« Une pause par jour » – 8 mars 2018

3ème Semaine de Carême – Première lecture (Jr 7, 23-28)

Ainsi parle le Seigneur : Voici l’ordre que j’ai donné à vos pères : « Écoutez ma voix : je serai votre Dieu, et vous, vous serez mon peuple ; vous suivrez tous les chemins que je vous prescris, afin que vous soyez heureux. » Mais ils n’ont pas écouté, ils n’ont pas prêté l’oreille, ils ont suivi les mauvais penchants de leur cœur endurci ; ils ont tourné leur dos et non leur visage. Depuis le jour où vos pères sont sortis du pays d’Égypte jusqu’à ce jour, j’ai envoyé vers vous, inlassablement, tous mes serviteurs les prophètes. Mais ils ne m’ont pas écouté, ils n’ont pas prêté l’oreille, ils ont raidi leur nuque, ils ont été pires que leurs pères. Tu leur diras toutes ces paroles, et ils ne t’écouteront pas. Tu les appelleras, et ils ne te répondront pas. Alors, tu leur diras : « Voilà bien la nation qui n’a pas écouté la voix du Seigneur son Dieu, et n’a pas accepté de leçon ! La vérité s’est perdue, elle a disparu de leur bouche. » – Parole du Seigneur. 

Évangile (Lc 11, 14-23)

En ce temps-là, Jésus expulsait un démon qui rendait un homme muet. Lorsque le démon fut sorti, le muet se mit à parler, et les foules furent dans l’admiration. Mais certains d’entre eux dirent : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. » D’autres, pour le mettre à l’épreuve, cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. Si Satan, lui aussi, est divisé contre lui-même, comment son royaume tiendra-t-il ? Vous dites en effet que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons. Mais si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? Dès lors, ils seront eux-mêmes vos juges. En revanche, si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous. Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. Mais si un plus fort survient et triomphe de lui, il lui enlève son armement, auquel il se fiait, et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi »

Sommes-nous vraiment avec le Christ? Si nous n’en sommes pas certains, ne risquons-nous pas d’être contre lui, un peu comme Judas qui suivait Jésus tout en planifiant de le livrer aux autorités? Autant c’était difficile à l’époque de savoir si on marchait vraiment avec le Christ, autant ce l’est pour nous aujourd’hui. Ainsi, nous pouvons être tentés par un certain syncrétisme et croire aussi bien en la réincarnation qu’en la résurrection. Ou encore: comment nous positionner par rapport à un parti politique qui préconise autant le suicide assisté que la protection de l’environnement? «Je suis venu pour que les brebis aient la vie.» (Jean 10, 10). Il va de soi qu’on agit pour la défense de la vie lorsqu’on épouse une cause environnementale: protection des zones vertes ou des espèces en voie de disparition, opposition à l’exploitation des sables bitumineux… Lutter pour empêcher qu’une culture de mort s’établisse chez nous, c’est peut-être moins dans l’air du temps, mais tout aussi essentiel.

Le combat de la vie

La vie est un combat; en tant que chrétiens et chrétiennes, nous n’y échappons pas. Tous les jours, nous avons à lutter pour l’Évangile et la vie. Nous avons à dénoncer ce qui est contre le Christ, à savoir, ce qui est mortifère, ce qui va à l’encontre de la vie. Notre démarche s’inscrit sans cesse dans une dynamique de conversion et d’union au mystère de la mort et de la résurrection du Christ. Sachons nous mettre à son écoute et marchons avec lui dans le sens de la vie.

Pour bénir la table

Tu nous donnes
ce temps de quarante jours
pour reprendre conscience
de la valeur des choses et des biens.
Que ce repas que nous partageons
porte nos regards plus loin
et plus haut que nos assiettes,
nos verres et nos plats garnis.
Apprends-nous à partager
ce temps de fraternité
que Tu nous donnes.
Nous Te le demandons,
à Toi qui nous redis l’essentiel.
Amen.

Christophe Husson

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s