« Une pause par jour » – 18 décembre 2017

3ème semaine de l’Avent – Lecture du livre de Jérémie 23, 5-8

Voici venir des jours – oracle du Seigneur–, où je susciterai pour David un Germe juste : il régnera en vrai roi, il agira avec intelligence, il exercera dans le pays le droit et la justice.

En ces jours-là, Juda sera sauvé, et Israël habitera en sécurité. Voici le nom qu’on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-justice. »

C’est pourquoi, voici venir des jours – oracle du Seigneur – où, pour prêter serment, on ne dira plus : « Par le Seigneur vivant, qui a fait monter du pays d’Égypte les fils d’Israël », mais : « Par le Seigneur vivant, qui a fait monter du pays du nord les gens de la maison d’Israël, qui les a ramenés de tous les pays où il les avait chassés. » Car ils demeureront sur leur sol.

Évangile selon Saint Mathieu 1, 18-24

Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.

Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »

Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse, mais il ne s’unit pas à elle, jusqu’à ce qu’elle enfante un fils, auquel il donna le nom de Jésus.

Germe juste

Le prophète Jérémie vit à l’époque de la décadence de la maison de David. Il exprime la colère de Dieu dans les versets qui précèdent ceux de la première lecture. Le Seigneur reproche aux pasteurs du peuple de ne pas prendre soin de celui-ci. Mais Dieu, qui ne cesse de faire avancer le monde, annonce par la bouche de son prophète que les temps sont appelés à changer. En effet, «un Germe juste» sortira de la lignée de David. Voilà un discours susceptible de redonner espoir au peuple éprouvé à cause de la mauvaise gérance de la classe politique. Nous vivons une situation semblable encore aujourd’hui. Certains dirigeants se servent de leur poste pour en tirer des profits personnels. Des gens souffrent et se sentent abandonnés. Pourtant, le monde a changé avec la venue du Christ, Il agit par les membres de son Eglise qui travaillent à bâtir une société plus juste, plus équitable. Tout est encore en germe, mais bien présent. Un jour, le fruit atteindra sa pleine maturité. En attendant, le Seigneur compte sur chacun et chacune de nous pour faire éclater le droit, la justice et la paix.

Joseph le Juste

Le rôle de Joseph est bien discret dans l’histoire de la Nativité. Pourtant, Dieu a eu besoin de lui pour que Jésus puisse s’inscrire dans la lignée des fils d’Abraham. C’est quelqu’un sur qui Dieu peut compter. En accueillant l’enfant que Marie attendait comme le Messie promis par les Ecritures, en acceptant de recueillir sa fiancée chez lui, Joseph s’est fait le maillon de la chaîne à partir duquel le «Germe juste» annoncé par Isaïe allait enfin voir le jour. Il reconnaît que Dieu est à l’œuvre dans la vie de Jésus et dans celle de Marie.
Saurons-nous, comme lui, nous mettre à l’écoute du Seigneur, oser lui faire totalement confiance sans nécessairement savoir de quoi demain sera fait ? Saurons-nous nous engager à devenir de plus en plus justes et laisser Dieu réaliser son œuvre en nous et par nous ?

Avent : Allons, courage !

Allons, courage !
Fuis un peu tes occupations,
dérobe-toi un moment au tumulte de tes pensées.
Rejette maintenant tes lourds soucis
et laisse de côté tes tracas.
Donne un petit instant à Dieu
et repose-toi un peu en lui.
Entre dans la chambre de ton esprit,
bannis-en tout,
sauf Dieu ou ce qui peut t’aider à le chercher.
Ferme la porte et mets-toi à sa recherche.
À présent, parle, mon coeur,
ouvre-toi tout entier et dis à Dieu:
Je cherche ton visage;
c’est ton visage, Seigneur, que je cherche.

 Saint Anselme

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s