Prêts pour « la messe qui prend son temps ? »

Dans l’Eglise d’Orient, et ce n’est qu’un exemple, la veillée pascale dure toute la nuit, elle prendra fin avec le jour qui se lève. Pour nous catholiques de l’Eglise d’Occident, c’est tout simplement inenvisageable! Nous  ne sommes que rarement motivés pour participer à une messe qui, selon nos critères, serait bien trop longue.
Cela viendrait-il de nos emplois du temps tellement chargés que l’on tente toujours d’en faire plus en moins de temps possible? Même le dimanche, il y a un temps pour tout. Il faut se presser, tout étant chronométré. Le dimanche après-midi, le petit dernier participe à sa sortie avec les scouts et le plus grand joue, lui, en déplacement avec son équipe de foot. Alors, la messe, c’est pas plus d’une heure au risque de dérégler cette délicate horlogerie familiale…
Les prêtres sont les gardiens de ce précieux temps dominical. Si l’homélie a tendance à durer plus longtemps que d’habitude, ils voient leurs ouailles se trémousser sur leur chaise, plier et déplier les jambes. Quelques minutes plus tard, les plus audacieux en sont à regarder leur montre… Et à la sortie de la messe les commentaires vont bon train; non pas sur le contenu de cette homélie mais plutôt sur le fait qu’elle a duré 16, 17 minutes!
Ces paroissiens ne sont vraisemblablement pas prêts à rejoindre l’église Saint-Ignace, dans le 6e arrondissement de Paris pour « la messe qui prend son temps ». Une messe qui dure 1h30 et a pour cible les 18-35 ans. Faut-il comprendre que les jeunes, souvent les premiers à déserter l’Eglise, sont friands d’une telle célébration?
En effet. Et ça marche… depuis 20 ans, l’église Saint-Igace (et d’autres villes françaises voire d’autres pays ont repris ce concept) est archicomble quand le prêtre fait son entrée. Ses fidèles sont pleinement dans la cible: pas de cheveux blancs!
Ce sont les Jésuites qui ont eu l’idée de ces célébrations où on prend son temps pour écouter l’Evangile, pour partager, en petits groupes, ses réflexions… « Parce quand tout va trop vite, on peut passer à côté de choses importantes », dixit une fidèle. « Quand on décortique autant la Parole de Dieu, eh bien elle est ancrée – quasi à jamais – dans notre mémoire », autre commentaire. Des chrétiens qui apprécient encore le verre de l’amitié partagé à l’issue de la messe.
Autant de réflexions qui devraient nous donner envie de laisser notre montre au fond de la poche quand on passe la porte de l’église. Et surtout de se poser LA question incontournable: le temps pour le Seigneur doit-il être à ce point chronométré?
Christine Bolinne
Chargée de communication du diocèse
Article paru dans la lettre d’information du diocèse de Namur.

2 réflexions sur “Prêts pour « la messe qui prend son temps ? »

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s