« Une pause par jour » – 23 août 2018

Première lecture – « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous mon esprit » (Ez 36, 23-28) – Lecture du livre du prophète Ézékiel

Voici les paroles que dit le Seigneur : « Je sanctifierai mon grand nom, profané parmi les nations, mon nom que vous avez profané au milieu d’elles. Alors les nations sauront que Je suis le Seigneur – oracle du Seigneur Dieu – quand par vous je manifesterai ma sainteté à leurs yeux. Je vous prendrai du milieu des nations, je vous rassemblerai de tous les pays, je vous conduirai dans votre terre. Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; de toutes vos souillures, de toutes vos idoles, je vous purifierai. Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’ôterai de votre chair le cœur de pierre, je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon esprit, je ferai que vous marchiez selon mes lois, que vous gardiez mes préceptes et leur soyez fidèles. Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères : vous, vous serez mon peuple, et moi, je serai votre Dieu. » – Parole du Seigneur.

Psaume 50 (51), 12-13, 14-15, 18-19

R/ Je répandrai sur vous une eau pure,
et vous serez purifiés. (cf. Ez 36, 25)

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
tu n’acceptes pas d’holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Évangile – « Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce » (Mt 22, 1-14) – Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur. Alléluia. (cf. Ps 94, 8a.7c) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux anciens du peuple, et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : “Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.” Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : “Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.” Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : “Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?” L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : “Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.” Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Rentabilité missionnaire ? (Matthieu 22, 1-14)

L’image du festin de noces évoque nos évangélisations difficiles. Beaucoup d’appels, d’initiatives, de propositions pour un maigre résultat. Nous serions tentés de voir ici un désespoir. Jésus n’enseigne pas la rentabilité missionnaire, mais le désintérressement apostolique. Si l’invitation est large, l’exigence de l’Évangile n’en est pas amoindrie. Ceux rencontrés aux périphéries des chemins reçoivent le même Évangile. Radical parce que c’est l’amour qui se donne.

Père Philippe Berrached, assomptionniste

Clé de lecture – « Peu sont élus » (Matthieu 22, 14)

Ces versets ont nourri une vision étroite du salut et une prédication fondée sur la peur, jusqu’à la vision janséniste d’un salut réservé à quelques-uns. Il faut les affronter sans les isoler, car ils jouent leur rôle dans le grand orchestre qu’est l’Ecriture. Oui, « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés » (1 Tm 2,4) et que l’humanité tout entière entre dans sa vie. Mais la liberté de chaque être humain est infiniment respectée et l’amour offert doit être accueilli. La parabole de Matthieu met en scène de façon brutale l’appel à tous sans condition, et le refus possible malgré tout. Mais la possibilité reste ouverte, nul ne peut répondre à la place d’un autre ni préjuger de la réponse d’autrui. Et qui peut mesurer l’amour infini de Dieu ?

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation (proposée avec Cana, mission du Chemin Neuf dédiée aux couples et familles)

J’intercède aujourd’hui pour les familles que je connais qui sont particulièrement éprouvées par la maladie, le deuil ou la séparation.

Revue « Prions en église » – août 2018 – pages 167 et 166

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s