« Une pause par jour » – 18 mars 2017

Samedi de la deuxième semaine de Carême – Michée 7, 14-15.18-20 – Psaume 102 (103) – Luc 15, 1-3.11-32 – « Tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés ! » (Mi 7, 14-15.18-20) – Lecture du livre du prophète Michée

Seigneur, avec ta houlette, sois le pasteur de ton peuple, du troupeau qui t’appartient, qui demeure isolé dans le maquis, entouré de vergers. Qu’il retrouve son pâturage à Bashane et Galaad, comme aux jours d’autrefois ! Comme aux jours où tu sortis d’Égypte, tu lui feras voir des merveilles !

Qui est Dieu comme toi, pour enlever le crime, pour passer sur la révolte comme tu le fais à l’égard du reste, ton héritage : un Dieu qui ne s’obstine pas pour toujours dans sa colère mais se plaît à manifester sa faveur ? De nouveau, tu nous montreras ta   miséricorde, tu fouleras aux pieds nos crimes, tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés ! Ainsi tu accordes à Jacob ta fidélité, à Abraham ta faveur, comme tu l’as juré à nos pères depuis les jours d’autrefois.

Tu prends plaisir à nous manifester ta bonté. (Michée 7, 18b)

On le dit machinalement, sans trop y penser: «Ça m’a fait plaisir!»; «Tout le plaisir était pour moi. » Ma petite fille de cinq ans répondait à tout coup à nos « Oh I Merci! Tu es vraiment gentille!»: « Ça me fait plaisir!» Elle avait bien appris sa leçon.

Bien sûr, on aime rendre service à ceux et celles qu’on aime. Bien sûr, on éprouve de la joie lorsqu’on a rendu quelqu’un heureux. Dans tout cela, nous ressemblons à notre Dieu. Mais parfois, et cela m’est arrivé souvent, nous allons vers l’autre par obligation, par convention, pour préserver notre réputation. Le geste ne suit pas nécessairement l’intention. Et parfois même, cela aussi m’est arrivé souvent, nous remplissons nos devoirs ou nous répondons à des demandes d’aide, avec les dents serrées, en maugréant par en dedans. Vive alors la sincérité et la transparence!

Les lectures de ce jour nous présentent un Dieu qui, lui, se plaît à prendre pitié des siens, à leur pardonner et à accueillir le fils repentant. Il se démène fébrilement, outre mesure, pour réintégrer celui-ci dans sa dignité de fils et de maître. Il voudrait nous communiquer sa joie afin que nous fassions la fête avec lui, mais nos propres ambiguïtés risquent de lui faire obstacle. Que viennent le plaisir partagé et la pureté de la joie sur les «fils aînés» que nous sommes aussi.

 Prière – Je veux Te dire merci, mon Père bien aimé

Assise au bord de mon lit
Ouvrant les yeux sur cette nouvelle journée,
Eclairée par ton esprit,
Je réalise soudain que bien souvent
j’ai oublié de te remercier.

Merci, Papa, pour ton écoute, tes protections, ta patience,
Merci pour avoir considérablement pansé,
stoppé, réparé, exaucé, redirigé, pardonné,
O combien de fois, la symphonie de mes tracas,
bobos, mensonges et compagnie.
Mais Toi, inéluctablement, avec bonheur,
Tu arrives à ma rescousse,
Alors merci, même si ce mot fonctionnel,
que nous utilisons en oubliant trop souvent son bienfait,
cette reconnaissance, cette conscience de l’autre,
ne peut contenir toute la gratitude
et toute ma dévotion pour toi, Abba.

Je veux te dire merci d’ici bas,
Je veux te dire merci d’être là toujours prés de moi,
Je veux te dire merci de cette flamme dont tu combles
De cette vie que tu partages avec moi ;
Merci, de la part de cette petite girouette, un brin luciole,
quand elle se laisse enivrée par ton amour,
Merci
Thank You
Danke
Obrigado…
En toutes ces langues de la terre, laisse-moi te remercier.

Auteur : Nelly

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s