Quelques petits échos de la reprise des célébrations !

Si des paroissiens ou des prêtres ont pris une photo de la reprise des célébrations dans le doyenné de Gedinne, ils peuvent me les faire parvenir, avec un commentaire, et je les publierai dans cet article ! Merci beaucoup ! 🙂 

Intégration du port du masque et des gestes barrière, respect des consignes, chants entonnés par Catherine, accompagnée de Jean-Marie à l’orgue.
Quelle joie de se revoir et de chanter notre joie même en étant masqué !
Véro
Photos de l’église de Bièvre

 

 

 

 

Comme ailleurs, tout avait été mis en oeuvre pour respecter les consignes et rassurer les paroissiens.

La chorale de la paroisse ne comporte que très peu de membres, ceux-ci ont donc cherché ensemble la meilleure solution pour chanter tout en respectant les recommandations : ils ont donc chanté en portant le masque et à distance les uns des autres.  V.P

Photos de l’église de Bellefontaine

Homélie prononcée par Monseigneur Warin lors de la vigile pascale du samedi 11 avril

Il arrive qu’on me demande pourquoi je crois. Je réponds invariablement : « Parce que c’est beau. Je crois en raison de la beauté de la foi, en raison de la beauté ineffable de l’Évangile». Que c’est beau un Dieu qui se dépouille, qui se fait pauvre, qui pour dire à l’homme : « Je t’aime » se met sur la paille ! Pensons à la naissance de Jésus. Que c’est beau un Dieu qui sert, qui se revêt d’un tablier, qui s’agenouille devant l’homme pour mieux le servir ! Pensons au lavement des pieds. Que c’est beau un Dieu qui pleure notre mal comme une mère! Que c’est beau un Dieu qu’on peut si fort blesser en blessant l ‘homme ! Que c’est beau un Dieu qui est notre pain à chaque cène (eucharistie) ! Que c’est beau un Dieu qui fait table commune avec les pécheurs et de l’amour duquel nos défections ne peuvent avoir raison ! Que c’est beau un Dieu qui veut à tous ses fils donner sa mère ! Que c’est beau un Dieu qui tire de sa mort notre naissance ! Que c’est beau un Dieu qui nous ouvre sa joie et son royaume ! L’argument le plus percutant contre un Dieu tout-puissant, juste et miséricordieux, est le mal, la souffrance des innocents. Où est Dieu lorsque se produit un ouragan dévastateur dans un pays pas encore remis d’un tremblement de terre? Cela s’est passé en Haïti. Où est Dieu lorsque, dans les nations de la Corne de l ‘Afrique, une invasion de criquets menace la subsistance de millions de personnes? Où est Dieu lorsque des migrants par milliers sont entassés dans l’île de Lesbos ? Où est Dieu lorsque les injustices sont criantes ? Où est Dieu lorsque nous vivons un temps d’épreuve inédit? Où est Dieu lorsqu’une pandémie de coronavirus provoque des milliers de décès dans le monde et chez nous ? À la terrible question qui monte sur nos lèvres lorsque brutalement nous nous trouvons confrontés au mal et à la souffrance. Dieu ne répond pas avec des mots. Sa réponse, c’est sa présence : Jésus. Jésus venu habiter de sa présence nos souffrances. Permettez-moi de la rappeler. C’est l’histoire d’un homme chargé d’années et proche de la mort. Cette nuit-là, il fait un rêve, un rêve dans lequel repasse tout le film de sa vie. Il voit deux traces de pas dans le sable. li se dit : « Ah le Seigneur a été, comme il l’a promis, auprès de moi. » Mais voici que repassent les phases les plus douloureuses de son existence. et cette fois il ne voit plus qu’une trace de pas dans le sable. Il se tourne vers le Seigneur : « Seigneur, serait-il possible que tu m’aies abandonné aux moments où j’avais le plus besoin de toi ? » Alors le Seigneur prit ses mains dans les siennes et lui dit : « Mon enfant, je ne t’ai jamais laissé seul, et encore moins à l’heure de l’épreuve. Si tu ne vois plus qu’une trace de pas dans le sable, c’est parce que alors je te portais sur les épaules. » Dieu est auprès des cercueils que l’on ferme. L’un des versets les plus précieux de la Bible est aussi le plus court de tous. Deux mots : « Jésus pleura ». Il s’agit de Jésus devant la tombe de son ami Lazare. Dieu est là chaque fois que pleure un enfant au point de faire corps avec lui : « Ce que vous faites au moindre des miens, c’est à moi que vous le faites. » (cf. Mt 25.40) Aux Etats-Unis, dans les années 1800, rapporte Elie Wiesel, alors qu’on était en train de pendre un enfant innocent, quelqu’un dans la foule s’est écrié : « Et maintenant, où est Dieu ? » Une voix lui répondit:« Il est là, au bout de cette corde ! » Quand nous souffrons ou voyons souffrir, que tout notre être proteste. Proteste, parce que nous ne sommes pas faits pour la mort mais pour la vie. Que tout notre être proteste oui, mais jamais contre Dieu. Notre mal l’atteint plus que nous-mêmes. Elle est juste, la remarque de Georges Bernanos dans« Journal d’un curé de campagne » : « Une douleur vraie qui sort du coeur de I’homme appartient d’abord à Dieu, il me semble.» (Oeuvres romanesques, La Pléiade, p. 1096). Sur la croix, c’était nos souffrances qu’il portait. Jésus souffre en tout homme qui souffre. Et parce que Jésus souffre en tout homme qui souffre, nos jours d’épreuve peuvent être des vendredis saints, et aussi conduire au soleil du matin de Pâques. Aussi conduire au soleil du matin de Pâques, parce que le surlendemain du vendredi saint est un jour qui chante. Il est ressuscité, et nous ressusciterons après lui. Sa résurrection est le gage de la nôtre. Il est revenu à la vie, premier-né d’entre les morts. Au-delà de notre mort, il nous attend sur le rivage. Depuis le premier matin de Pâques, même le couchant d’une vie est la promesse d’un jour nouveau. Notre vie n’est plus un sursis avant I’échafaud. Le vieillissement n’est plus la catastrophe. Aucune pierre, si lourde soit -elle, n’est à jamais scellée sur nous-mêmes ou sur nos frères. Parce qu’un homme est sorti vivant du tombeau, les autres n’y resteront pas. Alléluia !

