« Une pause par jour » – 24 décembre 2016

petitenfantSamedi 24 décembre 2016 de la 4ème semaine de l’Avent – Le soleil levant nous visitera (Lc 1, 67-79) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, à la naissance de Jean Baptiste, Zacharie, son père, fut rempli d’Esprit Saint et prononça ces paroles prophétiques : « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple. Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur, comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens : salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs, amour qu’il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte ; serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte, afin que, délivrés de la main des ennemis, nous le servions dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.

Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins, pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés, grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut, pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. »

 » Un astre est venu nous visiter […] pour guider nos pas sur le chemin de la paix. » (Luc 1, 78-79)

L’astre est un des plus vieux symboles messianiques. Saint Luc se réfère directement à la prophétie de Balaam que l’on trouve dans le livre des Nombres (24, 17). L’histoire est délicieuse: nous sommes à l’époque où les fils d’Israël erraient dans les terres de Moab, lors de leur remontée vers la Terre promise. Balac, roi de Moab, voit venir une foule immense qui envahit ses terres, tel un troupeau de bœufs affamés. Il a peur comme tout chef d’État qui voit son pays infiltré par un flot de réfugiés. Le roi Balac sollicite l’aide de Balaam. C’est un rebelle, un hors-la-loi, un reclus qui vit en marge de la société. Mais on dit qu’il a des dons divinatoires et que sa parole est puissante. Parfait. Balac l’embauche pour terroriser ces intrus qui sortaient du désert et envahissaient ses terres. Mais la mission du prophète qui consiste à maudire Israël ne plaît pas au Seigneur. Même l’âne de Balaam lui déconseille de poursuivre ce projet. Finalement, Dieu se jouera de Balac et même de Balaam puisque les paroles de ce dernier se révéleront des bénédictions, et non des malédictions: «Je vois ce qui arrivera, […] je discerne un événement [.. j. Un astre apparaît parmi les descendants de Jacob, un souverain surgit au milieu du peuple d’Israël.» (Nombres 24, 17)

Depuis toujours, on a vu derrière cet astre le symbole d’un messie issu du peuple juif, un messie qui va régner sur tous les peuples. «Le salut vient des Juifs», dira Jésus à la Samaritaine (Jean 4, 22). C’est ainsi que l’étoile de Bethléem prend le relais de l’astre annoncé par Balaam. Depuis lors, qu’elle soit sur le sapin de Noël ou le drapeau d’Israël, cette étoile annonce toujours l’heure du Messie.

Seigneur, sois la lumière qui brille sur mes jours, sois l’étoile qui guide mes pas!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s