« Une pause par jour » – 27 décembre 2016

Mardi 27 décembre 2016 : Saint Jean, apôtre – « L’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau » (Jn 20, 2-8) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui  avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Alors, l’autre disciple, celui qui était arrivé le premier au tombeau, entra aussi. Il vit et il crut.

Les points de vue sur Jean l’évangéliste oscillent entre deux extrêmes: ou bien on le considère comme un théologien de haut niveau et ses écrits n’ont qu’une valeur symbolique; ou bien on reconnaît en lui un observateur précis comme un détective et les détails ont beaucoup d’importance. Voilà pourquoi la représentation de Jean sous la forme d’un aigle lui convient tout à fait. L’aigle vole haut et voit clair. Comme l’aigle, le sens de l’observation de Jean est remarquable. Dans le texte cité plus haut, Jean ne précise pas le nom du «disciple […] arrivé le premier au tombeau». «Il vit et il crut.» Ces deux petits verbes sont la signature du personnage.

Des quatre évangélistes, Jean est certainement le plus perspicace. Je comparerais volontiers son évangile à un mille-feuille. Il y a la couche supérieure avec son glaçage qui frappe la vue. Mais pour apprécier toute la saveur de ce gâteau, il faut descendre dans les couches inférieures. Saint Jean rapporte donc des faits qu’il a observés, mais il nous dévoile le message caché.

La découverte du tombeau vide devint pour Jean un signe de la résurrection de Jésus. Alors que Pierre semble peu impressionné par le même événement, cette observation devient le déclencheur de la foi de Jean. «Il vit et il crut.»

Merci, Seigneur, de mettre sur notre route des signes qui nous aident à croire!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s