« Une pause par jour » – 9 avril 2017

Dimanche des Rameaux et de la Passion – Isaïe 50, 4-7 – Psaume 21(22) – Marc 14, 1 — 15,47 – 2, 6- « Restez éveillés et priez, pour ne pas tomber dans la tentation. L’être humain est plein de bonne volonté, mais il est faible.(Marc 14, 38)

L. – En sortant, ils trouvèrent un nommé Simon, originaire de Cyrène, et ils le réquisitionnèrent pour porter la croix. Arrivés à l’endroit appelé Golgotha, c’est-à-dire Lieu-du-Crâne ou Calvaire, ils donnèrent à boire à Jésus du vin mêlé de fiel; il en goûta, mais ne voulut pas boire. Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort; et ils restaient là, assis, à le garder.  Au-dessus de sa tête on inscrivit le motif de sa condamnation: « Celui-ci est Jésus, le roi des juifs.»

L. – En même temps, on crucifie avec lui deux bandits, l’un à droite et l’autre à gauche. Les passants l’injuriaient en hochant la tête: F. « Toi qui détruis le Temple et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu, et descends de la croix!» L. De même, les chefs des prêtres se moquaient de lui avec les scribes et les anciens, en disant: A. «Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même! C’est le roi d’Israël: qu’il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui!  Il a mis sa confiance en Dieu; que Dieu le délivre maintenant, s’il l’aime!  Car il a dit: « Je suis le Fils de Dieu ».» L. Les bandits crucifiés avec lui l’insultaient de la même manière.

L. – À partir de midi, l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à trois heures. Vers trois heures, Jésus cria d’une voix forte: Eli Eli, lama sabactani?», L. ce qui veut dire: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?»

L. – Quelques-uns de ceux qui étaient là disaient en l’entendant: F. «Le voilà qui appelle le prophète Élie! » L. Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge qu’il trempa dans une boisson vinaigrée; il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire. Les autres dirent: F. «Attends! nous verrons bien si Élie va venir le sauver.» L. Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l’esprit.

Après son dernier repas, Jésus amène avec lui Pierre, Jacques et Jean dans le jardin de Gethsémani. Son âme est triste à mourir. Il a besoin de prier, de se retrouver seul avec son Père qui, il le sait, lui donnera force et courage. Il a besoin aussi de sentir tout proches ses amis; l’angoisse est trop oppressante. Il leur demande de veiller et de prier.
En esprit, je me faufile moi aussi dans le domaine de Gethsémani. Je me tiens un peu à distance des trois disciples et je vois très bien Jésus prostré. Mon cœur se serre et je pleure doucement. Jésus prie longuement. Trop longuement! Mes yeux sont lourds et je sommeille moi aussi. Je ne suis pas capable de partager complètement ses états d’âme. Il se lève, reproche à peine notre impatience et notre faiblesse. L’ennemi vient. Mon coeur bat la chamade, j’ai peur, je m’enfuis. Les soldats romains ont la réputation de ne pas être tendres avec leurs prisonniers. Je ne veux pas en être. Jésus s’en ira seul à son destin.
Lâcheté, trahison, reniement; je suis certaine que je n’aurais pas fait mieux dans les circonstances, car je me sens pleutre devant la menace. J’aurais probablement été de ces sympathisants curieux qui suivaient de loin le défilé des condamnés et des tortionnaires. Mais je n’aurais pas voulu être aux premières loges pour qu’on m’oblige, comme Simon de Cyrène, à porter le gibet. Je suis pleine de bonne volonté, mais je suis si faible!

Seigneur Jésus, tu as compris la faiblesse de tes compagnons alors que tu priais au domaine de Gethsémani. Tu as gardé ton amitié pour Pierre et les autres disciples malgré leur reniement et leur abandon. Tu n’as pas condamné tes bourreaux. Pardonne mes lâchetés, mes trahisons et mes tiédeurs et fais de moi un disciple fidèle et repentant.

 Prière

Que Dieu nous vienne en aide pour apprendre à aimer à la manière de son Fils.

        Devant la croix de Jésus,

        nous déposons, Père,

        toutes les souffrances des hommes,

        toutes les lâchetés des hommes,

        tous les reniements des hommes,

        toute la peur des hommes…

                 Sûrs de ton amour et de ton pardon,

                 nous te prions!

 

        Devant la croix de Jésus,

        nous évoquons, Père,

        ceux qui savent le prix de la vie,

        le prix de l’amitié,

        le prix de l’amour,

        et qui sont généreux  à se donner…

                 Sûrs de ta présence et de ton soutien,

                 nous te prions!

 

        Devant la croix de Jésus,

        nous te demandons, Père,

        un coeur nouveau,

        un esprit nouveau,

        pour que nous osions suivre la route

        que son amour a ouverte…

                 Sûrs de ton souffle qui nous recrée,

                 nous te prions!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s