« Une pause par jour » – 1er décembre 2016


Jeudi de la 1ère semaine de l’Avent – 
Isaïe 26, 1-6 – Psaume 117 (118) – Matthieu 7, 2 1.24-27 – « Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle » (Is 26, 1-6) – Lecture du livre du prophète Isaïe

En ce jour-là, ce cantique sera chanté dans le pays de Juda : Nous avons une ville forte !
Le Seigneur a mis pour sauvegarde muraille et avant-mur. Ouvrez les portes ! Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle. Immuable en ton dessein, tu préserves la paix, la paix de qui s’appuie sur toi. Prenez appui sur le Seigneur, à jamais, sur lui, le Seigneur, le Roc  éternel.
Il a rabaissé ceux qui siégeaient dans les hauteurs, il a humilié la cité inaccessible, l’a humiliée jusqu’à terre, et lui a fait mordre la poussière. Elle sera foulée aux pieds, sous le pied des pauvres, les pas des faibles.

Le thème du Seigneur-Rocher trouve son origine à la source d’En-Gaddi, sur les bords de la mer Morte. C’est là que s’était réfugié David, poursuivi par le roi Saül qui voulait le mettre à mort. Les rochers calcaires d’En-Gaddi sont criblés de grottes et d’abris naturels qui peuvent facilement servir de cachettes. Cette «source des bouquetins», devenue un parc très fréquenté aujourd’hui, est d’une beauté sauvage en même temps qu’elle est d’une rudesse extrême.

Dans la liturgie juive de Hanoukka (une fête célébrée un peu avant Noël), on chante Ma’oz Tsour (Rocher de protection) en mémoire de l’histoire de David qui, malgré la menace de mort, a continué à mettre sa confiance dans le Seigneur: « Puissante citadelle de mon salut, te louer est un délice. Restaure la Maison de ma prière, et là, nous apporterons le sacrifice d’action de grâce. À l’époque où tu prépares l’écrasement de l’ennemi qui blasphème, alors j’achèverai par un chant de louange l’inauguration de l’autel. » Plus tard, le Rocher évoquera également le mont Sion, sur lequel Salomon construisit le Temple de Jérusalem. Il avait placé l’arche de l’Alliance dans le Saint des saints, signe de la présence divine parmi son peuple. Vu sous cet angle, le Seigneur-Rocher devient davantage un signe de «solidité» qu’un signe de protection. « Mieux vaut recourir au Seigneur que de compter sur un homme!» (Psaume 117,8)

Seigneur, tu es le rocher sur lequel je désire bâtir ma vie. Ne me laisse pas succomber à la tentation facile de construire sur un sol sablonneux.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s