« Une pause par jour » – 29 septembre 2018

Première lecture – « Des millions d’êtres le servaient » (Dn 7, 9-10.13-14) – Lecture du livre du prophète Daniel

La nuit, au cours d’une vision, moi, Daniel, je regardais : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des milliers de milliers le servaient, des myriades de myriades se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres. Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite. – Parole du Seigneur.

OU BIEN

Première lecture – « Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon » (Ap 12, 7-12a) – Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Il y eut un combat dans le ciel : Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon. Le Dragon, lui aussi, combattait avec ses anges, mais il ne fut pas le plus fort ; pour eux désormais, nulle place dans le ciel. Oui, il fut rejeté, le grand Dragon, le Serpent des origines, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier. Il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, voici le pouvoir de son Christ ! Car il est rejeté, l’accusateur de nos frères, lui qui les accusait, jour et nuit, devant notre Dieu. Eux-mêmes l’ont vaincu par le sang de l’Agneau, par la parole dont ils furent les témoins ; détachés de leur propre vie, ils sont allés jusqu’à mourir. Cieux, soyez donc dans la joie, et vous qui avez aux cieux votre demeure ! – Parole du Seigneur.

Psaume 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 4-5

R/ Je chanterai le Seigneur, en présence des anges. (cf. 137, 1)

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre te rendent grâce
quand ils entendent les paroles de ta bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
« Qu’elle est grande, la gloire du Seigneur ! »

Évangile – « Vous verrez les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme » (Jn 1, 47-51) – Alléluia. Alléluia. Tous les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur : à lui, haute gloire, louange éternelle ! Alléluia. (Dn 3, 58) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, lorsque Jésus vit Nathanaël venir à lui, il déclara à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Gracieux messagers (Jean 1, 47-51)

Dans un songe, Jacob voit le ciel ouvert et des anges monter et descendre le long d’une échelle bien plantée dans le sol (cf. Gn 28,12). En Jésus, son rêve prend corps : les cieux se déchirent, laissant passer le Fils bien aimé du Père. L’incarnation rétablit la libre circulation entre Dieu et les hommes. Avec les anges, choisissons de devenir messagers de la grâce qui cherche sans cesse à se frayer de nouveaux chemins.

Soeur Bénédicte de la Croix, cistercienne

Clé de lecture – « Le ciel ouvert » – Jean 1, 51

Jésus fait allusion à l’échelle de Jacob, qui, dans un songe, a vu le ciel s’ouvrir et a réalisé que Dieu était là, Dieu-avec-lui. Mais après l’Exil, avec la disparition du prophétisme, l’idée s’était établie que le ciel était désormais fermé. C’est le mouvement apocalyptique, dont Daniel est l’un des premiers témoins, qui affirme que, pour le voyant, porté par l’Esprit, le ciel s’entrouvre : il peut contempler alors quelque chose du dessein de Dieu et de la destinée de ce monde. Jésus s’identifie au Fils d’homme mystérieux intronisé par Dieu dans la vision de Daniel. Désormais, c’est lui qui assure le lien entre le ciel et la terre, entre Dieu et l’humanité. Pour tous, définitivement, le ciel est ouvert, et la présence de Dieu-avec-nous est assurée.

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

Dieu veut avoir besoin de médiateurs pour entrer en relation avec ses enfants. Les anges sont ces messagers. Je prie ceux que nous fêtons en ce jour et je leur demande de me donner le courage d’être, moi aussi, messager du Seigneur.

Revue « Prions en église » – septembre 2018 – page 198

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s