« Une pause par jour » – 22 mars 2018

5ème Semaine de Carême – Première lecture (Gn 17, 3-9)

En ces jours-là, Abram tomba face contre terre et Dieu lui parla ainsi : « Moi, voici l’alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram, ton nom sera Abraham, car je fais de toi le père d’une multitude de nations. Je te ferai porter des fruits à l’infini, de toi je ferai des nations, et des rois sortiront de toi. J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta descendance, de génération en génération ; ce sera une alliance éternelle ; ainsi je serai ton Dieu et le Dieu de ta descendance après toi. À toi et à ta descendance après toi je donnerai le pays où tu résides, tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle, et je serai leur Dieu. » Dieu dit à Abraham : « Toi, tu observeras mon alliance, toi et ta descendance après toi, de génération en génération. » – Parole du Seigneur. 

Évangile (Jn  8, 51-59)

En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : « Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. » Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons bien que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis : “Si quelqu’un garde ma parole, il ne connaîtra jamais la mort.” Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ? » Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : “Il est notre Dieu”, alors que vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais et, si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur. Mais je le connais, et sa parole, je la garde. Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui. » Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas encore cinquante ans, tu as vu Abraham ! » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. » Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple. – Acclamons la Parole de Dieu. 

Abraham, un exemple

L’extrait du livre de la Genèse lu aujourd’hui énonce les conditions de l’alliance que le Seigneur établit avec Abraham. Il met en évidence la paternité de ce dernier par rapport aux nations. D’ailleurs, les trois grandes religions monothéistes, c’est-à-dire le judaïsme, le christianisme et l’islam, se réclament de lui. Pour nous chrétiens et chrétiennes, Abraham constitue un modèle de la foi que nous sommes appelés à reproduire. Car Dieu nous appelle aussi à sortir de nos zones de confort et de sécurité afin de nous lancer sur la voie du service et de l’oubli de soi. Ce chemin est parfois exigeant, et il n’offre pas toujours un avenir clair. C’est uniquement en Dieu qu’il nous faut placer notre confiance, car il est le seul garant de notre devenir et de celui d’autrui.

 «JE SUIS»

Sans vraiment connaître l’identité de Jésus, ses auditeurs s’émerveillent de la grandeur d’Abraham. Pour eux, ce père d’Israël est plus éminent que Jésus. Mais ce dernier utilise l’expression employée dans l’épisode du buisson ardent, «JE SUIS», pour leur révéler sa véritable origine. Jésus est effectivement «Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière», comme dit le Symbole de Nicée-Constantinople. Il est le Fils de Dieu. C’est pourquoi il existait même avant Abraham. Et la spécificité du christianisme consiste bien en cela: la foi en la divinité de Jésus. Le Carême est un temps privilégié pour approfondir notre foi en cet élément fondamental de notre foi.

Le courage du pardon

Seigneur, ne me laisse pas devenir
victime de l’orgueil, quand je réussis,
ou de la déception quand j’échoue.
Seigneur, apprends-moi qu’être prêt à pardonner
est l’une des plus grandes marques de la force
et que le désir de vengeance
est l’une des manifestations de la faiblesse.
Seigneur, si j’ai blessé mon prochain,
donne-moi la force de m’excuser;
si les gens m’ont fait du tort,
donne-moi le courage du pardon.
Seigneur, si je t’oublie, ne m’oublie pas.

Ali Amin

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s