« Jésus, crucifié au Golgotha comme à Marioupol »

Hier, à la Cène, Jésus contemplait l’humanité d’en bas, en lui lavant les pieds. Aujourd’hui, c’est d’en haut que Jésus regarde l’humanité. Du haut de la croix. D’un regard marqué par la vulnérabilité et la fragilité. Et nous levons les yeux pour découvrir l’amour qui se donne tout entier.
La Passion du Christ nous renvoie à toutes les tragédies humaines. Et, cette année, le Christ parcourt son chemin de croix dans les villes et villages martyrisés d’Ukraine. Il meurt sous les bombes à Kharkiv et dans la gare de Kramatorsk, il est enterré dans les charniers de Boutcha.
Et les bourreaux de l’Ukraine n’ont rien à envier à ceux qui ont condamné Jésus à la mort atroce d’un lent étouffement sur la croix, souffrance exposée au voyeurisme des passants. Nous redécouvrons que la barbarie qui anéantit la dignité humaine au Golgotha surgit à nouveau sur la terre d’Europe, et que l’uniforme, depuis le légionnaire jusqu’au troupier russe, permet souvent aux instincts les plus vils de reprendre possession de l’homme.
« Voici que les ténèbres couvrent la terre, et la nuée obscure couvre les peuples » (Isaïe 60,2). Le cri du Christ crucifié au Golgotha et à Marioupol déchire les ténèbres qui envahissent le monde, cri de détresse et d’espérance.
♱ Vendredi Saint: la Passion dans l’évangile de Jean (Jn 18,1-19,42)
Abbé Olivier Fröhlich, vicaire général du diocèse de Tournai (paru sur son profil FB le vendredi 15 avril 2022)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s