« Une pause par jour » – 14 octobre 2016

bergerParabole du Bon Pasteur – Jean 10,11-18

Jésus disait aux Juifs : « Je suis le bon pasteur. Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire, lui, n’est pas le pasteur, car les brebis ne lui appartiennent pas : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse. Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Le Père m’aime parce que je donne ma vie, pour la reprendre ensuite. Personne n’a pu me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, et de la reprendre : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »

Qui est cet homme ?

Qui est cet homme, venu de loin, qui enjambe nos montagnes et nos vallées, nos plaines et nos forêts, notre présent et notre passé.

Qui est cet homme, venu de loin, dont le pas est lent comme celui d’un berger et qui tient une houlette en forme de croix ?

Qui est cet homme, venu de loin, qui cherche à rassembler son troupeau dispersé et dont le visage s’illumine de joie quand il porte sur ses épaules ou dans ses bras, un bout de l’humanité qu’un pillard lui avait volé ?

Qui est cet homme, venu de loin, dont le cœur est une porte ouverte en plein vent, mais si étroite, que pour y passer il faut être un enfant ?

Qui est cet homme, venu de loin, dont les pieds et les mains sont usés jusqu’au sang  et qui, au carrefour des chemins, de l’espace et du temps, dresse des croix afin que son troupeau en le suivant ne se perde pas ?

Qui est cet homme, venu de loin, qui appelle, en passant,  une poignée de pêcheurs et de paysans, pour les initier au même métier que lui : au choix des bons pâturages et au soin des brebis, celles qui sont malades ou blessées, et transmettre à chaque nouveau berger cette même houlette en forme de croix ?

Qui est cet homme, venu de loin, qui rassemble ses brebis dispersées, aux quatre coins de leurs rêves, perdues dans les brouillards et les ténèbres, pour les conduire sur de verts pâturages, sur une montagne inondée de lumière?

Qui est cet homme, venu de loin, qui m’a fasciné sur le chemin ?

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s