« Une pause par jour » – 31 octobre 2016

L’allégorie de la vigne – Jean 15,1-8

Avant de passer de ce monde à son Père, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui donne du fruit, il le nettoie, pour qu’il en donne davantage. Mais vous, déjà vous voici nets et purifiés grâce à la parole que je vous ai dite : Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruits, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est comme un sarment qu’on jette dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l’obtiendrez. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruits : ainsi, vous serez pour moi des disciples. »

Temps de prière

C’est dans la confiance et le soutien de l’Esprit de Dieu que nous lui adressons notre prière.

Nous sommes facilement obsédés par ceux qui font le mal.

Nous en oublions d’admirer toutes ces femmes et ces hommes de bonne volonté qui

donnent le meilleur de leur vie au service des autres.

Pour que nous changions notre regard sur les autres et sur le monde.

Seigneur nous te prions.

 

Dans une société super active, il est difficile pour les personnes malades ou âgées,

d’accepter de se sentir devenir inutiles.

Qu’elles soient cependant assurées que par leur sourire, leur reconnaissance, elles

peuvent encore produire du réconfort, du courage et de la joie… plus qu’elles ne

l’imaginent et qu’elles ont toujours bien leur place dans notre société.

Seigneur nous te prions.

 

Toutes les statistiques l’affirment : ils sont de plus en plus nombreux ceux qui, déçus par l’institution,  se coupent de la communauté croyante et se privent des sacrements.

Puissent-ils, malgré tout, laisser monter en eux la sève de l’Evangile

en vivant le commandement d’amour.

Seigneur nous te prions.

Seigneur, ce que nous te demandons, nous savons que tu ne nous l’accorderas pas automatiquement mais avec notre participation. Sois béni pour ta bonté par le Christ notre Seigneur. Amen.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s