« Une pause par jour » – 26 octobre 2017

29ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Rm 6, 19-23)

Frères, j’emploie un langage humain, adapté à votre faiblesse. Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté. Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice. Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort. Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle. Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Lc 12, 49-53)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Un monde menacé

Tout le monde souhaite la paix. Mais quand on regarde chaque pays où la situation risque de s’enflammer et de dégénérer en guerre mondiale, il n’est pas facile de trouver des solutions. Comment faire pour que Palestiniens et Israéliens vivent ensemble sur une si petite terre? Comment arriver à ce que Russes et Ukrainiens se respectent et trouvent un terrain d’entente? Bien malin qui saurait le dire.

La division, racine de tous les conflits

Les lectures de la messe de ce jour mettent en évidence la racine même de tous les conflits: la division. Tout le monde veut la paix, mais les circonstances, l’histoire, les intérêts de chacun entraînent des divisions. Jésus lui-même, le maître de la paix, reconnaît que son passage suscite et suscitera la division, dans les familles et au sein des nations. Saint Paul apporte un éclairage intéressant: s’il y a des divisions dans le monde, c’est qu’elles existent d’abord dans l’être humain. Cette division est un effet du péché. Nous voulons la paix, l’harmonie, le bonheur, non seulement pour nous mais pour tous ceux et celles que nous aimons. Et, en même temps, nous sommes prêts à nous battre pour défendre nos idées, notre territoire, nos richesses. Et nos combats sont parfois nécessaires…

Pour être au service de la paix

Finalement, il n’y a peut-être qu’une façon de travailler à la paix autour de nous et dans le monde: nous convertir, chacun et chacune. Plus nous vivrons personnellement comme des êtres libérés du péché, plus nous serons intérieurement des êtres harmonieux, en paix. Les solutions que nous trouverons pour réunir les partis opposés ne viendront pas de notre intérêt ou de notre volonté de pouvoir, mais de notre paix intérieure.

Tu nous as créés à ton image (1ère partie)

Tout-Puissant, très saint,

très haut et souverain Dieu,

Père saint et juste, Seigneur,

roi du ciel et de la terre,

nous te rendons grâces à cause de toi-même,

car par ta volonté sainte,

et par ton Fils unique avec le Saint-Esprit,

tu as créé toutes choses, spirituelles et corporelles ;

tu nous as faits à ton image et ressemblance,

tu nous as placés dans le paradis

et nous, par notre faute, nous sommes tombés.

 

Nous te rendons grâces

car de même que tu nous as créés par ton Fils,

de même par l’amour très saint dont tu nous as aimés,

tu as fait naître ton Fils, vrai Dieu et vrai homme,

de la glorieuse Vierge sainte Marie,

et, par sa croix, son sang et sa mort,

tu as voulu nous racheter de notre captivité.

 

Et nous te rendons grâces

parce que ce même fils reviendra

dans la gloire de sa majesté

pour envoyer au feu éternel

ceux qui ont refusé de se convertir

et de te reconnaître

et pour dire à tous ceux qui t’auront reconnu,

adoré et servi dans la pénitence :

Venez les bénis de mon Père, recevez le Royaume

qui vous a été préparé dès l’origine du monde.

 

Indigents et pécheurs que nous sommes tous,

nous ne sommes pas dignes de te nommer;

accepte donc, nous t’en prions,

que notre Seigneur Jésus Christ

ton Fils bien-aimé en qui tu te complais,

te rende grâces lui-même pour tout,

avec le Saint-Esprit

comme il te plaît et comme il lui plaît,

lui qui toujours te suffit en tout,

lui par qui tu as tant fait pour nous. Alléluia

François d’Assise

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s