« Une pause par jour » – 26 septembre 2017

25ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Esdras 6, 7-8.12b.14-20)

En ces jours-là, le roi de Perse, Darius, écrivit aux autorités de la province située à l’ouest de l’Euphrate : « Laissez le gouverneur de Juda et les anciens des Juifs travailler à cette maison de Dieu : ils doivent la rebâtir sur son emplacement. Voici mes ordres concernant votre ligne de conduite envers les anciens des Juifs pour la reconstruction de cette maison de Dieu : les dépenses de ces gens leur seront remboursées, exactement et sans interruption, sur les fonds royaux, c’est-à-dire sur l’impôt de la province. Moi, Darius, j’ai donné cet ordre. Qu’il soit strictement exécuté ! » Les anciens des Juifs continuèrent avec succès les travaux de construction, encouragés par la parole des prophètes Aggée et Zacharie le fils d’Iddo. Ils achevèrent la construction conformément à l’ordre du Dieu d’Israël, selon les décrets de Cyrus et de Darius. La maison de Dieu fut achevée le troisième jour du mois nommé Adar, dans la sixième année du règne de Darius. Les fils d’Israël, les prêtres, les lévites et le reste des rapatriés célébrèrent dans la joie la dédicace de cette maison de Dieu. Ils immolèrent, pour cette dédicace, cent taureaux, deux cents béliers, quatre cents agneaux et, en sacrifice pour le péché de tout Israël, douze boucs, d’après le nombre des tribus d’Israël. Puis ils installèrent les prêtres selon leurs classes, et les lévites selon leurs groupes, pour le service de Dieu à Jérusalem, suivant les prescriptions du livre de Moïse. Les rapatriés célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du premier mois. Tous les prêtres et tous les lévites, sans exception, s’étaient purifiés : tous étaient purs. Ils immolèrent donc la Pâque pour tous les rapatriés, pour leurs frères les prêtres, et pour eux-mêmes. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Luc 8, 19-21)

En ce temps-là, la mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule. On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Dieu ne cesse de poursuivre ses plans

Pour la communauté israélite en exil, garder sa foi vivante était devenu difficile. Dieu, se souciant toujours de son peuple, passera par Darius pour lui permettre de retrouver ses racines. C’est ce roi païen qui lancera la reconstruction du Temple remplaçant celui qui avait été détruit 70 ans plus tôt. Quelle joie pour les Israélites de pouvoir enfin offrir des sacrifices à Dieu! Celui-ci a su encore une fois tirer du bon d’une situation qui semblait désespérée. Dans le contexte actuel où l’on voit la foi s’effriter et l’Eglise critiquée ou désertée, voilà une parole d’espérance. Dieu se prépare à nous surprendre et peut-être grâce à des gens qui semblent vraiment loin de nous pour l’instant.

Une famille élargie

Jésus acquiert une certaine popularité dans son milieu. On se presse autour de lui pour le voir et l’entendre, au point que sa proche famille n’arrive plus à s’approcher de lui. Et il déclare même que sa famille est composée des personnes qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique. Il ne renie certainement pas sa mère avec une telle affirmation parce qu’elle est justement le modèle du disciple qui se met à l’écoute de la parole, cherche à discerner ce que Dieu attend de lui et est disposé à accomplir sa volonté. Sous cet angle, il devient pour nous tous et toutes possible d’entrer dans la famille élargie de Jésus. Le simple fait d’être baptisés et de participer régulièrement à l’eucharistie ne suffit cependant pas. Fréquenter l’église, c’est une chose, vivre selon la volonté de Dieu en est une autre. Quand les deux se tiennent, les liens familiaux avec Jésus en sont fortifiés. Tâchons d’écouter ce que Dieu veut nous dire, cherchons à discerner sa volonté et mettons-nous en marche à la suite de Jésus.

Que je marche ou que je tombe

O Vérité de mon Dieu, tu es toute ma sagesse,

toute ma consolation et toute mon espérance

je ne suis en assurance que dans tes bras.

Ne m’abandonne pas à mon sens

et à ma propre conduite,

mais mène-moi au ciel par tel chemin qu’il te plaira.

 

Si je marche, ô ma Lumière, éclaire-moi.

Si je m’égare du bon chemin, redresse-moi.

Si je m’arrête en chemin, pousse-moi,

presse-moi, pique-moi.

Si je tombe, relève-moi.

Si je suis las, fortifie-moi.

Si je suis attaqué, défends-moi.

Si je suis faible, porte-moi.

Si je suis perdu, cherche-moi.

 

Je me laisse conduire par ta sagesse.

Je me repose sur ta bonté.

Je m’appuie sur ta force.

Je me fie à ta miséricorde.

Je m’attache à tes volontés.

Je me dévoue à ton service.

Je m’abandonne à ton amour et à ta Providence

pour le temps et pour l’éternité.

Jean Crasset

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s