« Une pause par jour » – 25 octobre 2017

29ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Rm 6, 12-18)

Frères, il ne faut pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs. Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice. Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu. Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout. Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice. Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis. Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Lc 12, 39-48)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » Pierre dit alors : « Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole, ou bien pour tous ? » Le Seigneur répondit : « Que dire de l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de son personnel pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ? Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi ! Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. Mais si le serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde à venir”, et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer, alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des infidèles. Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n’en recevra qu’un petit nombre. À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

En ces temps qui sont les derniers…

Chaque année, quand nous approchons de la fin de l’année liturgique, les lectures des célébrations eucharistiques nous permettent de bien saisir la perspective dans laquelle Jésus se situait, au moment de sa mission. Après la mort du Baptiste, il a compris que son monde se trouvait à un tournant et qu’il était urgent d’annoncer le règne de Dieu. La plupart du temps, nous ne vivons pas avec ce sentiment d’urgence, nous faisons comme si notre univers ne devait pas finir. Mais chaque année, la liturgie nous replonge dans cette dynamique.

Entre l’idéal…

L’évangile nous rappelle aujourd’hui que nous ne pouvons pas faire comme si nous ne savions pas. Nous connaissons la volonté de notre maître qui est de nous amener à vivre comme des sauvés, tout au long de l’année. Saint Paul dit la même chose, en d’autres mots: «Vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.» Le péché ne devrait donc plus avoir sur nous quelque emprise que ce soit. Tout cela, nous le savons, et pourtant…

 … et la réalité

En fait, ce n’est pas tant la perfection que Dieu attend de nous, mais la fidélité. Nous savons que malgré notre connaissance de ce qu’il veut et de ce qui est bon pour nous, malgré notre bonne volonté, nous n’échappons pas au péché. Simplement parce que nous sommes des êtres de chair et de sang. Alors, comment vivre dans la fidélité à la grâce du salut que nous avons reçue? En maintenant vive notre tension vers le bien, tout en reconnaissant notre impuissance à le réaliser tout seul. Ainsi, nous demeurerons dans la vigilance à laquelle Jésus nous invite.

Donne-nous de savoir nous recueillir

Nous voici devant Toi, Seigneur,

à bout de souffle,

à bout de courage,

à bout d’espoir.

Perpétuellement écartelés

entre l’infini de nos désirs

et les limites de nos moyens,

bousculés, tiraillés,

énervés, épuisés.

Nous voici devant Toi, Seigneur,

enfin immobiles, enfin disponibles.

 

Voici la souffrance de notre insatisfaction,

Voici la crainte de nous tromper

dans le choix de nos engagements.

Voici la peur de n’en pas faire assez.

Voici la croix de nos limites.

 

Donne-nous de faire ce que nous devons faire,

sans vouloir trop faire,

sans vouloir tout faire,

calmement,

simplement,

humbles dans notre recherche

et dans notre volonté de servir.

 

Aide-nous surtout à te retrouver

au cœur de nos engagements,

car l’unité de notre action, c’est Toi, Seigneur,

un seul amour

à travers tous nos amours,

à travers tous nos efforts.

 

Toi qui es la source,

Toi vers qui tout converge,

Nous voici devant Toi, Seigneur,

pour nous « re-cueillir ».

Michel Quoist

2 réflexions sur “« Une pause par jour » – 25 octobre 2017

  1. Merci, merci beaucoup pour ces « pause par jour »; cela fait du bien pouvoir se prendre un moment pour relire les textes du jour, prendre connaissance des méditations proposées et de la prière qui suit, qui aide encore mieux à entrer dans les textes.
    Juste une propositions; serait-il possible, de réduire les espacements entre les lignes dans la page de la prière? Ce serait mieux pour lire.
    Merci
    Sandro, Genève

    J'aime

    • Merci pour votre fidélité sans faille au blog Notre Dame des trois vallées.:-)
      Je vais voir ce qui est possible concernant votre remarque.;-)

      Cordialement !
      V. Paquay

      J'aime

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s