« Une pause par jour » – 18 octobre 2018

Première lecture – « Luc est seul avec moi » (2 Tm 4, 10-17b) – Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée

Bien-aimé, Démas m’a abandonné par amour de ce monde, et il est parti pour Thessalonique. Crescent est parti pour la Galatie, et Tite pour la Dalmatie. Luc est seul avec moi. Amène Marc avec toi, il m’est très utile pour le ministère. J’ai envoyé Tychique à Éphèse. En venant, rapporte-moi le manteau que j’ai laissé à Troas chez Carpos. Apporte-moi aussi mes livres, surtout les parchemins. Alexandre, le forgeron, m’a fait beaucoup de mal. Le Seigneur lui rendra selon ses œuvres. Toi aussi, prends garde à cet individu, car il s’est violemment opposé à nos paroles. La première fois que j’ai présenté ma défense, personne ne m’a soutenu : tous m’ont abandonné. Que cela ne soit pas retenu contre eux. Le Seigneur, lui, m’a assisté. Il m’a rempli de force pour que, par moi, la proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout et que toutes les nations l’entendent. – Parole du Seigneur.

Psaume 144 (145), 10-11, 12-13ab, 17-18

R/ Que tes fidèles, Seigneur,
disent la gloire de ton règne. (cf. Ps 144, 12)

Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce
et que tes fidèles te bénissent !
Ils diront la gloire de ton règne,
ils parleront de tes exploits,

Ils annonceront aux hommes tes exploits,
la gloire et l’éclat de ton règne :
ton règne, un règne éternel,
ton empire, pour les âges des âges.

Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Il est proche de ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

Évangile – « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux » (Lc 10, 1-9) – Alléluia. Alléluia. C’est moi qui vous ai choisis du milieu du monde, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, dit le Seigneur. Alléluia. (cf. Jn 15, 16) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : ‘Le règne de Dieu s’est approché de vous.’ » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Votre mission, si vous l’acceptez … (Luc 10, 1-9)

Jésus donne quelques conseils : allez deux par deux, priez pour qu’il y ait des moissonneurs, soyez désencombrés, souhaitez la paix, guérissez les malades et proclamez que le règne de Dieu est tout proche. En un mot, le serviteur n’est pas plus grand que le Maître, le disciple est invité à mettre ses pas dans les pas de celui qui l’envoie. Merci, Seigneur, pour la confiance que tu me fais en m’envoyant en mission.

Père Gérard Naslin, prêtre du diocèse de Nantes

Clé de lecture – « Tous m’ont abandonné » (2 Timothée 4, 16)

Les lettres à Timothée et Tite mettent en place la succession des apôtres missionnaires après Paul. Tout un réseau de prédicateurs chrétiens qui se déplacent dans l’Empire romain et gardent des liens entre eux par voie de lettres. Paul reste l’apôtre de référence dont l’autorité garantit la parole de foi. Ce qu’il a vécu à la suite du Christ, chacun est appelé à le vivre aussi. L’expression « tous m’ont abandonné » fait exactement écho à la dernière parole de Jésus en croix chez Marc et Matthieu : « Pourquoi m’as-tu abandonné ? » Ce que le Seigneur lui-même a traversé, les chrétiens peuvent le traverser à leur tour car il leur a ouvert la voie. Ils ne seront plus jamais seuls, ils savent que Dieu « ne les abandonnera pas à la mort » (cf. Ac 2, 31).

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

En l’honneur de saint Luc, pourquoi ne pas lire en entier son évangile ?

Revue « Prions en église » – octobre 2018 – pages 120 et 119

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s