« Une pause par jour » – 10 janvier 2017

slide_41ère semaine du temps ordinaire : « Il convenait que Dieu mène à sa perfection, par des souffrances, celui qui est à l’origine du salut » (He 2, 5-12) – Lecture de la lettre aux Hébreux

Ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir, dont nous parlons. Un psaume l’atteste en disant : Qu’est- ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Tu l’as abaissé un peu au-dessous des anges, tu l’as couronné de gloire et d’honneur ; tu as mis sous ses pieds toutes choses. Quand Dieu lui a tout soumis, il n’a rien exclu de cette soumission. Maintenant, nous ne voyons pas encore que tout lui soit soumis ; mais Jésus, qui a été abaissé un peu au-dessous des anges, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Si donc il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, au profit de tous. Celui pour qui et par qui tout existe voulait conduire une multitude de fils jusqu’à la gloire ; c’est pourquoi il convenait qu’il mène à sa perfection, par des souffrances, celui qui est à l’origine de leur salut. Car celui qui sanctifie, et ceux qui sont sanctifiés, doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères, quand il dit : Je proclamerai ton nom devant mes frères, je te chanterai en pleine assemblée.

Appelés à la sainteté

«Qu’est ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci?» Dieu, en se faisant connaître au peuple d’Israël, lui démontre son amour débordant, sa sollicitude pour tout être humain. Ce n’était qu’une préparation à sa venue au cœur de l’humanité en son Fils; celui-ci s’est abaissé en prenant notre condition humaine jusqu’à mourir sur une croix (cf. Philippiens 2, 6-8). Mais c’était pour nous relever du péché et de la mort. Nous sommes en présence du mystère de l’amour de Dieu qui, grâce à son Fils, nous introduit en sa propre vie: «Car celui qui sanctifie, et ceux qui sont sanctifiés, doivent tous avoir même origine.» Cela nous pousse à correspondre à l’idéal de sainteté que Dieu désire pour chacun et chacune de nous. Et nous savons que le chemin, c’est le Christ.

Prière

Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre !

Jusqu’aux cieux, ta splendeur est chantée par la bouche des enfants, des tout-petits :

rempart que tu opposes à l’adversaire, où l’ennemi se brise en sa révolte.

A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas,

qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur ;

tu l’établis sur les oeuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds :

les troupeaux de boeufs et de brebis, et même les bêtes sauvages,

les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui va son chemin dans les eaux.

O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s