« Une pause par jour » – 24 août 2020

Saint Barthélémy, apôtre

Première lecture – « Les fondations portaient les douze noms des douze Apôtres de l’Agneau » (Ap 21, 9b-14) – Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai vu un ange qui me disait : « Viens, je te montrerai la Femme, l’Épouse de l’Agneau. » En esprit, il m’emporta sur une grande et haute montagne ; il me montra la Ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu : elle avait en elle la gloire de Dieu ; son éclat était celui d’une pierre très précieuse, comme le jaspe cristallin. Elle avait une grande et haute muraille, avec douze portes et, sur ces portes, douze anges ; des noms y étaient inscrits : ceux des douze tribus des fils d’Israël. Il y avait trois portes à l’orient, trois au nord, trois au midi, et trois à l’occident. La muraille de la ville reposait sur douze fondations portant les douze noms des douze Apôtres de l’Agneau. – Parole du Seigneur.

Psaume 144 (145), 10-11, 12-13ab, 17-18

R/ Que tes fidèles, Seigneur,
disent la gloire de ton règne. (cf. Ps 144, 12)

Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce
et que tes fidèles te bénissent !
Ils diront la gloire de ton règne,
ils parleront de tes exploits.

Ils annonceront aux hommes tes exploits,
la gloire et l’éclat de ton règne :
ton règne, un règne éternel,
ton empire, pour les âges des âges.

Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Il est proche de ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

Évangile – « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » (Jn 1, 45-51) – Alléluia. Alléluia. Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! Alléluia. (Jn 1, 49b) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. » Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et vois. » Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Barthélemy est l’un des douze apôtres choisis par le Christ pour continuer sa mission et porter la Bonne Nouvelle vers toutes les nations. On l’identifie habituellement avec Nathanaël, dont le début de l’Évangile selon saint Jean donne un portrait fort vivant. À cet homme de Cana en Galilée, Philippe vient annoncer : « Celui de qui il est écrit dans la Loi et les Prophètes, nous l’avons trouvé. C’est Jésus, le fils de Joseph de Nazareth. » La réaction de Nathanaël est franche et spontanée, avec ce qu’elle suppose de rivalités de villages : « De Nazareth (sous-entendu : d’un tel trou !), que pourrait-il sortir de bon ? »
Jésus passe et fixe son regard sur lui ; il lance une appréciation pleine d’humour : « Voici un véritable Israélite, chez lequel il n’y a pas d’artifice » (qui dit ce qu’il pense, sans détour). Nathanaël, tout retourné, lui demande : « Mais, tu me connais ? ». Jésus lui fait cette réponse :  « Avant même que Philippe ne t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai remarqué ». Que voulait-il signifier ? À l’époque du Christ, dans les commentaires des rabbins Juifs, le figuier était comparé à l’arbre de la connaissance du bien et du mal. L’expression « être sous le figuier » pouvait s’appliquer à quelqu’un qui s’intéresse intensément aux saintes Écritures.

Nathanaël est tout fier et heureux d’avoir été remarqué et félicité par ce Maître qui, sans doute, l’a déjà intrigué. Tout aussi spontanément qu’il était sceptique, il lui accorde sa foi et sa confiance. Il proclame : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël ». La tradition des Églises d’Orient rapporte de l’apôtre Barthélemy-Nathanaël qu’il évangélisa, après la Pentecôte, la Phrygie, les rives du Bosphore et l’Arménie.

D’étymologie araméenne, Barthélémy signifie « fils de Tolmaï » (bar-Tolmaï). Nathanaël signifie en hébreu « Yahvé (Dieu) a donné.

Rédacteur: Frère Bernard Pineau, OP

Qui est-il ?

Les textes bibliques soulèvent un certain nombre de questions qui ne sont toujours pas résolues. Par exemple, Nathanaël, l’ami de Philippe, qui apparaît dans l’Evangile selon saint Jean, est-il le Barthélemy que nous retrouvons dans les trois autres évangiles? Difficile à dire. Il reste qu’en nous proposant ce passage, en ce jour de la fête de saint Barthélemy, l’Église semble accepter cette hypothèse. Mais que ce soit le même personnage ou non, le message qui nous est livré par son intermédiaire est particulièrement intéressant.

Représentant d’un peuple. «Quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu», répond Jésus à celui qui s’étonne d’être connu avant même la première rencontre. «Être sous le figuier» ne veut pas dire grand-chose pour nous, mais dans la littérature rabbinique, l’expression désigne une personne qui s’adonne à l’étude des Ecritures. Voici donc un homme qui va devoir faire un passage, un passage demandé à l’ensemble du peuple juif. Nathanaël, ou Barthélemy, va devoir passer des Ecritures à la personne de Jésus. Il est donc le type même de la foi, une foi qui fera des Douze les fondations de la nouvelle Jérusalem décrite dans l’Apocalypse.

Des fondations. La fête d’aujourd’hui est l’occasion de nous rappeler ce que nous devons aux douze Apôtres, des hommes tout simples, mais qui attendaient sincèrement la réalisation de la promesse de Dieu. Quand elle s’est manifestée en Jésus, ils ont su le reconnaître et s’engager à sa suite. C’est pourquoi ils ont été les premiers à voir « le ciel ouvert», c’est-à-dire à faire l’expérience de la communication rétablie entre Dieu et les humains.

Prière à saint Barthélemy

Saint Barthélemy, tu as été appelé par Jésus pour devenir son disciple.

Nous te confions notre foi, apôtre zélé. Que nous puissions dire comme toi : « Seigneur ! Tu es le Fils de Dieu ! » Que nous sachions annoncer Jésus-Christ, Rédempteur du monde.

Saint Barthélemy, Jésus a dit de toi « Il ne sait pas mentir ! »

Nous te confions notre vie, témoin de Celui qui est la Vérité. Que nous puissions témoigner avec ta force et dans la vérité de la présence et de la miséricorde de Jésus.

Saint Barthélemy, Dieu t’a donné des dons particuliers comme celui de délivrer les possédés, de guérir toutes les infirmités.

Nous te confions nos malades, ami du Tout-Puissant, chasse toute sorte de mal. Qu’aucun démon ne nous tourmente.

Saint Barthélemy, Dieu t’a donné la Sagesse, car les rois, les peuples se faisaient baptiser en t’entendant.

Nous te confions ceux qui ne connaissent pas encore l’amour de Dieu, prédicateur de feu. Que tous les pécheurs obtiennent la grâce de la conversion.

Saint Barthélemy, tu as fait des miracles éclatants, ton zèle et tes prodiges ont changé la face des contrées où tu allais.

Nous te confions l’Eglise, thaumaturge du Christ, qu’elle convertisse, comme toi, les foules. Que ta prière nous obtienne beaucoup de saints prêtres et évêques.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s