« Une pause par jour » – 16 avril 2018

3ème Semaine du Temps Pascal – Première lecture (Ac 6, 8-15)

En ces jours-là, Étienne, rempli de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants. Intervinrent alors certaines gens de la synagogue dite des Affranchis, ainsi que des Cyrénéens et des Alexandrins, et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d’Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne, mais sans pouvoir résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler. Alors ils soudoyèrent des hommes pour qu’ils disent : « Nous l’avons entendu prononcer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu. » Ils ameutèrent le peuple, les anciens et les scribes, et, s’étant saisis d’Étienne à l’improviste, ils l’amenèrent devant le Conseil suprême. Ils produisirent de faux témoins, qui disaient : « Cet individu ne cesse de proférer des paroles contre le Lieu saint et contre la Loi. Nous l’avons entendu affirmer que ce Jésus, le Nazaréen, détruirait le Lieu saint et changerait les coutumes que Moïse nous a transmises. » Tous ceux qui siégeaient au Conseil suprême avaient les yeux fixés sur Étienne, et ils virent que son visage était comme celui d’un ange. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Jn 6, 22-29)

Jésus avait rassasié cinq mille hommes, et ses disciples l’avaient vu marcher sur la mer. Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. » Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Tous remplis de la grâce de Dieu

On se rappellera qu’Étienne est un diacre, préposé au service des repas pour permettre aux Apôtres de se consacrer à la parole de Dieu (Actes 6, 2). Pourtant, la première lecture le dépeint dans un rôle bien plus large: il accomplit «parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants». La grâce de Dieu se manifeste en tous et toutes, indépendamment des fonctions officielles. Pas besoin d’être prêtre, religieux ou agent de pastorale pour témoigner de sa foi en Jésus Christ et porter des fruits d’Evangile. Dieu agit par l’entremise de la personne qu’il choisit, dans la mesure où elle se laisse façonner par le Christ.

Croire en celui que le Père a envoyé

Les événements inexplicables fascinent les humains. Ainsi, après la multiplication des pains, des gens arrivent en barque à l’endroit où le miracle s’est produit. Le merveilleux les fascine et Jésus s’en désole. Il cherche à ramener son auditoire à l’essentiel: travailler à l’œuvre de Dieu. Mais quelle est cette œuvre? Il s’agit non pas de faire mais de croire. Croire «en celui que le Père a envoyé». Croire qu’au-delà du pain multiplié, un autre pain existe, plus important. Croire qu’au-delà de nos soucis terrestres, une autre réalité se profile et nous dépasse. Croire que notre monde n’est pas une fin en soi, mais que nous sommes appelés à un devenir en Dieu. L’œuvre de Dieu, c’est croire ! En qui est-ce que je crois? En quoi est-ce que je crois?

Il est Vivant !

Même s’il y a deux mille ans
Qu’Il est mort sur une Croix
Pour sauver chacun de nous
Même si on l’a crucifié
Si son sang a coulé
Pour le Pardon de son Père
A ceux qui L’offensent
Même si tant L’ont humilié
Car Il leur déclarait
Que Dieu les aimait
Même si nous nous éloignons de Lui
Si nous ne L’écoutons pas
Si nous fermons les yeux
Pour ne pas voir son Visage
Même si on se détourne de Lui
Si on ne Le croit pas
Si on a honte de L’annoncer
Même si on ne crie pas la Vérité
Si on L’humilie toujours
Si on Le déteste

Lui, Il nous aime
Chaque jour plus fort
Car Il est Vivant !!!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s