« Une pause par jour » – 5 avril 2017

Mercredi de la cinquième semaine de Carême – « Si le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres » (Jn 8, 31-42) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;  alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »

Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché.
L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. »

Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu.  Cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous, vous faites les œuvres de votre père. »

Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. »

« Tout homme qui commet le péché est esclave du péché » c’est le terme du premier échange de ce passage d’évangile. Auparavant, il a été question d’une promesse, le fruit de la vérité est de rendre libre. Pour que cette promesse s’effectue, il faut demeurer avec Lui, entrer dans une évolution, se transformer soi-même ou tout du moins s’ouvrir à la possibilité d’un changement à son contact. C’est à ce niveau que s’adresse Jésus à ses interlocuteurs. Il leur dit leur situation, ils sont pécheurs, ce qui peut les sauver, c’est le contact avec lui, parce qu’il jouit d’une autre relation, il est fils, qui le rend différent et cette différence il la leur offre, mais ils doivent le reconnaître… Et là, ils ne le reçoivent pas. Ils n’acceptent pas de bouger, ils campent sur leur quant à soi… Jésus sait qu’il n’a pas prise sur eux. Ils se revendiquent d’une autre identité : « Nous sommes les enfants d’Abraham ». La situation ne fait qu’empirer dès lors…

 

« Agir comme Abraham a agi » Jésus ne renonce pas, il continue à les invectiver, il les prend aux mots, être d’une filiation implique de se comporter en cohérence avec elle. C’est ce que lui vit en profondeur lui-même, il en témoignera, d’ailleurs, sous peu… Il met en avant la différence d’ouverture entre Abraham qui tout au long de sa vie n’a eu de cesse de vivre, d’entreprendre à partir de la parole de Celui qui se révélait à lui… et eux qui renâclent à entrer dans l’offre de sa propre parole, parole qui lui vient d’un Autre, son Père. Grandeur de l’homme et de la parole de l’homme, pour nous entendre entre nous nous n’avons que la parole, elle peut dire la vérité, la parole de l’autre peut m’être un vrai support, un vrai lieu d’appui… Le salut consiste en son fond à se fier à la parole de l’autre, en croyant que ce qu’il dit, il va le faire… Le salut consiste à avoir foi en l’autre. Jésus leur manifeste leur enfermement. Il ouvre ainsi toujours la possibilité du changement en eux… Ils ont à reconnaître leur état présent… reconnaître qu’ils ne parlent pas en vérité…

 

« Aimer » Jésus les pousse encore plus loin dans leur retranchement, il les somme de reconnaître qu’ils ont agi par le mensonge, le père du mensonge… Ils se justifient en se disant fils de Dieu… et Jésus dit sa vérité qui le mène au désastre relationnel avec eux… « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé »… La tension est extrême, il n’y a plus d’issue de conciliation possible… le drame est en route… Amour et vérité sont tenus ensemble par Jésus… Jésus donnera sa vie pour que cette conciliation dont il vit, nous puissions la recevoir nous aussi, par sa mort il manifestera la vérité et l’amour… La conciliation ne va pas sans accepter le drame.

Prière : C’est beau d’être ton enfant.

Père, c’est à toi que je m’adresse ce soir
avec une confiance tranquille et paisible.
Ton Fils m’a appris que tu étais mon Père…
Je viens donc simplement te dire que je suis ton enfant,
et je te le dis sérieusement,
et pourtant avec l’envie de rire et de chanter,
tellement c’est beau d’être ton fils;
mais, c’est aussi sérieux,
car tu m’as tellement aimé, et moi si peu !

Père, fais de moi ce que tu veux.
Ta volonté, je le sais, elle est
que je devienne semblable à ton Unique,
le frère aîné qui m’a appris ton nom :
que je marche sur le même chemin.
Je n’ai point de force pour cela,
mais j’ai la tienne…

Père, me voici :
travaille en moi, taille et coupe,
je ne te ferai jamais l’injure d’avoir peur
ou de croire que tu m’oublies;
et si je trouve la croix très lourde,
je pourrai du moins te répéter inlassablement
que je crois à ton amour et que j’accepte ta volonté.

Je sais, Père,
je n’ai jamais fini de te faire de la peine,
mais tu ne finiras jamais de me pardonner.
Quant à l’amour, je serai toujours battu;
non pourtant, car tu me donneras le tien.
Tu me donneras ton Amour,
ton Fils en qui je pourrai tout.

Auteur : Pierre Lyonnet

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s