« Une pause par jour » – 30 novembre 2016

vac-prier30 novembre 2016 : Saint André.  Romains 10, 9-18   Psaume 18 (19)  Matthieu 4, 18-22 – « La foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ » (Rm 10, 9-18) – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frère, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte.

    Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.  Or, comment l’invoquer, si on n’a pas mis sa foi en lui ? Comment mettre sa foi en lui, si on ne l’a pas entendu ? Comment entendre si personne ne proclame ? Comment proclamer sans être envoyé ? Il est écrit : Comme ils sont beaux, les pas des messagers qui annoncent les bonnes nouvelles ! Et pourtant, tous n’ont pas obéi à la Bonne Nouvelle. Isaïe demande en effet : Qui a cru, Seigneur, en nous entendant parler ? Or la foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ. Alors, je pose la question : n’aurait-on pas entendu ? Mais si, bien sûr ! Un psaume le dit : Sur toute la terre se répand leur message et leurs paroles, jusqu’aux limites du monde.                             
Dans sa Lettre aux Romains, saint Paul articule le processus de la foi dans un scénario à trois temps: l’envoi, la proclamation, l’écoute.

L’envoi
Par définition, l’apôtre est un «envoyé». Dans un premier temps, il doit faire ses classes. À ce stade, l’écoute est primordiale. Le disciple se fait «éponge» pour s’approprier non seulement le message mot à mot mais aussi son esprit. Tous les apôtres furent d’abord disciples: ils ont suivi le maître; ils ont appris du maître. Puis, lorsque le maître est disparu, ils ont proclamé son message au monde entier.

La proclamation

Une proclamation efficace doit tenir compte de la culture des gens qui la reçoivent. Il s’agit non seulement de faire usage d’une langue appropriée mais encore d’utiliser des repères connus de son public. Ici entre en jeu la pédagogie. Tout l’Ancien Testament nous démontre comment Dieu a fait usage de pédagogie envers son peuple. Paul complète le volet de la proclamation avec une citation du prophète Isaie: «Qu’il est beau de voir venir, franchissant les montagnes, un porteur de bonne nouvelle !» (lsaïe 52, 7)

L’écoute
L’écoute touche le récepteur de la parole. Il importe de distinguer deux verbes:
écouter et entendre. On entend avec ses oreilles, on écoute avec son coeur. Entendre est un phénomène acoustique; écouter est une qualité du cœur. La foi est au terme de tout ce processus.

Seigneur Dieu, tout au long de l’histoire, tu nous as donné des signes par milliers. Dans les derniers temps, ton Fils Jésus nous a donné une parole de vie. Crée en nos cœurs la qualité d’écoute nécessaire pour raviver notre foi.        

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s