« Une pause par jour » – 24 novembre 2016

Restons en tenue de travail

Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas forcer sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

Comme le paysan de la terre de Palestine gardait relevé les pans de sa longue tunique pour pouvoir travailler, restons en tenue de travail !

Demeurons toujours prêts à travailler dans le champ du Seigneur, car au Royaume de l’Amour, il n’y a ni chômage ni jour chômé !

Comme le voyageur ou le pèlerin du pays de Jésus gardait accroché à sa ceinture les pans de sa longue tunique pour pouvoir marcher plus facilement, restons toujours prêts à suivre le Seigneur qui viendra frapper à notre porte, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit !

Restons des hommes éveillés !

Seigneur, par quelle tragique méprise a-t-on pu dire que le christianisme était « l’opium du peuple » !

Un chrétien ne devrait-il pas être le contraire d’un homme assoupi !
Ton Esprit, feu et tempête de l’Amour, nous bouscule, secoue nos léthargies, nous donne un regard vigilant sur notre environnement familial, notre milieu de travail, notre quartier, notre pays et sur le monde entier.

Seigneur, arrache-nous à l’assoupissement, à l’habitude, à la médiocrité, à l’éparpillement.

Ne nous laisse pas anesthésier par la surabondance, chloroformer par les discours des bateleurs publics, assourdir par le vacarme des slogans à la mode, hypnotiser par les sondages, déshumaniser par les ténors du progrès à tout prix qui ont relégué la « religion » au musée des antiquités !

Seigneur, rends-nous disponibles aux murmures de ton Esprit qui sans cesse nous redit :

Où l’amour n’est-il pas aimé ?
Où la vie est-elle piétinée ?
Où l’homme est-il méprisé ?
Où l’espérance est-elle menacée ?
Où le Règne de Dieu n’est-il pas encore manifesté ?…
Le temps de remettre son tablier et de se croiser les bras
n’est pas encore arrivé !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s