« Une pause par jour » – 19 mai 2017

5ème semaine de Pâques – « L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent » (Ac 15, 22-31) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas.

Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut !
Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ.

Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez  bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! »

On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre. À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait.                      

Conciles

Comme les Apôtres et les Anciens se sont réunis à Jérusalem, les évêques — par nation ou par continent ou du monde entier — se réunissent parfois quand il devient urgent de faire le point sur les grands problèmes du monde et de l’Eglise. Ces assemblées sont appelées “conciles”. On les désigne par l’adjectif “œcuméniques” quand les évêques du monde entier — “œcuménique” vient d’un mot grec signifiant “l’ensemble de la terre habitée”— sont convoqués par le Pape à se réunir. Le dernier concile œcuménique le 21ème, nommé Vatican II, s’est rassemblé à Rome de 1962 à 1965.

Ainsi réunis en concile, les évêques en appellent à l’Esprit Saint afin qu’il les inspire dans leurs réflexions et décisions. Le rôle des conciles est de veiller à ce que l’Eglise demeure la plus fidèle possible à sa mission : faire connaître la Bonne Nouvelle du Christ aux humains de tous les temps et de tous les lieux ; permettre à chaque humain de la recevoir dans sa langue et sa culture; demeurer un signe visible de la tendresse de Dieu pour tous les habitants de la terre ; faire résonner les appels de Dieu dans toutes les situations humaines ; parler et agir pour que les humains de toutes les époques trouvent sur leurs chemins ce qui leur est nécessaire pour devenir de plus en plus humains à l’image et à la ressemblance de Dieu ; s’engager pour que les droits des humains soient respectés car ils expriment des aspects de l’amour du prochain voulu par le Christ…

Les conciles entraînent l’Église dans le mouvement sans cesse renouvelé de l’Evangile à annoncer. Grâce à eux “l’Eglise est un grand jardin et non un musée” (Jean XXIII)!

Nostalgiques

Les temps changent vite, exigeant création, renouvellement et adaptation en tous les domaines. L’Evangile demeure le même, l’appel du Christ aussi. Mais pour qu’il reste “joyeuse nouvelle et libération de salut” à chaque époque, il est nécessaire de chercher et réfléchir ensemble, en Eglise, afin qu’il puisse apporter sa lumière aux humains confrontés à des problèmes nouveaux et spécifiques à chaque temps. Certains ont du mal à accepter d’évoluer dans leur mission d’Evangile. Ils pensent qu’on peut “faire comme on a toujours fait”. Ils sont nostalgiques du passé. Pour construire solidement, n’utilise-t-on pas sans cesse des matériaux nouveaux et des techniques nouvelles ?

Fardeaux

Comment se fait-il que pour certaines personnes la pratique de l’Evangile soit perçue comme un pesant fardeau ? Peut-être parce qu’elles confondent la Bonne Nouvelle du Christ avec des détails édictés par des hommes — qui , à tous les temps de l’Histoire, ont confondu leur pouvoir avec celui de Dieu…— inventant des catalogues précis de “choses à faire ou à ne pas faire” afin de plaire à Dieu. L’Eglise qui annonce l’Evangile n’impose pas de fardeaux : elle invite chacun à se convertir et à prendre, en toute liberté et connaissance de cause, l’étroit chemin proposé par le Christ.

Fête commune

Pour nous, Seigneur, rien n’est pire que :

d’être laissés de côté alors que les autres se rassemblent pour parler et rire,

d’être munis du billet d’entrée pour la salle où les autres se réjouissent,

mais de nous voir refuser la porte,

d’être abandonnés, après usage, alors que la parole avait été donnée

de ne jamais reprendre l’amour!

Rien n ‘est pire que d’être écarté comme quelqu’un qui n’a plus de part à la fête commune

et comme quelqu’un dont il n’y plus rien à recevoir.

Il n’y a rien de pire, Seigneur, que les paroles et les regards absents par lesquels on déclare le délaissement!

 

C’est pourquoi nous te prions, toi qui ne pousses personne de côté

et qui déclare ta tendresse à tous ceux qui cherchent à vivre.

Apprends-nous à déclarer notre présence à ceux qu’on a murés dans l’oubli,

et, avec l’Evangile de Jésus de Nazareth,

fais-nous inventer les mots et les gestes qui déclarent à tous ceux qui sont laissés dehors :

Venez ! Entrez ! Nous sommes frères!

Allons ensemble à la fête :

c’est la même pour tous préparée par le Père pour les siècles des siècles !

Albert Hari

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s