« Une pause par jour » – 20 avril 2017

Octave de Pâques – Actes 3, 11-26 – Psaume 8 – Luc 24, 35-48 – « Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts » (Ac 3, 11-26) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, l’infirme que Pierre et Jean venaient de guérir ne les lâchait plus. Tout le peuple accourut vers eux au Portique dit de Salomon. Les gens étaient stupéfaits. Voyant cela, Pierre interpella le peuple : « Hommes d’Israël, pourquoi vous étonner ?

Pourquoi fixer les yeux sur nous, comme si c’était en vertu de notre puissance personnelle ou de notre piété que nous lui avons donné de marcher ? Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré, vous l’aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher. Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier. Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins. Tout repose sur la foi dans le nom de Jésus Christ : c’est ce nom lui-même qui vient d’affermir cet homme que vous regardez et connaissez ; oui, la foi qui vient par Jésus l’a rétabli dans son intégrité physique, en votre présence à tous. D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs. Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait d’avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie souffrirait.

Convertissez-vous et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés. Ainsi viendront les temps de la fraîcheur de la part du Seigneur, et il enverra le Christ Jésus qui vous est destiné. Il faut en effet que le ciel l’accueille jusqu’à l’époque où tout sera rétabli, comme Dieu l’avait dit par la bouche des saints, ceux d’autrefois, ses prophètes.

Moïse a déclaré : Le Seigneur votre Dieu suscitera pour vous, du milieu de vos frères, un prophète comme moi : vous l’écouterez en tout ce qu’il vous dira. Quiconque n’écoutera pas ce prophète sera retranché du peuple. Ensuite, tous les prophètes qui ont parlé depuis Samuel et ses successeurs, aussi nombreux furent-ils, ont annoncé les jours où nous sommes. C’est vous qui êtes les fils des prophètes et de l’Alliance que Dieu a conclue avec vos pères, quand il disait à Abraham : En ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. C’est pour vous d’abord que Dieu a suscité son Serviteur, et il l’a envoyé vous bénir, pourvu que chacun de vous se détourne de sa méchanceté. »                    

Appeler à la conversion

La puissance de la résurrection donne à Pierre la force de parler du Christ en toute vérité, sans gêne ni peur. Il rappelle même à ses auditeurs comment ils ont livré Jésus aux mains des autorités. Dans notre société, nous hésitons à annoncer notre foi et à dénoncer les injustices. Pourtant, le récit nous montre que Pierre ne condamne personne, mais invite plutôt à la conversion. Nous vivons dans un monde où tout semble permis : « Si tu es bien là-dedans, tant mieux. Je te laisse faire. »

Que serait-il arrivé de l’annonce de la Bonne Nouvelle si les premiers chrétiens s’étaient contentés de dire la même chose? Non, ils ont osé annoncer le Christ et exhorter à la conversion, car ils étaient convaincus que Jésus est venu pour tout le monde et qu’il est le chemin, la vérité et la vie. Alors, nous, comment annonçons-nous le Christ?

Faire l’expérience du Christ (Evangile du jour)

Reconnaître le Christ présent au milieu de nous ne va pas de soi. Dans la lecture évangélique, les disciples sont frappés de stupeur et de crainte devant le Ressuscité. Celui-ci doit les rassurer, leur montrer qu’il n’est pas un fantôme. De plus, il doit les éduquer, leur rappeler que les Écritures devaient s’accomplir, que le Messie devait souffrir. La mort et la résurrection de Jésus sont un profond mystère, une réalité à creuser toujours davantage. Il faut consentir à ne pas tout comprendre, à laisser Jésus nous instruire. La foi n’est pas affaire de connaissances intellectuelles, mais d’expérience de Dieu dans notre vie.

Prière
Pâques : Chemin de Pâques

Quand la nuit est là,
quand la lumière n’a pas de nom
en dehors de la foi,
Dieu de toute aurore,
avec ton Fils en agonie,
nous voulons Te bénir encore.

Quand la blessure est là,
quand la vie n’a pas de nom
en dehors de ta volonté,
Dieu affrontant toute mort
avec le Fils blessé à jamais,
Nous voulons Te glorifier encore.

Quand la lutte est là,
quand la victoire n’a pas de nom
en dehors de l’amour,
Dieu toujours plus fort,
avec le Fils héritier de nos morts,
nous voulons T’adorer encore.

Auteur : Père Christian de Chergé

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s