« Une pause par jour » – 5 mai 2017

3ème semaine de Pâques – « Cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations » (Ac 9, 1-20) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Saul était toujours animé d’une rage meurtrière contre les disciples du Seigneur. Il alla trouver le grand prêtre et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des hommes et des femmes qui suivaient le Chemin du Seigneur, il les amène enchaînés à Jérusalem. Comme il était en route et approchait de Damas, soudain une lumière venant du ciel l’enveloppa de sa clarté. Il fut précipité à terre ; il entendit une voix qui lui disait : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? » Il demanda : « Qui es-tu, Seigneur ? » La voix répondit : « Je suis Jésus, celui que tu persécutes.  Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire. »

Ses compagnons de route s’étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient la voix,
mais ils ne voyaient personne. Saul se releva de terre et, bien qu’il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. Ils le prirent par la main pour le faire entrer à Damas. Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta sans manger ni boire. Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananie. Dans une vision, le Seigneur lui dit : « Ananie ! » Il répondit : « Me voici, Seigneur. »

Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue appelée rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme de Tarse nommé Saul. Il est en prière, et il a eu cette vision : un homme, du nom d’Ananie, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue. » Ananie répondit : « Seigneur, j’ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu’il a fait subir à tes fidèles à Jérusalem. Il est ici, après avoir reçu de la part des grands prêtres le pouvoir d’enchaîner tous ceux qui invoquent ton nom. »
Mais le Seigneur lui dit : « Va ! car cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël. Et moi, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom. »

Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit Saint. » Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé. Alors il prit de la nourriture et les forces lui revinrent. Il passa quelques jours à Damas avec les disciples et, sans plus attendre, il proclamait Jésus dans les synagogues, affirmant que celui-ci est le Fils de Dieu.

Communauté fermée

Aucun danger n’est plus grand pour une communauté chrétienne que le repliement sur soi ! Une communauté – l’Eglise – peut se refermer sur elle-même à cause de critères de pureté : il faut – au moins en apparence – avoir un comportement sans péché, montrer son accord avec toutes les lois, ne jamais contredire…

Le critère social peut être une cause de repliement : il faut être bien habillé, sortir d’un bon milieu, être bien éduqué, avoir de l’influence … Le critère des idées peut être une cause de repliement: il faut penser comme tout le monde, être intégriste ou progressiste, être d’avant-garde, être accroché aux traditions, être de telle tendance …Tant de critères peuvent être inventés et aboutir au repliement!

Une Église, une communauté chrétienne qui se referme sur elle-même, est condamnée à mourir. Elle se dessèche. Elle n’est pas fidèle à sa mission. Car le Christ est venu fonder une Eglise accueillante à tous les humains, quelles que soient leurs idées, quel que soit leur statut social, quelle que soit leur pureté morale, quelles que soient leur race ou leurs façons de vivre! Le Christ a créé l’Eglise pour qu’elle offre à chaque être humain, quel qu’il soit et d’où qu’il vienne, la possibilité de goûter à l’amour du Père dont les bras ouverts n’opèrent aucune sélection.

Baptisé

L’eau du baptême indique un renouvellement intégral. L’eau qui coule sur le baptisé est pareille à un habit nouveau qui le recouvre. Un vêtement qui reflète la beauté même de Dieu. Au baptisé il revient désormais de mettre en évidence la luminosité de son vêtement.

L’eau qui coule sur le baptisé est pareille à un fleuve qui fait courir en lui, pour toujours, la tendresse du Père, la proximité fraternelle du Christ Jésus et la force de l’Esprit Saint. Au baptisé il revient désormais de répondre à cet amour et de le partager à ses frères et sœurs de la terre.

L’eau qui coule sur le baptisé est pareille à une pluie de printemps qui éveille les graines au fond des sillons. Avec le baptême l’être humain est éveillé à la Bonne Nouvelle ! Au baptisé il revient désormais de faire germer l’Evangile en beaux et nombreux fruits reconnaissables par tous et réjouissant le monde.

Prière d’une mère de famille

Seigneur,

je rêvais de réussite et de pouvoir,

d’argent et de gloire,

et me voici enfouie,

engluée parfois,

dans mon quotidien de mère de famille

nourrissant, soignant, consolant, écoutant…

ceux que tu m’as confiés,

avec des machines sans cesse pleines de linge,

qu’il faut vider,

et des réfrigérateurs sans cesse vides,

qu’il faut remplir…

Autant de petites morts à moi-même,

à ma tranquillité,

à ma liberté.

Mais tu es là!

vivant au coeur de ma vie

et tu ressuscites chaque instant donné avec amour.

Au détour d’un sourire, d’un regard,

ta joie explose en moi

et illumine les mille gestes quotidiens

qui font la trame de ma vie.

Seigneur, reste avec moi,

et que mes petites morts de chaque jour

me conduisent sur le chemin

de la vie éternelle.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s