« J’ai besoin de tes mains ! »

« Depuis que je suis monté au ciel,

Je n’ai plus de mains pour travailler la terre !

Plus de pieds pour courir sur les chemins !

Plus de bras pour étreindre les enfants !

 

Eh bien, j’ai besoin de toi ! 

 

Par tes mains, je veux toucher mes frères.

Par tes yeux, je veux plonger mon regard dans leur âme.

Par tes jambes, je veux courir après la brebis perdue.

Par ton cœur, je veux aimer les mal-aimés.

Par ta parole, je veux éclairer les esprits égarés.

Par tes bras, je veux redonner force à ceux qui sont tombés.

Par ton affection, je veux panser les plaies des blessés.

Par ta présence, je veux réconforter les esseulés.

Par ta prière, je veux libérer les êtres tourmentés.

 

Qu’en dis-tu?

 

Oui, dit Jésus, dans ton école, dans ton usine, dans ta rue,

Bien des gens ne verront jamais d’autres visages de moi que le tien.

Ils ne liront jamais un autre Évangile que celui de ta vie,

Ils ne recevront jamais d’autres pardons que les tiens.

Cette tâche, toi seul peut l’accomplir.

Cet enfant, ce conjoint, ce voisin… c’est à toi que je les confie.

Si tu ne t’en occupes pas, personne ne le fera à ta place.

Et demeurera un grand trou dans l’univers crée par mon Père ! 

 

Alors…? Dis-moi est-ce que je peux compter sur toi »?

« Une pause par jour » – 6 avril 2020

Première lecture – « Il ne criera pas, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors » (Is 42, 1-7) – Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit. Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors. Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité. Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses lois. » Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui crée les cieux et les déploie, qui affermit la terre et ce qu’elle produit ; il donne le souffle au peuple qui l’habite, et l’esprit à ceux qui la parcourent : « Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice ; je te saisis par la main, je te façonne, je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations : tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. » – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 5 avril 2020

À 8h45, retrouvez sur votre blog, l’eucharistie des Rameaux célébrée par l’abbé Casmir Nnubia dans la chapelle Notre Dame de Lourdes de Bièvre.

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur 

Entrée messianique – Mt 21, 1-11 – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent en vue de Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les moi. Et si l’on vous dit quelque chose, vous répondrez : ‘Le Seigneur en a besoin’. Et aussitôt on les laissera partir. » Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d’une bête de somme. Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Lire la suite

Être parents

Refaire jour après jour les simples gestes d’amour …

Sourire à la vie sans mesquinerie…

Tisser avec patience la trame de l’espérance …

Ecouter la pluie chanter au lieu de l’entendre pleurer …

Renouveler les habitudes en joie et non en lassitude…

Oser croire en l’avenir, le passé si riche d’espoir …

Sans cesse recommencer, comprendre et oublier …

Risquer l’enjeu de la confiance plus féconde que la méfiance…

Ecouter qui peine mais se taire à soi-même…

Aller de l’avant les pieds sur terre, les yeux fixés vers la lumière…

Reconnaître que joie et foi riment bien souvent avec croix…

Savoir que Dieu est là pour conduire nos pas.

Lucie Dochy