« Une pause par jour » – 15 mai 2019

Première lecture – « Mettez à part pour moi Barnabé et Saul » (Ac 12, 24 – 13, 5) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, la parole de Dieu était féconde et se multipliait. Barnabé et Saul, une fois leur service accompli en faveur de Jérusalem, s’en retournèrent à Antioche, en prenant avec eux Jean surnommé Marc. Or il y avait dans l’Église qui était à Antioche des prophètes et des hommes chargés d’enseigner : Barnabé, Syméon appelé Le Noir, Lucius de Cyrène, Manahène, compagnon d’enfance d’Hérode le Tétrarque, et Saul. Un jour qu’ils célébraient le culte du Seigneur et qu’ils jeûnaient, l’Esprit Saint leur dit : « Mettez à part pour moi Barnabé et Saul en vue de l’œuvre à laquelle je les ai appelés. » Alors, après avoir jeûné et prié, et leur avoir imposé les mains, ils les laissèrent partir. Eux donc, envoyés par le Saint- Esprit, descendirent à Séleucie et de là s’embarquèrent pour Chypre ; arrivés à Salamine, ils annonçaient la parole de Dieu
dans les synagogues des Juifs. Ils avaient Jean- Marc comme auxiliaire. – Parole du Seigneur.

Psaume 66 (67), 2-3, 5, 7-8

R/ Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu’ils te rendent grâce tous ensemble !
ou : Alléluia ! (66, 4)

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

Évangile – « Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde » (Jn 12, 44-50) – Alléluia. Alléluia. Moi, je suis la lumière du monde, dit le Seigneur. Celui qui me suit aura la lumière de la vie. Alléluia. (Jn 8, 12) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus s’écria : « Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit, mais en Celui qui m’a envoyé ; et celui qui me voit voit Celui qui m’a envoyé. Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Si quelqu’un entend mes paroles et n’y reste pas fidèle, moi, je ne le juge pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver. Celui qui me rejette et n’accueille pas mes paroles aura, pour le juger, la parole que j’ai prononcée : c’est elle qui le jugera au dernier jour. Car ce n’est pas de ma propre initiative que j’ai parlé : le Père lui-même, qui m’a envoyé, m’a donné son commandement sur ce que je dois dire et déclarer ; et je sais que son commandement est vie éternelle. Donc, ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l’a dit. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Lumière d’amour pour toutes les nations

Selon saint Jean, ce sont les derniers enseignements publics de Jésus avant sa crucifixion.  » Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » Pourquoi Jésus a-t-il fait cette révélation à ce moment précis ? Peut être est-ce parce qu’il savait que ses disciples allaient avoir du mal à accepter qu’il soit arrêté et mis à mort. Jésus savait que l’ombre de la croix allait influencer la réponse de l’homme à son amour. Pour dissiper ces ombres, Jésus parle avec autorité et conviction, disant qu’il est la vraie lumière qui éclaire toute obscurité, même l’ombre de la croix qui allait devenir partie intégrante de l’histoire du salut. Ici le Christ réaffirme sa filiation divine avec toutes ses implications. Est-ce que je suis le Christ même dans l’ombre du doute et des difficultés que m’offre ma croix quotidienne, confiant que Celui en qui je crois est le vrai Fils de Dieu, qui ne trompe ni ne peut être trompé ?

Dans ce passage d’évangile, Jésus nous dit aussi: « Je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver. » Le Christ ne s’est pas incarné dans le sein de la Vierge Marie, n’a pas vécu une vie obscure à Nazareth, n’a pas passé trois ans à accomplir un ministère public intense et épuisant, pour finalement être condamné, flagellé et crucifié injustement pour que nous allions tous en enfer. Il est venu pour que nous ayons la vie et que nous l’ayons en abondance. Ce n’est pas la colère de Dieu qui l’a envoyé dans le monde ; c’est son amour insatiable pour l’humanité. Jésus s’est fait homme par amour pour nous, et ici il nous dit que son amour passe un jugement sur le cœur de chaque homme. C’est que l’amour désire toujours la réciprocité. Il exige une réponse. Jésus nous offre un amour intact et pur, l’amour le plus sublime possible. C’est le plus grand amour que quiconque peut rencontrer. Trop souvent, nous constatons que les gens ne voient rien. L’expérience offerte par amour devient alors un jugement. En Christ, Dieu rencontre l’homme, et l’homme rencontre Dieu. Par son attitude envers Jésus, l’homme se révèle.

Prière

Seigneur, je sais que tu m’aimes. Je veux répondre plus à ton amour aujourd’hui. Augmente ma foi, mon espérance et mon amour pour toi. Aide-moi, Seigneur, à toujours accepter ton amour et à y répondre, parce que ton amour est la vie même. Fais-moi comprendre le sens profond de ma vie : aimer.    

(repris dans catholique.org)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s