« Une pause par jour » – 1er août 2019

Première lecture – « La nuée couvrit la tente de la Rencontre, et la gloire du Seigneur remplit la Demeure » (Ex 40, 16-21.34-38) – Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, Moïse exécuta tout ce que le Seigneur lui avait ordonné. La demeure de Dieu fut érigée la deuxième année après la sortie d’Égypte, le premier jour du premier mois. Moïse érigea ainsi la Demeure : il en posa les bases, les poutres et les traverses, et il dressa les colonnes. Au-dessus de la Demeure, il déploya la Tente et la recouvrit comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il prit le Témoignage et le déposa dans l’arche. Il mit à l’arche ses barres et la recouvrit de la plaque d’or appelée propitiatoire. Il introduisit l’arche dans la Demeure, et posa le rideau pour voiler l’arche du Témoignage comme le Seigneur le lui avait ordonné. La nuée couvrit la tente de la Rencontre, et la gloire du Seigneur remplit la Demeure. Moïse ne pouvait pas entrer dans la tente de la Rencontre, car la nuée y demeurait et la gloire du Seigneur remplissait la Demeure. À chaque étape, lorsque la nuée s’élevait et quittait la Demeure, les fils d’Israël levaient le camp. Si la nuée ne s’élevait pas, ils campaient jusqu’au jour où elle s’élevait. Dans la journée, la nuée du Seigneur reposait sur la Demeure, et la nuit, un feu brillait dans la nuée aux yeux de tout Israël. Et il en fut ainsi à toutes leurs étapes. – Parole du Seigneur.

Psaume 83, 3, 4, 5-6, 11

R/ De quel amour sont aimées tes demeures,
Seigneur de l’univers ! (Ps 83, 2)

Mon âme s’épuise à désirer
les parvis du Seigneur ;
mon cœur et ma chair sont un cri
vers le Dieu vivant !

L’oiseau lui-même s’est trouvé une maison,
et l’hirondelle, un nid pour abriter sa couvée :
tes autels, Seigneur de l’univers,
mon Roi et mon Dieu !

Heureux les habitants de ta maison :
ils pourront te chanter encore !
Heureux les hommes dont tu es la force :
des chemins s’ouvrent dans leur cœur !

Oui, un jour dans tes parvis
en vaut plus que mille.
J’ai choisi de me tenir sur le seuil,
dans la maison de mon Dieu,
plutôt que d’habiter parmi les infidèles.

Évangile – « On ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien » (Mt 13, 47-53) – Alléluia. Alléluia. Seigneur, ouvre notre cœur pour nous rendre attentifs aux paroles de ton Fils. Alléluia. (cf. Ac 16, 14b) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » « Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui ». Jésus ajouta : « C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. » Lorsque Jésus eut terminé ces paraboles, il s’éloigna de là. – Acclamons la Parole de Dieu.

Tirer du neuf de l’ancien

Jésus ne remet pas en question le judaïsme dans lequel il a grandi. Mais lorsqu’il parle du Royaume des cieux, il demeure silencieux quant à l’appartenance religieuse des élus qui y seront accueillis. Son insistance à propos de tout «scribe devenu disciple» donne à croire qu’il y a plus à gagner à le suivre qu’à demeurer dans la voie ancienne. Le Christ se montre moins intéressé à la pérennité de la religion de ses pères qu’à orienter toute personne vers la fin des temps qui arrivera sans qu’on ne s’y attende. Quant à nous, il nous est demandé d’aimer assez pour que d’autres ouvrent leur cœur et leur intelligence à la nouvelle présence de Dieu en Jésus. Ce n’est qu’à la fin que le Seigneur procédera au tri entre le bon et le mauvais.

Quel est ce disciple du Royaume qui, pareil au maître de maison, tire de son trésor du neuf et de l’ancien? Sans doute l’évangéliste Matthieu, qui signe ainsi discrètement son œuvre. Mais nous sommes tous concernés, tous appelés à être témoins de la parole de Dieu, certes à titres divers. Dispenser la Bonne Nouvelle relève d’un savant dosage entre la fidélité aux paroles de Jésus et l’audace de rendre vivante cette Parole. Montrons à nos contemporains que la parole de Dieu est toujours actuelle, jamais périmée, toujours neuve, jamais désuète. Faisons-nous preuve de créativité pour rendre vivante et captivante cette Parole libérante qui nous vient du fond des âges?

Prière

Seigneur, tu veux ouvrir nos yeux à ton Royaume. Les poissons dans ces filets, c’est nous, les appelés. Le chemin à suivre : aimer nos frères comme tu nous as aimés. Vivre de ta Parole : elle est dans notre cœur. Guide-nous, Seigneur, vers ton Royaume, où tout sera amour, bonheur et paix.

Cécile, mère au foyer

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s