« Une pause par jour » – 13 octobre 2016

Allez travailler à ma Vigne

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens : « Que pensez-vous de ceci’? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne.” Il répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur!“ et il n’y alla pas. « Lequel des deux a fait la volonté du Père ? » Ils lui répondirent : « Le premier. »

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens : « Que pensez-vous de ceci’? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne.” Il répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur!“ et il n’y alla pas. « Lequel des deux a fait la volonté du Père ? » Ils lui répondirent : « Le premier. »

Seigneur,
chaque matin, tu nous redis « Allez travailler à ma Vigne ! » Mais tes paroles, nous les avons tellement bien apprivoisées
cent fois entendues, elles ne sont plus qu’un fond sonore familier qui berce, chaque dimanche, nos assemblées.

Nous y répondons bien pourtant, un peu machinalement:
«Amen ! Oui Seigneur ! »
Puis nous retournons, tranquillement, vaquer à nos affaires habituelles.
Nous avons civilisé les violences de Ton Evangile
pour ne plus l’entendre qu’avec des mots feutrés et des formules bien policées.
Nous avons tamisé ses lumières trop crues
à travers le prisme de nos conceptions de l’ordre, de l’Eglise et de la société.
Ton Evangile ne nous dérange plus !

Seigneur,
nous n’apprécions guère tous ceux qui se réclament de Toi, hors de nos frontières, tous ces révolutionnaires qui n’ont à la bouche que le mot révolution, 
confondent parfois Salut et Libération, mais qui se laissent encore bouleverser, bousculer, par le cri des opprimés !…


Oui, en vérité, je vous le déclare:
bien des publicains et des prostituées, des guérilleros et des révoltés jetés en prison
risquent de vous précéder dans mon Royaume  parce qu’ils ont beaucoup aimé!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s