« Une pause par jour » – 9 août 2018

Première lecture – « Je conclurai une alliance nouvelle. Je ne me rappellerai plus leurs péchés » (Jr 31, 31-34) – Lecture du livre du prophète Jérémie

Voici venir des jours – oracle du Seigneur –, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte : mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’étais leur maître – oracle du Seigneur. Mais voici quelle sera l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés – oracle du Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai sur leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n’auront plus à instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands – oracle du Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. – Parole du Seigneur.

Psaume 50 (51), 12-13, 14-15, 18-19

R/ Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu ! (Ps 50, 12a)

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
tu n’acceptes pas d’holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu,
un cœur brisé et broyé.

Évangile – « Tu es Pierre, et je te donnerai les clés du royaume des Cieux » (Mt 16, 13-23) – Alléluia. Alléluia. Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Alléluia. (Mt 16, 18) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ. À partir de ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Renouvellement des voeux (Osée 2, 16b. 17b. 21-22)

Dans le livre d’Osée, le désert apparaît comme le lieu d’une conversion possible et d’un renouvellement de l’Alliance, mise à mal par le temps et ses vicissitudes. Un texte qui nous encourage à faire mémoire de nos expériences sources avec le Seigneur – non par nostalgie, mais pour réveiller notre désir, ranimer la flamme qui vacille sous la pression des épreuves, de la fatigue… Car, « les tendresses du Seigneur ne s’épuisent pas, elles se renouvellent chaque matin » (cf. Lm 3, 22-23)

Soeur Emmanuelle Billoteau, ermite bénédictine

Clé de lecture – « Je ne vous connais pas » – Matthieu 25, 12

Une parole dure, voire insoutenable dans la bouche de Jésus. On sait que les paraboles ne sont pas des allégories, mais des histoires provocantes, souvent invraisemblables, qui incitent l’auditeur à agir. La pointe, ici, est claire : veillez, soyez prêts, le Seigneur peut vous appeler à tout instant, ne tardez pas à aimer. Mais cela suffit-il ? L’expression « je ne vous connais pas » attire notre attention : les jeunes filles prévoyantes dormaient comme les autres, mais elles étaient entrées dans un processus de « connaissance », elles savaient que le maître tarde et qu’il faut se préparer à traverser la nuit, s’exercer à l’attente, entrer dans un chemin de reconnaissance. La vigilance est aussi une attitude qui s’apprend, s’exerce et se cultive.

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

Est ce que je me tiens prêt pour la venue de l’Époux ? À quand remonte la dernière fois que j’ai vécu le sacrement de réconciliation ?

Revue « Prions en église » – août 2018 – pages 68 et 67

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s