« Une pause par jour » – 15 avril 2018

3ème dimanche de Pâques – Année B – Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 3, 13-15.17-19)

En ces jours-là, devant le peuple, Pierre prit la parole : « Hommes d’Israël, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré, vous l’aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher. Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier. Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins.

D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs. Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait d’avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie, souffrirait. Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés. »

Lecture de la première lettre de saint Jean 1 Jn 2, 1-5a

Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement des nôtres, mais encore de ceux du monde entier.

Voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui.
Mais en celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection.

Alléluia. Alléluia. – Seigneur Jésus, ouvre-nous les Écritures ! Que notre cœur devienne brûlant tandis que tu nous parles. Alléluia. – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 24,35-48)

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! »

Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : «Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. »

Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »

Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : “Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” »

Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. »

Ils revenaient d’Emmaüs. Ils avaient dit leur peur et leur découragement, leurs illusions perdues, leurs espoirs envolés. Ils avaient entendu les raisons d’espérer. Ils avaient échangé, en toute liberté. Ils avaient partagé la table, le repas. Et à peine arrivés, voilà que le Seigneur était au milieu d’eux. Ils revenaient de Clabecq, de Vilvorde et d’ailleurs, là où se joue le sort des hommes et des femmes, d’une région. Ils avaient partagé les souffrances et les luttes. Et c’est dans ce partage que survient le Seigneur.

Car le Seigneur fut là, quand ils parlaient encore. Non pas comme un esprit, mais en chair et en os. II leur montra ses mains, il leur montra ses pieds. Leur dit de les toucher. Demanda à manger un peu de poisson grillé. Un homme, pas un esprit que des illusionnistes feraient tomber du ciel. Un homme avec lequel, pas à pas, on fait route, on avance, on progresse, vers un peu plus d’espoir. Un homme à qui l’on tend la main pour le sortir de l’exclusion, de la misère. Un homme avec lequel on partage le repas. Car c’est dans cet homme-là que prend corps le Seigneur.

Alors il fit appel à leur intelligence. II leur ouvrit les yeux. A tout ce cheminement de la loi de Moïse, aux prophètes et aux psaumes. Pas des slogans qui prennent des allures d’évidences. Et pas des certitudes qu’on assène, qui s’imposent, comme des vérités qu’on ne peut mettre en doute. Mais un discernement, une recherche de sens dans l’événement vécu, dans l’épreuve subie, dans la peur et la crainte, dans l’échec, dans la chance, dans l’espoir retrouvé, dans la joie partagée, dans la lutte commune. C’est dans l’homme debout que prend vie le Seigneur.           

Action de grâce

Comment te rendre grâce, Père ?  Celui que nous avions rejeté, Père, tu l’as ressuscité.  Tu fais de lui le Chef des vivants. Que les humiliés, les exclus, aient part à sa joie aujourd’hui.

R/ Alléluia, Amen !

Comment te rendre grâce, Père ? Si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant toi : Jésus Christ le Juste. Que les pécheurs pardonnés reprennent confiance aujourd’hui.

R/ Alléluia, Amen !

Comment te rendre grâce, Père ? Tu nous appelles à rencontrer Jésus. Il est au milieu de nous ? Sans le voir, nous croyons. Que tes enfants laissent monter la prière qu’il leur enseigne avec amour : Notre Père…

En insistant sur le fait que Jésus « accomplit » ce que l’Ecriture avait annoncé, les textes de ce dimanche nous invitent nous aussi, comme le peuple à qui Pierre s’adresse (première lecture) et comme les apôtres (évangile), à mieux connaître l’Ecriture. Nous le savons mieux depuis le Concile Vatican II : notre vie chrétienne doit d’abord se mettre à l’écoute de la parole de Dieu, c’est là que Dieu se révèle lui-même en révélant tout son amour pour les hommes. Ce que l’Ancien Testament annonçait, en particulier par les prophètes, est pleinement accompli en Jésus et authentifié par sa Résurrection. Désormais, ses disciples doivent en porter témoignage.

Il nous faut donc bien connaître l’Ecriture. Aujourd’hui, de nombreuses possibilités sont offertes : groupes de partage de la Parole, heures de méditation, cycles de conférences bibliques, cours plus spécialisés, pèlerinages, sont accessibles à beaucoup. De gros efforts de traduction, d’édition, de vulgarisation du texte biblique ont également été faits ; il existe de nombreuses revues présentant la Bible sous ses aspects littéraires, culturels, géographiques, archéologiques…

Mais rien ne remplace la lecture du texte lui-même dans une bonne traduction.

Ouvre nos coeurs

Pour cette semaine, demandons au Seigneur de nous aider dans  cet effort de (re) découverte de l’Ecriture. Il est bon aussi de se fixer un objectif : réserver chaque jour ou chaque semaine un moment pour lire la Bible, par exemple.

Méditation après la communion

[D’après un texte de Paul Aymard.]

Seigneur, comme tu l’as fait pour tes apôtres, au soir de Pâques,

ainsi ouvre mon coeur pour qu’il pénètre les Ecritures.

 

Souvent, Seigneur,

j’aimerais bien demeurer avec toi, dans la prière, dans le silence,

et j’en oublie que, simplement,

tu me découvres ta présence au fond des Ecritures.

 

Ta vie, ta mort et ta Résurrection, parfois j’ai l’impression

qu’elles me demeurent lointaines et irréelles,

et j’en oublie que chaque page de l’Ecriture vient te rendre tout proche,

et sans plus rien qui nous sépare.

 

Comme aux disciples, au soir de Pâques,

à moi aussi, ouvre mon coeur, afin qu’il croie en ta Parole,

afin surtout qu’avec patience, amour et joie,

il scrute les Ecritures qui me révèlent ton mystère et ton histoire,

qui me dévoilent par-dessus tout ton unique présence,

certaine plus qu’un lever de soleil.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s