« Une pause par jour » – 27 août 2018

Première lecture – « Le nom de notre Seigneur Jésus sera glorifié en vous, et vous en lui » (2 Th 1, 1-5.11b-12) – Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Paul, Silvain et Timothée, à l’Église de Thessalonique qui est en Dieu notre Père et dans le Seigneur Jésus Christ. À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ. Frères, à tout moment nous devons rendre grâce à Dieu à votre sujet, et c’est bien de le faire, étant donné les grands progrès de votre foi, et l’amour croissant que tous et chacun, vous avez les uns pour les autres. C’est pourquoi nous-mêmes sommes fiers de vous au milieu des Églises de Dieu, à cause de votre endurance et de votre foi dans toutes les persécutions et les détresses que vous supportez. Il y a là un signe du juste jugement de Dieu ; ainsi vous deviendrez dignes de son Royaume pour lequel vous souffrez. Que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi. Ainsi, le nom de notre Seigneur Jésus sera glorifié en vous, et vous en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus Christ. – Parole du Seigneur.

Psaume 95 (96), 1-2a, 2b-3, 4-5

R/ Racontez à tous les peuples
les merveilles du Seigneur ! (cf. Ps 95, 3)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
néant, tous les dieux des nations !
Lui, le Seigneur a fait les cieux.

Évangile – « Malheureux êtes-vous, guides aveugles » (Mt 23, 13-22) – Alléluia. Alléluia. Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ; moi, je les connais, et elles me suivent. Alléluia. (Jn 10, 27) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux devant les hommes ; vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui veulent entrer ! Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand c’est arrivé, vous faites de lui un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous ! Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : “Si l’on fait un serment par le Sanctuaire, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire, on doit s’en acquitter.” Insensés et aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ? ou bien le Sanctuaire qui consacre cet or ? Vous dites encore : “Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.” Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande ? ou bien l’autel qui consacre cette offrande ? Celui donc qui fait un serment par l’autel fait un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus ; celui qui fait un serment par le Sanctuaire fait un serment par le Sanctuaire et par Celui qui l’habite ; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône de Dieu et par Celui qui siège sur ce trône. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Endurance et foi (2 Thesalloniciens 1, 1-5. 11b-12)

Comme cela fait du bien d’entendre l’apôtre Paul encourager les vaillants chrétiens de Thesallonique ! Leurs qualités ? Au milieu des persécutions, l’endurance et la foi. Ces vertus étaient aussi celles de sainte Monique. A force de persévérance, à force de larmes pour « faire vivre aux yeux du Seigneur » son fils, le futur Saint Augustin (cf. Confessions IX, 33), elle « obtint » sa conversion. Que cette endurance et cette foi s’inscrivent de plus en plus dans notre ADN !

Père Thibault Van Den Driessche, assomptionniste

Clé de lecture – « Vous fermez à clé le royaume des Cieux » (Matthieu, 23, 13)

On trouve une expression semblable dans la parole adressée à Pierre : »Je te donnerai les clés du royaume des Cieux » (Mt 16, 19). Les clés du Royaume lui sont remises comme elles le sont aux pharisiens. Dans les deux cas, il s’agit de l’accès à Dieu par la foi professée, les exigences cultuelles et morales. Dans les deux cas, la responsabilité immense de ceux à qui cela est confié est assortie de mises en garde terribles, ici « malheureux êtes-vous », à Pierre « arrière Satan » et le sort du débiteur est impitoyable. La limite est posée à tous ceux qui ont une responsabilité religieuse ou ecclésiale : ce qui leur est confié n’est jamais de fermer la porte, de figer des obligations, d’interdire l’accès à la miséricorde, mais au contraire d’accueillir aussi largement … que le coeur même de Dieu !

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

Je prie pour tous ceux – dont moi, sans doute – qui s’enferment dans le formalisme sans voir le but ultime de leurs actes. Viens nous libérer Seigneur, toi notre roi, toi dont je cherche la face !

Revue « Prions en église » – août 2018 – pages 199 et 198

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s