« Une pause par jour » – 10 novembre 2016

Avant qu’il ne soit trop tard

Le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui. Alors il cria : “Abraham, mon père, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt, pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. — Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur.

Nous ne sommes ni pervers ni méchants, mais comme ce riche, notre drame est de ne plus voir le pauvre couché devant notre porte, dans le hall de notre immeuble ou caché loin de nos yeux…

Ombre à peine entrevue, image de la télé vite emportée dans le flot des informations.
Et nous mourrons sans avoir levé le petit doigt.

Nous ne sommes ni pervers ni méchants, mais notre aveuglement est notre plus grave péché.

Insensiblement, notre bien-être, nos habitudes de vie, ont rompu toute communication avec ces habitants d’une autre planète, celle des laissés-pour-compte de nos sociétés.

Ce riche n’est ni pervers ni méchant !
Le patriarche des croyants ne lui fait d’ailleurs aucun reproche
il affirme simplement que le fossé que nous avons creusé
entre les pauvres et nous, deviendra, au sein du Royaume de Dieu, un abîme infranchissable.

Là, la situation sera inversée ; nous serons assis à la porte du Festin que nous ne verrons que de loin sans pouvoir y entrer !

Seigneur, réveille-nous, envoie-nous un « signe » avant qu’il ne soit trop tard !

Mais tu nous renvoies aux Saintes Ecritures tant de fois révélées, tout au long de notre histoire.

Seigneur, apprends-nous à saisir l’urgence de ce temps, l’urgence d’écouter Moïse et les Prophètes pour dessiller* nos yeux qui ne savent plus voir.

Rends-nous attentifs à ta Parole de vie qui détermine, aujourd’hui, notre destinée future.

Seigneur, toi le pauvre Lazare, souffrant et rejeté par tes propres frères, vite, convertis-nous, ouvre nos yeux, avant qu’il ne soit trop tard !

*dessiller => séparer les paupières jointes

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s