« Une pause par jour » – 11 novembre 2015

Saint Martin :     « Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc  (Lc 17, 11-19)

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » À cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés.   L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain.   Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Oser le service.

Avec la téléréalité, notre société est constamment poussée à choisir les meilleurs, les plus forts, les plus beaux. Il faut vraiment être tordu pour choisir de s’occuper des plus faibles. Ce n’est pas tellement à la mode ! Heureusement, tous les jours, des personnes font encore le choix de prendre soin des aînés dans des résidences ou de recueillir des enfants qui ont besoin d’une famille. Si nous n’y faisons pas attention, il y en aura de moins en moins, tellement ce qui est magnifié, c’est la force. Notre véritable grandeur consiste à nous sentir responsables des plus petits.

L’évangile nous enseigne la manière de le faire. Jésus guérit dix lépreux avec tellement de discrétion que la plupart n’ont même pas compris ce qui leur arrivait. Un seul revient vers lui pour lui manifester sa reconnaissance. Il y a donc une manière «riche» de se pencher sur les pauvres et une manière «humble» d’aller à leur rencontre. Avant d’enseigner aux siens à se mettre au service les uns des autres, Jésus en avait fait son style de vie. Laissons-nous éduquer par son exemple et sa parole.

Soulignons aussi l’étonnement du Seigneur : l’homme qui revient vers lui et qui l’adore est un Samaritain ; comment se fait-il que les fils de la promesse (les 9 autres) ne l’aient pas reconnu ? Et nous, dans le tourbillon de nos prières en attente d’être exaucées, avons-nous encore la place pour l’action de grâce ? Sommes-nous encore capables de reconnaître l’action du Christ dans notre vie ?

Prière

Seigneur, il nous arrive parfois de croire que tout ce que nous avons, tout ce que nous sommes c’est parce que nous l’avons mérité par notre travail et nos efforts. Aujourd’hui tu nous rappelles que tout nous est donné gracieusement. C’est le fruit de ta bonté. Apprends-nous à te rendre grâce pour toutes les merveilles que nous avons parfois tant de peine à apprécier. Sois béni, Dieu notre Père pour les siècles des siècles. Amen.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s