Pierre Warin Collégiale de Ciney

Plusieurs expressions sont empruntées à l’hymne« Oui donc est Dieu? »

Vivez la semaine sainte avec Monseigneur Warin : retrouvez ici tous les horaires !

Cette période est difficile pour tous. Les catholiques sont tout particulièrement attristés, à l’approche de la Semaine Sainte, de ne pouvoir célébrer pleinement leur foi dans leur église paroissiale. Le diocèse de Namur, en association avec les télévisions communautaires, les réseaux sociaux et RCF Sud-Belgique, propose un éventail de possibilités pour vivre depuis son salon, avec Mgr Pierre Warin, évêque de Namur, les offices de la Semaine Sainte.
Comment ne rien manquer de ces rendez-vous ?
Canal C, Canal Zoom, Matélé et TV Lux, les télévisions communautaires présentes dans le diocèse, ont décidé d’unir leurs moyens. Les réseaux sociaux seront de précieux relais pour ne rien manquer, en particulier la page Facebook du diocèse de Namur et celle du Service de pastorale liturgique. Vous préférez une retransmission via YouTube? C’est aussi prévu. Et si c’est à la radio que vont vos faveurs, RCF Sud-Belgique est également mobilisée.
Les enregistrements ont lieu en respectant les consignes de sécurité en place depuis le confinement lié au coronavirus: églises fermées, présence minimale et respect des distances physiques.Mgr Warin espère que vous serez à ses côtés via le petit ou le grand écran, ou encore via la radio, pour vivre cette Semaine Sainte si particulière.Jeudi Saint 9 avril

Célébration de la Dernière Cène, présidée par Mgr Warin, depuis la cathédrale de Namur.
Diffusion internet à partir de 16h,
sur www.facebook.com/catholique.namur
ou www.facebook.com/SPLNamur
ou via YouTube (cliquez ici).
Diffusion à 18h30 par RCF Sud Belgique: à écouter, si vous habitez Namur, sur le 106.8. Dans la région de Bastogne, sur le 105.4 et sur le site www.rcf.beVendredi Saint 10 avril
Célébration de l’Office de la Passion, présidée par Mgr Warin depuis la cathédrale de Namur.
Diffusion à 16h sur Canal C, Matélé, Canal Zoom et TV Lux.
Diffusion internet à partir de 16h,
sur www.facebook.com/catholique.namur
ou www.facebook.com/SPLNamur
ou via YouTube (cliquez ici).
Diffusion à 18h30 par RCF Sud Belgique: à écouter, si vous habitez Namur, sur le 106.8. Dans la région de Bastogne, sur le 105.4 et sur le site www.rcf.beSamedi Saint 11 avril
Célébration de la Veillée pascale, présidée par Mgr Warin depuis la collégiale de Ciney.
Diffusion à 20h sur la chaîne de télévision communautaire Matélé ou sur https://www.matele.be/direct
ou www.facebook.com/catholique.namur
ou www.facebook.com/SPLNamur
ou via YouTube (cliquez ici).Dimanche de Pâques 12 avril
Célébration des Vêpres de la Résurrection, présidée par Mgr Warin depuis la cathédrale de Namur.
Diffusion internet à partir de 16h,
surwww.facebook.com/catholique.namur
ouwww.facebook.com/SPLNamur
ou via YouTube (cliquez ici).Chanoine Joël Rochette, vicaire général,
Christine Bolinne, chargée de communication du diocèse de NamurSite internet ici !

Derniers échos des animations de Noël dans notre doyenné …

Une vingtaine de jeunes de bonne volonté avec un enfant Jésus charment et souriant ont animé la crèche vivante. Pendant que les acteurs prenaient place, un journaliste interviewait les fidèles de l’assemblée : « Pourquoi êtes-vous là ? Que représente Noël pour vous ? » Il attendait une invitée de marque : Greta Thunberg qui, en quelques mots, a relaté son combat pour la sauvegarde de la planète. Elle s’est inclinée devant l’Enfant Jésus lui demandant de l’aider dans sa tâche difficile. En conclusion, le beau texte de « Changer le monde » Dis leur que la planète se meurt et que les enfants sont en pleurs … a été lu. 

Annie et son équipe pour l’animation qui a eu lieu le 24 décembre à 18h à l’église de Gedinne.

Mot de remerciement pour les crèches de Noël 2019 à Gedinne, Louette-St-Pierre et Willerzie

«Cette année encore, nos paroisses ont fêté Noël lors des différentes messes animées par des crèches vivantes. Celles-ci ne seraient pas possibles sans la participation et l’implication des enfants de nos villages. Nous profitons donc de ce petit mot pour dire un grand MERCI à tous les enfants présents mais aussi à leurs parents qui les ont accompagnés pour cette grande fête. »