« Une pause par jour »- 20 août 2018

Première lecture – « Ézékiel sera pour vous un signe : tout ce qu’il a fait, vous le ferez » (Ez 24, 15-24) – Lecture du livre du prophète Ézékiel

La parole du Seigneur me fut adressée : « Fils d’homme, je vais te prendre subitement la joie de tes yeux. Tu ne feras pas de lamentation, tu ne pleureras pas, tu ne laisseras pas couler tes larmes. Soupire en silence, ne prends pas le deuil ; enroule ton turban sur ta tête, chausse tes sandales, ne voile pas tes lèvres, ne prends pas le repas funéraire. » Le matin, je parlais encore au peuple, et le soir ma femme mourut. Le lendemain matin, je fis ce qui m’avait été ordonné. Les gens me dirent : « Vas-tu nous expliquer ce que tu fais là ? Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ? » Je leur répondis : « La parole du Seigneur m’a été adressée : Dis à la maison d’Israël : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais profaner mon sanctuaire, votre orgueil et votre force, la joie de vos yeux, la passion de votre cœur. Vos fils et vos filles, que vous avez laissés à Jérusalem, tomberont par l’épée. Vous ferez alors comme je viens de faire : vous ne voilerez pas vos lèvres, vous ne prendrez pas le repas funéraire, vous mettrez vos turbans, et vous chausserez vos sandales. Vous ne ferez pas de lamentation, vous ne pleurerez pas. Mais vous pourrirez dans vos péchés, et vous gémirez tous ensemble. Ézékiel sera pour vous un signe : tout ce qu’il a fait, vous le ferez. Et quand cela arrivera, vous saurez que Je suis le Seigneur Dieu. » – Parole du Seigneur.

Cantique – Dt 32, 18-19, 20, 21

R/ Le Dieu qui t’a engendré, tu l’oublies. (Dt 32, 18a)

Tu dédaignes le Rocher qui t’a mis au monde ;
le Dieu qui t’a engendré, tu l’oublies.
Le Seigneur l’a vu : il réprouve
ses fils et ses filles qui l’ont exaspéré.

Il dit : « Je vais leur cacher ma face
et je verrai quel sera leur avenir.
oui, c’est une engeance pervertie,
ce sont des enfants sans foi.

« Eux m’ont rendu jaloux par un dieu qui n’est pas dieu,
exaspéré par leurs vaines idoles ;
moi, je vais les rendre jaloux
par un peuple qui n’est pas un peuple,
les exaspérer par une nation stupide.

Évangile – « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux » (Mt 19, 16-22) – Alléluia. Alléluia. Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, voici que quelqu’un s’approcha de Jésus et lui dit : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Celui qui est bon, c’est Dieu, et lui seul ! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » Il lui dit : « Lesquels ? » Jésus reprit : « Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage. Honore ton père et ta mère. Et aussi : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Le jeune homme lui dit : « Tout cela, je l’ai observé : que me manque-t-il encore ? Jésus lui répondit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi. » À ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Assuré par l’amour (Matthieu 19, 16-22)

La rencontre de Jésus avec le jeune homme riche est tellement connue qu’on ne voit plus que la dimension vocationnelle. Pourtant, la question qu’elle pose aussi est celle de la relation à Dieu. Les réponses de Jésus et celles de l’homme riche sont radicalement différentes. Le jeune homme a une référence : lui-même, par son observation des commandements, par sa relation aux biens qu’il possède, Jésus lui propose de changer de référentiel.

Père Philippe Berrached, assomptionniste

Clé de lecture – « Qu’est-ce que cela veut dire ? » (Ézékiel 24, 19)

Ézékiel nous rebute, il est difficile de le comprendre dans un lieu où règne la paix. Il écrit à Babylone, entouré du premier groupe de déportés, au moment où Jérusalem assiégée va tomber et connaître une destruction terrible. La violence est partout, et Ézékiel y est plongé jusque dans sa vie intime, puisque la mort brutale de sa femme fait de sa propre souffrance un signe vivant de ce que vont vivre les Jérusalémites. Étrangement, Dieu lui demande de ne pas porter le deuil, de garder vive et ouverte sa détresse et sa peine. Pour lui, comme pour les exilés, il s’agit de toucher le fond, de ne plus trouver d’issue, pas même dans une ritualité humaine qui apaiserait. Il faut découvrir l’unique recours : Dieu, le seul Seigneur de leurs vies.

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation (proposée avec Cana, mission du Chemin Neuf dédiée aux couples et familles)

Parce que tout ce que j’ai reçu, je l’ai reçu de Dieu, je fais mémoire de ce que le Seigneur m’a donné depuis ma naissance dans ma famille.

Revue « Prions en église » – août 2018 – pages 152 et 151

Seigneur, la tête et le coeur remplis de tout ce que tu m’as donné durant toute ma vie, je te rends grâce pour tous tes bienfaits. V.P.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s