« Une pause par jour » – 15 avril 2017

Veillée pascale – Genèse 1, 1 —2,2 – Genèse 22, 1-13.15-18 – Isaïe 54, 5-14 – Isaïe 55, 1-11 – Ézékiel 36, 16-17a.18-28 – Psaume 117 (118) – Exode 14, 15— 15 – Baruc 3, 9-15.32—4,4 – Romains 6, 3b-11 – Marc 16, 1-8 – « Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus » (Rm 6, 3b-11) – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts.

Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne. Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui  pour que le corps du péché soit réduit à rien, et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché.

Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.  Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

Par le baptême, donc, nous avons été mis au tombeau avec lui pour être associés à sa mort, afin que, tout comme le Christ a été ramené d’entre les morts […J, nous vivions d’une vie nouvelle. (Romains 6, 4)

Ça s’est passé de nuit. La nuit, tout est passé. Ce fut la nuit du grand passage. La nuit du mystère impénétrable pour nos yeux humains. La grande merveille du salut. Celle qui a fait basculer l’histoire, celle qui l’a entièrement renouvelée.

Ça s’est passé de nuit. Les Israélites sont passés de nuit à travers les mêmes eaux qui ont englouti les Égyptiens qui les pourchassaient. Ils sont passés de l’état d’esclavage à l’état d’hommes libres. Ils ont accédé à une vie nouvelle.

Ça s’est passé de nuit. L’immense pierre qui fermait l’entrée du tombeau a roulé sur le côté. Ce tombeau, antre de la nuit et de la mort, a été visité mystérieusement et il s’est empli de lumière. «Il est revenu de la mort à la vie», dit le jeune homme tout de blanc vêtu.
Par le baptême, nous aussi nous sommes passés de l’obscurité à la lumière, de la mort à la vie. Nous sommes passés parce que Jésus, dans sa plongée dans l’univers mortel, nous a tous entraînés avec lui et parce qu’en ressuscitant Jésus, le Père a exalté aussi ceux et celles que son Fils tenait par la main. À l’inverse de la crucifixion, la résurrection de Jésus échappe à nos regards. Ça s’est passé de nuit Cela relève du mystère et fait appel à notre foi.

 

Seigneur Jésus, par ta mort, tu es descendu au plus profond des abîmes de la terre. Par ta résurrection, tu as fracassé les murs du tombeau de la mort et du péché qui nous tenaient aussi captifs. Par le baptême, tu nous associes à ce passage mystérieux et tu nous ouvres les portes de la vie nouvelle et éternelle. Que nos cœurs chantent à jamais notre reconnaissance.

Prière

Prions pour toutes celles et ceux qui aujourd’hui encore vivent la passion dans l’espérance d’être à leur tour relevés à la vie.

Dans les rues, les magasins, les bus… enfin partout…

nous rencontrons des personnes au visage fermé et triste.

Notre société semble devenir de plus en plus aride.

Les hommes vivent isolés, incapables de trouver leur bonheur.

Pour que, chrétiens, nous trouvions dans la résurrection

un enthousiasme nouveau et une joie communicative.

Seigneur nous te prions.

 

Jésus a donné sa vie !

Mais aujourd’hui, ils sont encore nombreux

celles et ceux qui consacrent leur vie

pour notre bonheur et celui des plus malheureux.

Pour que nous sachions un peu mieux reconnaître et apprécier

ces multiples gestes de bonté qui sont autant de signes de résurrection.

Seigneur nous te prions.

 

Alors que nous fêtons la résurrection, des peuples entiers se déchirent.

Des femmes, des hommes et combien d’enfants meurent

à cause de la violence meurtrière ?

Puissent les chefs d’états, sous la pression de l’humanité toute entière,

chercher et trouver des solutions

pour résoudre les conflits par le dialogue.

Seigneur nous te prions.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s