« Une pause par jour » – 17 décembre 2017

3ème dimanche de l’Avent Année B – Lecture du livre du prophète Isaïe  61, 1-2a.10-11

L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur.

Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m’a vêtu des vêtements du salut, il m’a couvert du manteau de la justice, comme le jeune marié orné du diadème, la jeune mariée que parent ses joyaux. Comme la terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses semences, le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens 5, 16-24

Frères, soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus. N’éteignez pas l’Esprit, ne méprisez pas les prophéties, mais discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le; éloignez-vous de toute espèce de mal.

Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers; que votre esprit, votre âme et votre corps, soient tout entiers gardés sans reproche pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ. Il est fidèle, Celui qui vous appelle : tout cela, il le fera.

Alléluia. Alléluia. L’Esprit du Seigneur est sur moi: il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Alléluia. – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1, 6-8.19-28

Il y eut un homme envoyé par Dieu; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : «Je ne suis pas le Christ.» Ils lui demandèrent : «Alors qu’en est-il? Es-tu le prophète Elie?» Il répondit: « Je ne le suis pas. — Es-tu le Prophète annoncé?» Il répondit : «Non.» Alors ils lui dirent «Qui es-tu? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même?» Il répondit : «Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.» Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : «Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Elie, ni le Prophète?» Jean leur répondit: «Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale.»

Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

II y avait un homme qui parlait au désert. Tout ce qu’on savait de lui, c’est qu’il s’appelait Jean. Mais les autorités civiles et religieuses ont peur de l’inconnu. II faut en savoir plus. Arrivent les officiels, venus de la ville sainte, des prêtres et des lévites, et des pharisiens bien sûr. Contrôle d’identité. Et de conformité. Vos papiers, s’il vous plait. Et commencent les questions. Nom, prénom, qualité et origine surtout. Réponds et sois précis. II nous faut faire rapport. Serais-tu le Messie ? Ou peut-être Elie ? Ou un autre prophète ? Mais Jean leur répond non.

C’est qu’il ne veut pas, Jean, se laisser enfermer dans des définitions. Dans des modèles conformes. Dans des catégories, dans des rôles ou de titres, reconnus, officiels, qui ont l’approbation. Et pas non plus dans des souvenirs du passé. Jean ne veut surtout pas se laisser enfermer, tout court, tout simplement. II est homme de mouvement et aussi homme d’avenir. Une voix, simplement, qui crie dans ce désert où vivent, au jour le jour, tant d’hommes et tant de femmes. Un homme qui aplanit le chemin du Seigneur et prépare sa route. Alors, qui es-tu donc ? Entendez, regardez.

Car en réalité, Jésus est déjà là. Mais lui aussi refuse de se laisser enfermer dans des cadres ou des dogmes, ou l’idéologie. Mais l’Esprit simplement l’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres et guérir ceux et celles qui ont le cœur brisé, annoncer aux captifs qu’ils sont désormais libres. II est au milieu de nous, nous ne le connaissons pas. Car il ne fait pas de bruit. Mais il est aux côtés de ceux et celles qui luttent pour l’homme, pour la femme, en qui il se reconnaît. Marchons donc avec eux. Regardons et voyons. Si jamais c’était lui !

Jean Baptiste
Son nom était Jean…

Le nom est souvent important dans la Bible.

Imposé par Dieu, il inclut une mission, un programme de vie.

C’est le cas pour le Fils de Zacharie : Tu l’appelleras Jean (Lc. 1,13).

Jean signifie : Dieu fait grâce.

Son père l’a bien compris.

Dans son action de grâce, à la naissance de son enfant, il s’écrie :

Tu marcheras devant le Seigneur pour faire connaître le salut…

pour illuminer ceux qui sont dans les ténèbres

et guider nos pas sur la route de la paix. (Lc 1,76-79).

Voilà l’explication du nom de Jean !

Il est cet homme envoyé par Dieu

pour annoncer au monde que Dieu fait grâce,

que le temps de la miséricorde est venu, que le Sauveur est arrivé.

Jésus prend au sérieux sa mission. Il sera fidèle jusqu’à y laisser sa vie.

Il est clair aussi ; il ne faut pas qu’on le prenne pour ce qu’il n’est pas :

Je ne suis pas le Messie !

Je ne suis pas le prophète Elie dont on attendait le retour…

Je ne suis pas le grand Prophète que Moïse avait annoncé…

Je suis la voix qui crie dans le désert…

Une voix ! Voilà ce qu’il est, ce qu’il veut être.

Une voix qui annonce le message d’un autre…

Il dira les mots que l’Esprit Saint lui mettra sur les lèvres,

pour inviter les hommes à accueillir Celui qui vient les sauver.

Je mets mes paroles dans ta bouche, disait déjà Dieu à Jérémie (1,6),
Voix qui crie dans le désert…

Le message transmis par Jean n’a pas été reçu par les prêtres et les lévites.

La voix de Jean semble se perdre dans le désert…

Au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas !

Comme notre époque ressemble à celle de Jean Baptise !

Jésus, au milieu de nous par l’Eucharistie, tu restes le grand inconnu.

Fais de nous des Jean Baptiste pour nos frères.

Que notre vie dose ton amour à ceux que nous rencontrons !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s