« Une pause par jour » – 2 décembre 2015

Jésus guérit les infirmes et multiplie les pains – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu  (Mt 15, 29-37)

En ce temps-là, Jésus arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit. De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit. Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël. Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. » Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? » Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils dirent:« Sept, et quelques petits poissons.» Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.

Faim de pain et d’amour

Alors qu’il était évêque du diocèse de Saint-Jean-Longueuil (Canada), Monseigneur Bernard Hubert disait: « Si je veux connaître l’état de santé de ma communauté, je me demande: est-ce que les boiteux marchent?»

Par son engagement social, cet évêque témoignait de Jésus qui avait grand souci des personnes pauvres, malades, handicapées, affamées, exclues. En véritable pasteur qu’il était, il guidait celles et ceux qui lui étaient confiés sur les voies de cet engagement prescrit par l’Évangile.

Les miracles rappelés dans les évangiles attestent toujours la grande bienveillance de Jésus envers celles et ceux qui souffrent. Ils sont aussi le signe que Jésus est l’envoyé de Dieu venu dans le monde pour l’appeler au bonheur, à la joie si profonde que nul ne pourra la détruire. Jésus qui prend l’initiative de guérir les personnes déposées à ses pieds prend aussi celle de compatir à la faim des gens qui l’ont suivi depuis trois jours. Il accomplit la multiplication des sept pains et permet ainsi à la foule de se rassasier.
En tant que disciples de Jésus, nous sommes appelés à agir à sa manière. Cela implique que nous voyions les personnes qui souffrent, que nous les aidions à vaincre leur handicap, que nous les soulagions de leur douleur et de leur affliction. Cela implique aussi que nous portions attention à la faim des individus et des peuples et que nous prenions les moyens pour que soit apaisée cette faim.

Prière

Seigneur, tu m’appelles à ouvrir les yeux pour que je reconnaisse les personnes qui souffrent ; Tu m’appelles à leur tendre une main secourable. Tu m’appelles surtout à leur ouvrir mon cœur pour que je puisse les aimer comme toi tu les aimes. Mets en moi ta compassion et ta bienveillante tendresse.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s