« Une pause par jour » – 27 février 2018

2ème Semaine de Carême – Première lecture (Is 1, 10.16-20)

Écoutez la parole du Seigneur, vous qui êtes pareils aux chefs de Sodome ! Prêtez l’oreille à l’enseignement de notre Dieu, vous, peuple de Gomorrhe ! Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien : recherchez le droit, mettez au pas l’oppresseur, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve. Venez, et discutons – dit le Seigneur. Si vos péchés sont comme l’écarlate, ils deviendront aussi blancs que neige. S’ils sont rouges comme le vermillon, ils deviendront comme de la laine. Si vous consentez à m’obéir, les bonnes choses du pays, vous les mangerez ; mais si vous refusez, si vous vous obstinez, c’est l’épée qui vous mangera. – Oui, la bouche du Seigneur a parlé. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Mt 23, 1-12)

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Le péché de Sodome et de Gomorrhe

Si on vous demandait d’établir la liste des reproches faits par l’Éternel aux villes de Sodome et de Gomorrhe, lequel vous viendrait d’abord à l’esprit? À une certaine époque, le péché le plus souvent mentionné concernait la morale sexuelle. Pourtant, en relisant la première lecture, on constate que ce que le Seigneur exige de son peuple, c’est qu’il cesse d’accomplir le mal. II donne une indication positive de sa volonté quand il ordonne de faire le bien: rechercher le droit, mettre au pas l’oppresseur, prendre soin de l’orphelin, défendre la veuve… Est-il possible que nous ayons omis ces exigences en centrant toute l’attention sur la sexualité?

Le châtiment d’abaissement

Au contraire des Sodomites, les pharisiens respectent la loi de Moise à la lettre. A première vue, on pourrait facilement déplorer le péché des premiers et encenser la vertu des seconds. Mais Jésus n’est pas dupe. Il sait bien que la Loi est au service du bien commun et ne doit pas écraser les gens. L’Alliance conclue avec Moise devait assurer le bonheur. Mais les pharisiens se perçoivent comme des parfaits. À leurs yeux, le respect de la Loi suffit pour se justifier devant Dieu. Ils se donnent ainsi le droit de juger et d’imposer des règles qui pèsent lourd. Ils se sont élevés au-dessus de leurs semblables, mais ils seront abaissés à l’état de ces gens écrasés par le fardeau… Dieu est le seul juste. Mieux vaut nous en remettre entièrement à lui pour nous juger et, surtout, pour juger les autres.

Le Carême de mes surplus

Qu’est-ce que le Carême? Je parle ici d’un vrai carême.
Cette année, sans m’arrêter à la signification du mot Carême, je suis retournée voir la signification que ma grand-mère me donnait quand j’étais enfant.

 »Le carême, » me disait-elle,  »c’est quand tu te prives de quelque chose qu’il te coûte de partager ou de ne pas consommer. »
Pas besoin de vous dire que la tentation était forte de me faire croire que telle ou telle chose me demandait beaucoup de sacrifices à déposer dans mon objectif  »Privations du carême ».

Mais en réalité, j’oubliais le plus important. Me priver d’un objet, d’une habitude, d’un comportement ou d’un geste qui m’obligerais à réfléchir sur ma façon d’aimer. Aimer, Dieu, Aimer les proches que le Seigneur plaçait sur ma route, et m’aimer moi en tant que créature de Dieu.

Cette année, je crois que je décide de demander l’aide de l’Esprit Saint. Qu’il vienne m’enseigner ce dont je dois me départir ou offrir ou acquérir pendant cette période de réflexion. Que le tout se fasse selon la volonté de mon Sauveur.

Pour une fois, le suivre sur le chemin de Croix et cueillir chaque goutte de son sang précieux et le verser sur mes blessures qui finissent par blesser les autres.

Oui je crois que je vais laisser Dieu décider de mon carême. Lui seul sait ce dont j’ai besoin. Et Il sait beaucoup mieux que moi quel chemin me conduira le plus rapidement sur la route de Pâques afin de participer à la Fête du Ressuscité.

Oui je crois en Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts, le troisième jour…, afin que j’apprenne qu’à la croisée de tous mes chemins il y a un signe, le signe de la Croix.

La Croix de la Résurrection en passant par la Croix de la Passion.

Ô Croix dressée sur le monde,…
Ô Croix de Jésus-Christ.             

Diane

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s