« Une pause par jour » – 29 novembre 2016

Mardi 1ère semaine de l’Avent : « Sur lui reposera l’esprit du Seigneur » (Is 11, 1-10)  Psaume 71(72) Luc 10, 21-24 – Lecture du livre du prophète Isaïe

En ce jour-là, un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur – qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs. Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant. La justice est la ceinture de ses hanches ; la fidélité est la ceinture de ses reins.

Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main. Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer. Ce jour-là, la racine de Jessé sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.                              
Une blague circule dans le judaïsme: «Quand viendront ces temps messianiques où le loup habitera avec l’agneau, je préférerai quand même être le loup ! » Cela pour dire que nous ne désirons la paix que mollement. Au cœur de chaque être humain dort un instinct de domination, un instinct de destruction qui s’exprime par le désir de se bagarrer, de faire la guerre. On dirait que l’être humain sent le besoin de prouver son existence en écrasant l’autre. C’est ce qu’exprimait Victor Hugo dans les vers suivants:

Nous qui sommes, de par Dieu, chevaliers de haut-lieux,

il faut faire bruit sur terre et la guerre n’est qu’un jeu

 (Odes du roi Jean-Le-Bon)

La  paix messianique ne va changer ni la nature du loup ni celle de l’agneau. La paix à laquelle nous aspirons de tout notre cœur ne viendra pas à la suite d’une trépanation de la boîte crânienne, comme dans le film « Orange mécanique ». La paix  est un comportement. Elle est l’addition de petits gestes posés par chacun et chacune, dans une harmonieuse complémentarité. Voilà pour les artisans et artisanes de paix qui sont indispensables dans une société. Quand ils disparaissent, resurgissent les querelles et la cohorte des malheurs amenés par la guerre.

Seigneur,  fais de moi un instrument de paix. Là où il y a la haine, que je mette l’amour. Là où il y a  l’offense, que je mette le pardon. Là où il y a la discorde, que je mette l’union. (Prière de Saint François)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s