« Une pause par jour » – 9 mars 2018

3ème Semaine de Carême – Première lecture (Os 14, 2-10)

Ainsi parle le Seigneur : Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu ; car tu t’es effondré par suite de tes fautes. Revenez au Seigneur en lui présentant ces paroles : « Enlève toutes les fautes, et accepte ce qui est bon. Au lieu de taureaux, nous t’offrons en sacrifice les paroles de nos lèvres. Puisque les Assyriens ne peuvent pas nous sauver, nous ne monterons plus sur des chevaux, et nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu”, car de toi seul l’orphelin reçoit de la tendresse. » Voici la réponse du Seigneur : Je les guérirai de leur infidélité, je les aimerai d’un amour gratuit, car ma colère s’est détournée d’Israël. Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lis, il étendra ses racines comme les arbres du Liban. Ses jeunes pousses vont grandir, sa parure sera comme celle de l’olivier, son parfum, comme celui de la forêt du Liban. Ils reviendront s’asseoir à son ombre, ils feront revivre le froment, ils fleuriront comme la vigne, ils seront renommés comme le vin du Liban. Éphraïm ! Peux-tu me confondre avec les idoles ? C’est moi qui te réponds et qui te regarde. Je suis comme le cyprès toujours vert, c’est moi qui te donne ton fruit. Qui donc est assez sage pour comprendre ces choses, assez pénétrant pour les saisir ? Oui, les chemins du Seigneur sont droits : les justes y avancent, mais les pécheurs y trébuchent. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Mc 12, 28b- 34)

En ce temps-là, un scribe s’avança vers Jésus pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger. – Acclamons la Parole de Dieu.

«Revenez au Seigneur»

Le Seigneur lance un appel percutant par la bouche du prophète Osée: «Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu; car tu t’es effondré par suite de tes fautes.» Cette interpellation est, en réalité, un élan de tendresse du cœur de notre Père; il assure vouloir pour nous la guérison. Le Seigneur veut se faire «rosée» sur la brûlure ardente de nos péchés; il veut provoquer les retrouvailles en dépit de nos égarements. Il sait qu’il est pénible de nous relever après une chute. Il connaît l’orgueil et le découragement qui nous guettent lorsque nous tombons. Il sait de quoi nous sommes pétris et n’attend qu’un signe de notre part pour nous relever, pour nous refaire.

Comme une mère

Notre Dieu est un Dieu d’amour. Sans nous faire de reproche, il vient même au devant de notre chute. Il se penche sur nous comme une mère éplorée. Il ne nous reste qu’à lui offrir nos cœurs d’enfants blessés, désireux de changer. Jésus, en véritable icône du Père de tendresse, agit à son tour de la même manière: «Ce que fait [le Père], le Fils le fait pareillement.» (Jean 5, 19) Il s’empresse de dénouer les liens de captivité des grands pécheurs et des opprimés. Il mange avec eux, leur accordant de son temps précieux, leur offrant une oreille attentive et un enseignement éclairant. Jésus ne cède rien au péché, mais il accorde tout au pécheur. Il ne glorifie en rien la faute commise, mais reconnaît en la personne la blessure qui l’y a conduite. S’il peut agir ainsi, c’est parce qu’il est lui-même amour, avec le Père et l’Esprit.

Prière au Dieu différent

Papa, Père,
c’est ainsi qu’il nous a dit de t’appeler !
Tu n’es pas comme nous avions imaginé.

Nous t’avons rêvé Dieu supérieur à tout
à l’image de ceux qui nous gouvernent, majestueux et lointains.

En Jésus, tu t’es fait connaître dans un nouveau-né,
dans un enfant de réfugiés, né au hasard de la route.

Nous t’avons rêvé maître absolu des espaces et du temps,
décidant sans appel du destin des êtres et des choses.

En Jésus, tu t’es fait connaître dans un serviteur,
prenant le tablier pour laver les pieds de ses amis.

Nous t’avons rêvé juge des œuvres bonnes et mauvaises,
puissant et récompensant chacun selon un barème bien défini.

En Jésus, tu t’es fait connaître dans un condamné,
offrant sa vie pour ses bourreaux
et le pardon à ceux qui le tuent.
Oui, tu es différent de nos imaginations
et ta rencontre nous entraîne ailleurs.

Père, trop souvent, nous avons inversé les rôles ;
nous avons voulu te créer à notre façon
pour satisfaire nos désirs ou nos faiblesses
ou pour justifier nos idées.

Mais c’est toi qui nous crées,
non pas comme des êtres tout faits mais comme des êtres à venir.
Tu nous crées en nous appelant à devenir autres,
et tu nous renouvelles toujours dans cet appel car tu es différent.

Nous avons pensé cette différence comme un éloignement ;
par ton Esprit, tu t’es rendu tout proche,
souffle de vie au cœur de chacun.

Nous avons pensé cette différence comme un écrasement ;
par ton Esprit, tu es celui qui redresse,
souffle de liberté dans le monde.

Nous avons pensé cette différence comme une brûlure ;
par ton Esprit, tu es celui qui guérit,
souffle de renouveau dans nos déserts.

Nous avons pensé cette différence comme une froide solitude ;
par ton Esprit, tu es communauté et source de partages,
souffle d’Amour pour notre temps et pour toujours !

Portstnicolas.org     octobre 2017

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s