon pour vivre intensément – ne fût-ce qu’un bref moment – la joie parfaite dont le Christ est la source.

Tout comme Bernadette, cette aventure que m’a offerte la vie m’amène à persévérer dans le courage et à grandir dans la foi. À présent, c’est à nous de partager le trésor reçu ! Nul besoin d’user de mots grandiloquents, de vouloir convaincre, de forcer à croire ; mais simplement d’aller dire, d’aller annoncer la félicité découverte dans le sourire de la Dame. Cyril Leruse.

Bonjour, je m’appelle Clémentine Jacquet (NDLR : debout au milieu de la rangée) et j’ai 20 ans. Cette année, je suis partie à Lourdes lors d’un pèlerinage afin d’animer un groupe de jeunes. Cette expérience m’a permis de me remettre en question, de me ressourcer, de me retrouver, de créer de nouvelles amitiés,… Mais aussi, de mettre en avant, les valeurs de mon métier : éducatrice. Cette expérience restera pour moi inoubliable et je suis prête à recommencer. D’ailleurs, n’hésitez pas à vous renseigner. Merci.

Quelques photos :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V.P.

Une magnifique expérience racontée par Elyse, Victor, Camille et Mélanie

Si vous souhaitez connaître le contenu et le ressenti de deux ados et deux jeunes, tous pèlerins à Lourdes cet été, cliquez ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez un ado ou un jeune dans votre entourage, n’hésitez pas à leur faire lire ce compte-rendu et à leur montrer les photos ! 🙂 

Prochain pélé : 18 au 24 juillet 2019

Infos : http://pelerinages-namurois.be/ et Facebook (Pélé ados Namur et Pélé Jeunes Namur).

Prions Notre Dame de Lourdes en union avec les jeunes

Une bonne vingtaine de prières ont été récoltées dans la « boîte » située dans le porche de l’église de Bièvre et ont été acheminées par les ados lors du pélé 2018 à Lourdes (19 au 25 juillet) ! Elles ont été placées à la grotte !

Merci à tous ceux qui ont participé à cette action ! 

Depuis ce week-end, dans le porche de l’église de Bièvre, une grande structure un peu mystérieuse attire l’attention des visiteurs. Si on l’observe attentivement, on peut remarquer de petits orifices sur l’avant. A quoi peuvent-ils donc bien servir, me direz-vous ? En fait, il s’agit d’écrire sur un petit papier un souhait, une prière, un voeu et le glisser dans un des orifices en question ! Tous ces petits papiers seront acheminés en juillet (pélé du 19 au 25 juillet) de cette année jusque Lourdes par les membres du pélé ados et jeunes. 

Petit clin d’oeil : dans le porche de l’église, se trouve une grotte Notre Dame de Lourdes. 😉 🙂 

N’hésitez pas à faire cette démarche de prière et de soutien à ces deux groupes du diocèse de Namur. Merci beaucoup.

Si vous êtes un visiteur plus lointain de notre blog mais, que vous souhaitez participer à cette démarche, envoyez moi un mail et on trouvera une solution : veronique.paquay67@hotmail.com

Véro