« Une pause par jour » – 27 février 2017

paixTemps ordinaire 8 – « Reviens vers le Très-Haut et détourne-toi de l’injustice » (Si 17, 24-29) – Lecture du livre de Ben Sira le Sage

À ceux qui se repentent, Dieu ouvre le chemin du retour ; il réconforte ceux qui manquent de persévérance. Convertis-toi au Seigneur, et renonce à tes péchés ; mets-toi devant lui pour prier, et diminue tes occasions de chute. Reviens vers le Très-Haut et détourne-toi de l’injustice ; les actions abominables, déteste-les. Qui pourra célébrer le Très-Haut dans le séjour des morts, remplacer les vivants qui lui rendent gloire ? La louange est enlevée au mort puisqu’il n’est plus ; c’est le vivant, le bien-portant, qui célébrera le Seigneur.
Qu’elle est grande, la miséricorde du Seigneur, qu’il est grand, son pardon pour ceux qui se convertissent à lui !

Pardonner

Pardonner, ce n’est pas tout laisser passer. Pardonner, ce n’est pas tout oublier.
Pardonner, ce n’est pas être faible, c’est être fort pour vaincre le mal.
Pardonner, c’est refuser la rancune, l’exaspération, la vengeance; le mal que m’a fait l’autre me brûlera longtemps, mais je refuse de lui faire payer.
Pardonner, c’est regarder la faute en face, c’est la regarder à deux : celui qui l’a commise, celui qui la pardonne.
Mais s’il y a l’Amour, il n’y a ni juge ni victime.
Pardonner, c’est redonner ma confiance, sans réserve, à celui à qui je pardonne.
C’est lui dire :  »Tu es meilleur que ce que tu as fait ».
Pardonner, c’est lui permettre de retrouver confiance en lui-même.
Pardonner, c’est porter avec l’autre le mal qui est en lui et qui est en moi aussi.
Demain, c’est lui qui devra me pardonner.
Ensemble nous sortirons du mal qui est en nous.
Pardonner, c’est vivre et faire vivre avec un coeur nouveau.
Pardonner, c’est aimer deux fois.

Prière de réconciliation

O mon Dieu.
Tellement souvent, j’ai levé le poing vers toi,
tellement souvent je t’ai accusé de tous les maux.
Aujourd’hui je me rends compte
de tout le mal que j’ai pu causer,
moi, avec mes paresses, mes lâchetés,
mes ambitions, mes rancunes, et j’en passe.

Pendant tout ce temps, tu étais patient!
Tu attendais que mon coeur revienne à toi!
Tu as attendu longtemps, si longtemps.
Pendant ce temps,
je t’ai laissé critiquer, bafouer, déformer.
Je vois bien que mes voisins
ne te connaissent pas sous ton vrai visage
celui d’un Père plein de tendresse,
celui d’un Fils qui nous a aimé jusqu’à donner sa vie,
celui d’un Esprit Saint à l’oeuvre en nos coeurs!
Et je m’en sens un peu coupable.

Donne moi ton pardon Seigneur,
que par le chemin retrouvé
du sacrement de réconciliation,
je puise des forces
pour me mettre sous ton regard Seigneur,
pour te connaître sous ton vrai jour,
et pour montrer au monde qui tu es.

Oh combien, mon coeur est léger à présent Seigneur,
maintenant que la douceur de ton amour
peut y couler librement.
Oh combien j’étais aveugle de croire
que c’était toi qui avais fermé les vannes de l’amour.
Je te rends grâce ô Seigneur
de me montrer tout cela dans ma petitesse.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s